Comment séduire un videur pour entrer en boîte


C’est samedi soir, et je me prépare pour sortir en ville. J’ai choisi un maquillage discret mais tendance, mes longs cheveux blonds en queue de cheval sont tenus par un joli ruban rouge, assorti à ma nouvelle robe achetée le jour même. Courte, avec un long décolleté dans le dos et moulante au niveau de ma poitrine, cette robe est outrageusement sexy et je m’imagine déjà attirer les regards jaloux des autres filles mais surtout ceux plein de désir des hommes.

Retour aux histoires candaulistes de femmes coquines

Comment s’habiller sexy pour séduire en club

Par contre, je ne sais pas quelles chaussures choisir. Je pensais mettre une paire de talons hauts de la même couleur, mais à présent je trouve que je ressemble au petit chaperon rouge. Enfin une version pour adulte du petit chaperon rouge. Une tenue pour sortir en boîte ne se prend pas à la légère !

Rejointe par une amie qui a envie de s’amuser

Je peste devant ma collection inutile de chaussures lorsque l’on frappe à la porte. Surprise, je vérifie ma montre et me rends compte qu’il est déjà 22h, c’est Andreea qui est venue me chercher. Je lui ouvre la porte et elle passe devant moi en courant, criant au passage « J’en peux pluuuuus ! », et s’enferme dans les toilettes.

Envie d'uriner comme jamais !
Envie d’uriner comme jamais !

Je souris et me dis de nouveau que j’ai vraiment de la chance de l’avoir comme amie : sympa, intelligente, amusante et incroyablement ouverte et tolérante. Et, comme si cela n’était pas suffisant, elle est aussi jolie et bien foutue. Oui vraiment, j’ai de la chance de pouvoir la compter parmi mes proches.

Je l’entends tirer la chasse d’eau, et elle sort en m’expliquant qu’elle buvait un coup avec un ami en ville un peu plus tôt mais que les toilettes du bar ne fonctionnaient pas. Cela faisait plus d’une heure qu’elle se retenait, elle avait même pensé à s’arrêter dans des toilettes publiques, mais heureusement elle avait tenu jusqu’à chez moi.

La solution à ma question vestimentaire

Soudain elle s’arrête de parler pour me regarder et me dit : « Elle est super sexy ta robe. Tu sais ce qui ferait bander tous les mecs ? Si tu la combinais avec des bottes mi-cuisses. »

Je n’ai même pas eu besoin de lui exposer mon problème, elle m’a déjà donné la solution. Qu’est-ce que je ferais sans elle ?

La rencontre avec ma meilleure amie

Je me rappelle parfaitement de la première fois que j’ai vu Andreea. J’étudiais dans un parc, ou plutôt j’essayais d’étudier mais j’étais constamment dérangée par les hurlements de deux enfants qui faisaient un caprice sur le banc d’à côté. Ils étaient accompagnés d’une fille jeune plutôt jolie qui semblait complètement dépassée par les évènements.

Fraîchement arrivée en France

Réalisant que je ne pourrais pas lire mon chapitre dans ces conditions, je décidais de l’aider à calmer les deux enfants. Elle me remercia avec un accent à couper au couteau, et m’expliqua qu’elle était arrivée en France depuis trois jours seulement, qu’elle devait s’occuper de ces deux jumeaux mais qu’ils ne l’écoutaient pas. Elle ne savait pas quoi faire et elle devait absolument trouver une solution parce que sinon elle allait devoir rentrer à la maison et elle ne le voulait pas.

Après avoir réussi à calmer enfants et baby-sitter avec quelques mots doux et une poignée de bonbons au caramel qui trainaient dans mon sac, je fis plus ample connaissance avec Andreea. Elle avait mon âge, venait de Roumanie et était arrivée en France en tant que jeune fille au pair pour s’occuper de ces deux petits démons.

Une femme attirante, douée et débrouillarde

Elle était ingénieur en génie civil, elle parlait couramment 4 langues en plus de son roumain natal, mais elle avait tout abandonné pour venir s’occuper d’enfants ici. J’étais en admiration devant cette fille si différente de toutes celles que je rencontrais habituellement à la fac, et je pris l’habitude de venir bavarder avec elle au parc pendant que les jumeaux, qui étaient plus anges que démon, s’amusaient.

Rapidement nous sommes devenues inséparables. Lorsque son contrat de jeune fille au pair se termina, je l’accueillis chez moi pendant quelques mois, jusqu’à ce qu’elle puisse résoudre ses problèmes de papier et trouver un travail correct.

De l’eau a coulé sous les ponts depuis, et aujourd’hui Andreea est une experte recherchée par les plus grandes compagnies (bientôt une Marissa Mayer !), tandis que je suis devenue une dentiste respectée. Nous n’avons plus besoin de partager une chambre de bonne, même s’il nous arrive encore parfois de partager un lit.

Soirée en boîte entre copines

« Bon, on y va ou quoi ? C’est l’ouverture aujourd’hui, ça va être bondé. Si on veut rentrer, il faut qu’on arrive assez tôt. »

Envie d’un flirt ce soir

Andreea interrompt ma rêverie en me rappelant pourquoi nous sortons ce soir. C’est l’ouverture de ce nouveau club huppé, juste à côté de chez moi. Il va y avoir du monde, du beau monde. Secrètement, on espère toutes les deux que les joueurs du club de foot qu’on supporte toutes les deux viendront faire un tour. Qui sait, peut-être que l’on aura de la chance ?

Avant même d’arriver sur place, nous savons que cela va être plus compliqué que prévu. La queue commence à deux pâtés de maison du club et nous nous faufilons pour arriver à la porte où nous sommes poliment arrêtées par un homme en costume. Il est grand, musclé, porte un T-shirt blanc sous sa veste de costume et une oreillette… pas de doute, c’est le videur.

Je le scanne rapidement pour me faire une idée. Difficile de deviner son âge, il peut avoir aussi bien 30 ans que 50 ans. Pas d’alliances. Chaussures et montre de qualité, mais pas à la dernière mode. Il n’est pas vraiment beau mais très charismatique, il me rappelle un peu Vin Diesel.

Premier contact avec un mâle très viril

« Bonsoir mesdemoiselles, vous êtes ravissantes ce soir. Est-ce que je peux voir votre invitation ? », nous lance-t-il, d’une voix grave.

Même pour deux belles femmes, pas toujours facile d'entrer en club
Même pour deux belles femmes, pas toujours facile d’entrer en club

Poli, ferme, et professionnel : ce n’est clairement pas un débutant que l’on peut facilement embobiner. Mais cela ne coûte pas grand-chose d’essayer, et nous entamons la conversation habituelle, celle qui a lieu devant tous les clubs du monde, tous les week ends. Nous lui expliquons que nos amis nous attendent à l’intérieur, il nous répond que ceux-ci devraient contacter le service organisateur pour ajouter notre nom à guest list. Nous essayons alors de donner un nom au hasard, espérant qu’il soit sur la liste, mais cela ne fonctionne évidemment pas.

Il nous reste bien sûr l’option de le charmer, mais cela est évident que nos sourires ne suffiront pas, ce videur a bien trop d’expérience pour se faire avoir par deux filles souriantes. Cependant il est toujours avec nous et ne nous a pas renvoyé dans la file d’attente bien que ce soit à présent évident que nous n’avons absolument rien à faire ici.

Oser aller plus loin avec cet homme

J’échange un regard avec Andreea et, sans un mot, nous nous mettons d’accord pour tenter le tout pour le tout. Elle lui demande alors s’il ne voudrait pas vérifier si notre nom n’apparait pas sur la « liste privée », car nous devons absolument pouvoir entrer ce soir. Il nous dévisage sans un mot, puis s’adresse à un collègue : « Hervé ! Tu peux prendre ma place un moment ? Je vais faire un tour dans le bureau pour vérifier un truc avec ses demoiselles, je reviens d’ici vingt minutes. »

Le dénommé Hervé, un rouquin d’au moins deux mètres et cent kilos, nous scrute des pieds à la tête avant de répondre avec un sourire complice : « Pas de problème, boss ! »

Une proposition salace que nous acceptons

Nous entrons par une porte latérale qui s’ouvre sur un couloir mal illuminé avec des cartons un peu partout : pas vraiment ce que l’on s’imagine d’un club huppé. Le videur nous fait entrer dans le bureau, qui est du même acabit avec sa moquette usée, sa vieille table de cuisine sur laquelle trône un ordinateur qui a dû survivre le fameux bug de l’an 2000, et son fauteuil en cuir usé couvert de magazines.

Un bureau assez glauque, là où le videur se fait tailler des pipes
Un bureau assez glauque, là où le videur se fait tailler des pipes

Notre videur se dirige vers ce fauteuil, jette les magazines sur le sol et s’affale avec un soupir de soulagement. Il nous regarde et après quelques secondes nous dit : « Bon, je suppose que vous savez quoi faire, non ? Je suis pressé, alors me faites pas perdre mon temps. »

Une grosse queue à sucer dans un bureau pour commencer a soirée

Puis il défait son pantalon, écarte les jambes, sort son téléphone et commence à s’amuser avec. Le professionnel charismatique me rappelant Vin Diesel a disparu pour laisser place à une montagne de muscles sans éducation… Aussi bien Andreea que moi pensions passer un moment sympa, finalement ce sera une pipe triste. Nous nous regardons et de nouveau nous nous comprenons sans avoir besoin d’échanger un mot : c’est dommage, mais ce n’est pas la fin du monde.

Nous prenons donc place et commençons à faire ce qu’il attend de nous, parcourant sa queue flasque avec nos langues, l’embrassant jusqu’à ce qu’elle se redresse, la prenant en bouche à tour de rôle. Il a une jolie bite, et la sucer est loin d’être désagréable, surtout lorsqu’elle est partagée avec Andreea.

Obligées d'y mettre du nôtre pour avoir droit de rentrer dans cette boîte de nuit
Obligées d’y mettre du nôtre pour avoir droit de rentrer dans cette boîte de nuit

À ma grande surprise, je sens une main entre mes cuisses. J’ouvre les yeux et réalise que celle-ci appartient à mon amie. Bien qu’elle ait une bite en bouche, je distingue son sourire sous son regard malicieux lorsqu’elle introduit deux doigts en moi.

Un rapprochement sexuel inédit avec mon amie

Elle me connait bien et sait comment s’occuper de moi. En quelques secondes je dégouline sous ses caresses et sens le plaisir monter dans mon bas-ventre. Je ne peux réprimer mes gémissements et le videur daigne lever les yeux de son téléphone pour m’observer : « Je vois que ça te plaÎt de me la sucer, hein ? Tu vas voir ce que j’ai de bon pour toi ! ».

Joignant le geste à la parole il m’appuie sur la nuque et me force à le prendre entièrement en bouche. Andreea accélère le mouvement entre mes cuisses et je suis saisie d’un orgasme violent, des spasmes parcourant mon corps, mes cris de plaisir étouffés par ce membre dans ma gorge. Tout ceci semble exciter au plus haut point notre ami, qui me remplit la bouche de son sperme tout en débitant des cochonneries dignes des plus mauvais films pornos.

Sésame obtenu : là commence la vraie soirée

Quelques minutes plus tard, nous nous dirigeons de nouveau vers l’entrée principale. Nous croisons Hervé qui nous demande si le bureau nous a plu et si nous avons envie d’y retourner, mais notre videur lui lance un regard glacial qui le fait taire immédiatement.

Le professionnel charismatique qui nous avait accueilli est de retour. Il consulte la liste des invités sur sa tablette pendant quelques instants, puis s’exclame : « Effectivement mesdemoiselles, votre nom est bien sur la liste. Veuillez entrer, et je vous souhaite une excellente soirée. »

Ravies, nous grimpons les quelques marches et pénétrons dans le club. La décoration est superbe, la musique est excellente, la salle est remplie sans être bondée… pas de doute, ce club tient ses promesses.

Andreea me donne alors un coup de coude, et me signale deux hommes au bar. Ce sont les joueurs de foot qui nous plaisent tant ! Et ils nous regardent… Nous leurs sourions, et ils nous font signe de venir prendre un verre avec eux. La soirée promet d’être mémorable.

L’hôtel du vice au Mexique

L’hôtel du vice au Mexique
Pour nos dix ans de mariage, nous avions décidé de nous offrir une seconde lune de miel histoire de passer un peu de temps ensemble, juste nous deux, histoire de se retrouver comme disent les magazines féminins. C’est vrai que nous étions tombés dans une espèce de routine : entre le boulot, les amis, et toutes...

Plaisir égoïste avec mon sybian

Plaisir égoïste avec mon sybian
Pourquoi acheter un sybian sur internet ? Dans mon cas, les explications sont nombreuses. Comme la plupart des citadines trentenaires qui jonglent entre un boulot stressant, une vie sociale bien occupée aussi bien dans la vraie vie que sur les réseaux sociaux, et la salle de sport pour garder de belles fesses bien fermes et...

Comment j’ai craqué facilement pour un pilote de ligne

Comment j’ai craqué facilement pour un pilote de ligne
Je prends souvent l’avion. À vrai dire, je passe un peu ma vie entre les aéroports et les hôtels. Je suis à mon bureau seulement 2 ou 3 jours par mois, et cela fait des lustres que je n’ai pas dormi plus de 3 nuits de suite dans mon lit. Je me dis souvent que...
Notez ce texte
[Total: 0 Moyenne: 0]

Votre hôte et serviteur. L'équipe de Candaule.fr et moi-même veillons en permanence à ce que votre expérience sur le site soit la plus agréable possible. Pour échanger avec la communauté de Candaule.fr (forum, tchat et messagerie), vous devez être inscrit·e.