Le livreur de sextoy

J’adore me faire plaisir, quand je suis seule dans l’appartement. Je regarde des films pornos en me masturbant, et je ressens un réel plaisir à observer des gens se toucher, se lécher et pénétrer. Je suis sexuellement épanouie dans ma vie de couple. Mon homme s’occupe bien de moi, lorsqu’il est présent et pas trop fatigué du boulot. Nous nous complétons, et il sait me donner des orgasmes comme je les aime.

Mon mari est très souvent pris par son travail et ses voyages d’affaires. Au début, ses absences m’affectaient un peu. C’était surtout ma chatte qui en souffrait, jusqu’à ce que je découvre qu’il est possible de se donner du plaisir seule.


Vous êtes dans "Le Carnet", l'espace dédié aux articles de Candaule.fr mais fermé aux interactions entre les inscrits du site.

Nous vous invitons à découvrir "Le Forum", là où nos membres racontent leurs expériences candaulistes réelles.

Aller sur le Forum


Pour celles et ceux recherchant des rencontres orientées "plan cul", contactez directement les dernières inscrites.



Depuis, je ne manque plus de rien. Mes doigts sont là pour faire tout le travail. C’est surtout le soir après le travail que j’aime me masturber. Je vais sur Internet. J’ai quelques sites web auxquels je suis abonnée. Ouverte d’esprit, je visite toutes les catégories : les duos, les trios, les gangbangs…

Retour aux histoires de femmes coquines

Se faire livrer un sextoy à domicile par un bel homme

« Pourquoi ne pas tenter de nouvelles expériences », me disais-je. J’ai remarqué que certains actrices pornos s’épanouissent avec les sextoys. Je décide donc de passer commande sur une boutique en ligne. Ce jour-là, j’avais pris un vibromasseur, histoire de tester les sensations. J’avais lu sur des forums que ce joujou explosait les ventes.

J’avais renseigné mes coordonnées. La livraison allait se faire deux jours après. J’étais impatiente et excitée. Un vibromasseur est excellent pour une stimulation clitoridienne, vaginale, anale et même pour une double pénétration. Ces options me plaisaient toutes, mais comment allais-je bien pouvoir proposer à mon mari d’en faire usage. Je craignais sa réaction. Je ne voulais surtout pas qu’il pense qu’il ne me suffit plus. Décidée, je clique sur « Commander ».

J’avais reçu une notification m’informant que la livraison allait se faire dans la matinée. J’avais alors décidé de prendre une douche pour être prête au moment où le livreur arrive. L’interphone sonna au moment où je sortais de la douche pour me rhabiller. J’avais enfilé le premier short et T-shirt qui étaient à ma portée.

Je ne voulais surtout pas rater le livreur et devoir aller chercher mon colis dans un bureau de poste. Il frappa à la porte et je lui ouvris. Le livreur devait avoir la quarantaine. Il n’était pas mal. Beau gosse aux yeux bleus, le teint un peu bronzé, une barbe de trois jours et un charmant accent. Il portait une casquette un peu délavée. Il était très sympathique.

Ce jour-là il se présenta donc comme étant le livreur. Son uniforme le rendait très charmant. Je me demandais ce qui pouvait bien se cacher sous cette tenue. Je l’avais invité à entrer et il s’exécuta. Il s’étonnait de me voir encore trempée.

Un charmant livreur : Un plan cul à saisir…

Mes cheveux étaient encore mouillés. Des gouttes d’eau coulaient sur le devant de mon T-shirt blanc. Cela laissait paraitre ma peau, mes seins. Je n’avais pas eu le temps d’enfiler un soutien-gorge. J’en étais consciente que lorsque je vis le livreur entrain de fixer ma poitrine toute humide.

Son regard ne cessait de basculer entre moi qui était en train de parler avec lui et mes seins à nu. Je craignais de le mettre mal à l’aise, alors qu’au contraire il souriait. De mon côté, j’appréciais cette sensation d’être désirée.

Il commença à m’aborder pendant que je remplissais le formulaire d’avis de réception.

  • « Je suis navré du retard. Il y avait des embouteillages monstre ! », me disait-il.
  • « Oh ce n’est pas grave », lui répondis-je encore absorbée dans le formulaire à remplir.
  • « Mais je ne suis pas arrivé aussi tard que cela, à ce que je vois. Je pense même vous avoir dérangé », ajouta-t-il en souriant.

Je me demandais s’il était entrain de me faire la cour. Il se doutait surement de ce que contenait la boîte. Je me laissais tenter par ce jeu de séduction pour voir jusqu’où il pouvait aller. Aussi, mon mari ne risquait pas de revenir aussi tôt. Il était à un voyage d’affaires à des kilomètres.

Mon dragueur me tendit la boîte en se plaignant de la chaleur, et du travail qui l’attendait. Il en avait profitait pour me demander un verre d’eau. J’avais alors fermé à clé la porte entrebâillée. Je l’avais invité à prendre place dans la cuisine en restant la plus aimable possible. Je tenais à me comporter comme une hôte exemplaire.

Drague délibérée

Il me dévisageait et me regardera de haut en bas, pendant que je pris une bouteille d’eau dans le réfrigérateur.

  • « Vous savez, le vin peut aussi être désaltérant dans certains cas », lui dis-je en rigolant.
  • « Volontiers », dit-il immédiatement.

Mon haut blanc devenait de plus en plus mouillé. Le livreur n’avait plus aucune pudeur à fixer mon corps.

Il s’était levé pour s’approcher de moi entrain de verser son verre de vin. Puis il prit le verre que je lui avais tendu, en faisant exprès d’effleurer ma main. Une certaine excitation m’avait immédiatement envahi.

Il buvait son vin en face de moi et me complimentait sur ma silhouette, mes formes. Il disait n’avoir vu une si belle femme de près. Ah le beau parleur !

Et moi, je désirais que l’on teste le vibromasseur ensemble. Il faisait un bon candidat.

De premiers baisers auxquels je ne peux que succomber

Le livreur remarquait que je n’étais vraiment pas indifférente à ses techniques de drague. Il s’approcha alors encore plus près de moi. Je le regardais dans les yeux pendant qu’il posait doucement son verre sur le plan de la cuisine. Il n’arrêtait pas de me complimenter en tentant de m’embrasser le cou. Je restais immobile pour tester à quel point j’exerçais un pouvoir de séduction sur lui.

Il s’approcha de plus en plus de mon cou avant de libérer un premier baiser. Il dégageait une odeur particulière, très masculine. C’était sûrement son eau de Cologne. L’odeur était enivrante. J’étais excitait dans les bras de ce bel et viril inconnu en uniforme. J’avais hâte de le lui ôter.

Je ressentais du plaisir en frottant ma chatte sur mon short en jean. Heureusement que je n’avais pas porté de culotte.

Je ne pouvais quasiment rien faire, tellement le livreur me couvrait de baisers. J’avais alors décidé qu’on aille dans le salon. C’était un peu étroit dans la cuisine. J’avais emporter avec nous le colis.

Un livreur charmeur avec qui j'ai vite eu envie de baiser

Un livreur charmeur avec qui j’ai vite eu envie de baiser

Se mettre en condition pour expérimenter le vibro ensemble

Nous étions arrivés près du canapé. J’avais passé mes bras autour de son cou pour l’embrasser langoureusement. Il posa ses mains sur mes fesses pour les tenir fermement. La situation m’amusait. J’étais surprise de désirer fortement cet inconnu, moi qui ne couchais qu’avec des hommes que je connaissais bien.

Je pressais mon bassin contre le sien en roulant un peu des hanches. Je sentais son pénis prétendre à une belle érection. J’avais hâte de jouer avec dans ma bouche. Je m’étais alors assise sur le canapé pour ouvrir délicatement sa braguette afin de sortir son pénis. Quel beau et grand joujou j’avais devant moi !

Je pris son sexe pour le mettre dans la bouche. Je sentais le livreur entrer en extase. J’enroulais le pénis de haut de bas avec ma langue. Il m’invita à me redresser quelques minutes après pour m’ôter mes vêtements. Je le voyais très surpris de me voir sans culotte. De mon côté, je glissais complètement le zip de son uniforme pour le lui enlever.

La découverte de l’engin

Je vis un homme à la carrure bien sculptée, ni trop mince, ni trop musclé. Il devait bien s’entretenir vu ses pectoraux. En dessous de l’uniforme se trouvait une chemise à carreaux, un jean et un caleçon serrés couvrant bien l’entre-jambes. On était tous les deux nus.

Je pris immédiatement la boîte pour l’ouvrir. Je n’en pouvais plus d’imaginer à quoi ressemblait réellement le vibromasseur. Il était mignon, j’avais pris la couleur rose. D’un simple regard, j’invitais le livreur à l’utiliser sur moi. Ma chatte était déjà tout humide. Plus la peine d’utiliser un lubrifiant, d’autant plus que je n’en avais pas.

J’étais toute pétillante, comme un enfant allant utiliser pour la première fois un jouet. Je m’étais alors allongée sur le canapé en ayant les cuisses ouvertes. Le gentil livreur commença à explorer mes parties intimes en les tâtonnant. Il prit du plaisir à tester les niveaux de vibration, mais surtout à me voir gémir. Il rigolait en me voyant attraper tout ce qui était à la portée de main quand j’étais très excitée.

Le livreur s’était transformé en gamin passionné par un jouet. Il testait, sans me demander mon avis, toutes les options possibles. J’en découvrais des choses sur moi, et sur le sextoy. J’ignorais que l’on pouvait autant stimuler le clitoris, les lèvres et l’anus. J’étais aux anges.

Ma première expérience à deux avec un sextoy

Je m’étais renseignée sur la possibilité d’employer ce type de sextoy sur les hommes. J’avais alors voulu inverser les rôles.

  • « C’est ton tour maintenant », proposai-je au livreur en lui indiquant le sextoy par les yeux.
  • « Mais t’es folle ! » répondit-il en éclatant de rire.

Je l’avais supplié et il avait fini par accepter. Il s’installa, contre son gré. Il était obligé d’accepter ma requête s’il souhaite me pénétrer. Puis il s’allongea sur le ventre avant que je passe le vibromasseur sur son ventre pour stimuler cette partie. J’avais poursuivi avec les tétons et les cuisses, mais pas encore sur son sexe.

Il commençait à savourer le moment. J’avais alors décidé de descendre plus bas quand je vis que la température commençait à monter pour lui. J’avais glissé le sextoy sur le périnée pour m’attarder dessus. Il libéra quelques gémissements alors je m’étais mise à le caresser par l’autre main et lécher son sexe.

Je voyais que le plaisir l’envahissait, alors je l’avais branlé un peu. Il prit soudainement le vibromasseur pour le poser sur la table basse. Je sentais qu’il n’arrivait plus à se retenir alors il me l’a mise.

Un livreur qui cache un excellent baiseur

La scène précédente m’avait encore énormément mouillée. Je sentais son sexe bien raide effleurer mes lèvres avant de s’introduire dans mon vagin. Il me souleva ensuite pour que je mette à quatre pattes. Mes fesses étaient à la hauteur de son sexe.

Il me pénétra avec délicatesse et je pouvais ressentir toute l’excitation qui l’envahissait. La position de levrette est l’une de mes préférées. D’une poussée, il alla un peu plus fort et plus vite. Son pubis claquait fortement sur mes fesses, à chaque fois qu’il me prenait.

Il essaya de mettre un doigt dans le cul, mais je faisais en sorte de la sortir rapidement pour ne pas lui donner ce plaisir. Il finit par abandonner la tentative et il se mit à me malaxer les fesses. Mon plaisir monta d’un cran lorsqu’il m’ouvrit les fesses.

Je caressais mon clito, même si c’était un peu compliqué dans cette position. J’avais atteint l’orgasme à ce moment-là, et lui aussi, quelques minutes après. Il se redressa soudainement et se mit à se branler : il était sur le point d’éjaculer.

Je m’étais alors agenouillée, les fesses vers l’extérieur pour admirer cette éjaculation. Je vis alors ces filets blancs épais atterrir sur mon visage avant que le reste ne coule sur le long de sa raie. C’était très excitant.

Le livreur s’était ensuite rhabillé. Nous n’avions même pas le temps de nous prélasser, puisqu’il avait d’autres livraisons à faire. Il m’a laissé son numéro, et il m’avait promis qu’il repasserai me livrer un petit quelque chose.

Mon amant dominant derrière la webcam

Mon amant dominant derrière la webcam
Je viens tout juste de fêter mes 30 ans, je suis mariée et je suis actuellement sans emploi. Je n’ai quasiment rien à faire dans la journée, en dehors des tâches ménagères et des courses. J’ai carrément du temps à tuer, tous les jours, contrairement à mon mari. Lui est très occupé par son travail....

Mettre du piment lors d’un covoiturage

Mettre du piment lors d’un covoiturage
Cela fait plus d’un an que je fais du covoiturage avec Stéphane, et je ne m’attendais vraiment pas à sa remarque. Nous ne travaillons pas dans le même service, et ce n’est que grâce à une annonce sur le tableau à côté de la machine à café que j’ai fait sa connaissance. Stéphane cherchait quelqu’un...

Délaisser les hommes pour des plaisirs lesbiens

Délaisser les hommes pour des plaisirs lesbiens
Mon histoire est classique, apparemment, mais j’ai décidé de la raconter. Elle a commencé par une rupture douloureuse, quand mon copain m’a annoncé qu’il était tombé amoureux de sa dentiste et que ce serait bien que je quitte l’appart assez rapidement, car elle allait venir s’installer. Retour aux histoires de femmes coquines Se consoler en...