Offerte par mon mari dans un club libertin – De nouveaux plaisirs insoupçonnés

Mon époux et moi sommes mariés depuis trois ans maintenant. Nous nous étions rencontrés à l’université. Des amis en commun nous avaient présentés, et depuis nous sommes inséparables, au point de nous marier. Thibault, c’est le type d’homme timide et réservé, mais je l’adore. Nous avons une vie sexuelle épanouie, mais j’entretiens des relations extra-conjugales.

Retour aux histoires candaulistes de femmes coquines

Un époux complaisant


Vous êtes dans "Le Carnet", l'espace dédié aux articles de Candaule.fr mais fermé aux interactions entre les inscrits du site.

Nous vous invitons à découvrir "Le Forum", là où nos membres racontent leurs expériences candaulistes réelles.

Aller sur le Forum


Pour celles et ceux recherchant des rencontres orientées "plan cul", contactez directement les dernières inscrites.



Vous aurez donc compris que je trompe mon mari, mais cela ne lui déplaît pas. Mon époux est complaisant. Moi-même je n’avais su cela que le jour où il a découvert un message de mon ancien amant. La surprise ne lui avait fait ni chaud ni froid. Depuis, je l’aime encore plus. Je me sens libre avec lui.

Quelques jours après, j’étais sortie un dimanche matin sans lui dire où je comptais me rendre. Je rejoignais mon amant, et il s’en doutait, mais il ne se fâchait pas à mon retour. Le dîner était plutôt silencieux ce jour-là, jusqu’à ce qu’il me pose une question fatidique :

  • « Pauline, dis-moi, tu étais avec lui ? » me demanda-t-il ;
  • « Euhh oui », répondis-je d’un air gêné et étonné ;
  • « Est-ce qu’il est gentil avec toi ? Je pense que oui sinon qu’est-ce que tu irais faire avec lui. » ajouta-t-il.

Nous avions poursuivi notre conversation en parlant de mon amant. Thibault était particulièrement calme. Ce qui m’étonnait le plus : il semblait très intéressé par notre histoire. Il m’avait posé quelques questions jusqu’à ce que nous terminions de manger. Je le sentais… il n’osait pas me demander des détails. Il voulait juste savoir comment nous nous étions rencontrés, mon amant et moi.

Sa proposition : Le game changer de notre relation

Des jours étaient passés après cette discussion plutôt insolite. La découverte n’avait en aucun cas changé mon mari. Il restait attentionné et adorable, comme toujours. Une nuit, nous avions fait l’amour, et il avait joui en moi. Alors que j’étais blottie dans ses bras, il me posa de nouveau des questions inhabituelles sur ma relation extra-conjugale.

Il me poussait à donner des détails sur les ébats avec mon amant. Il insistait sur les passages chauds. Je remarquais que cela l’excitait. Il me demandait comment l’amant se prenait, et comment je faisais. À la fin de la conversation, il m’avait avoué qu’il aimait m’imaginer avec d’autres hommes. J’étais abasourdie par cette annonce.

J’acceptais encore l’idée que Thibault soit complaisant, mais pas jusqu’à faire une obsession sur ma relation extra-conjugale. L’important : j’avais l’assurance de ne pas l’avoir blessé. Au contraire, je pense l’avoir aidé à une certaine manière. C’est quelqu’un de bien et une relation comme la nôtre ne court pas les rues.

Essayer le candaulisme

La requête de mon époux m’avait travaillée l’esprit pendant des jours. J’y pensais dans la journée au travail, et la nuit avant de dormir. J’avais déjà entendu parler de cette pratique sexuelle libertine : le candaulisme. C’est celle où on s’offre à une tierce personne devant son mari pour qu’il prenne du plaisir. L’idée avait germé dans ma tête : cela ne me déplaisait pas.

Thibault avait donc des penchants candaulistes. Cela aurait pu choquer une autre femme, mais pas moi. J’apprécie toutes les formes de plaisir. Mon problème était la suivante : avec qui on allait le faire, parce qu’il fallait une tierce personne.

Une nuit, j’avais relancé la discussion avec mon mari. Je lui avais dit que je voulais bien essayer le candaulisme. Je lui avais également fait part de mon problème : où trouver la tierce personne. Immédiatement, il avait avancé des solutions, comme quoi il avait déjà tout planifié. Il m’avait proposé de nous renseigner auprès des clubs de rencontres puisque le candaulisme y est apparemment courant. Nous avions donc convenu de tenter notre première expérience candauliste.

Nous nous étions fixés une règle. Thibault allait choisir mon partenaire, et il devait être présent dans la même pièce que nous. L’idée de m’offrir à un autre homme m’excitait déjà : j’aime les nouveautés.

Mon mari accepte de m'offrir à un inconnu en club

Mon mari accepte de m’offrir à un inconnu en club

Notre expérience dans un club de rencontre

Nous nous étions renseignés sur les clubs libertins de notre ville. Notre choix s’est porté sur un établissement à une trentaine de kilomètres de chez nous. Nous nous étions lancés le défi de nous y rendre pour voir comment cela se passait, sans obligation de participer. On devait y allez le week-end.

Le jour J était arrivé. Je m’étais préparée. Je m’étais parfumée et je m’étais rasée la chatte. J’avais décidé de porter une tenue sexy au cas où il allait se passer quelque chose au club. J’avais associé une petite robe noire à des talons hauts. C’était un vendredi et il y avait pas mal de monde. L’attente était assez longue.

Sur la file d’attente, deux hommes étaient passés à côté de nous. Ils m’avaient dévorée du regard avant de s’attarder sur mes fesses. J’étais ravie de créer cet effet, et mon mari l’était davantage. Je le sentais excité à l’idée de la nouvelle expérience. Nous étions finalement parvenus à entrer dans le club.

Une fois à l’intérieur…

L’ambiance était décontractée, comme celle que l’on retrouve dans les boîtes de nuit. Les gens étaient classes et élégants. Il y avait autant d’hommes que de femmes. Ils discutaient, ils buvaient et ils dansaient sur une piste. Nous avions de décidé prendre quelques verres avant d’aller nous défouler sur la piste. Je sentais des mains, autres que celles de Thibault, me tenir par la taille, au bout de quelques minutes. C’étaient celles d’un inconnu que j’avais du mal à distinguer le visage, puisqu’il faisait assez sombre. Thibault nous admirait. Il avait sympathisé avec cet inconnu se trémoussant contre moi.

Je vis ensuite Thibault dire des choses à l’oreille de l’inconnu. Ce dernier acquiesça je ne sais quelle proposition. Il nous fit un signe de la tête pour le suivre. Je n’y comprenais rien, mais je les avais suivis tel un petit chien accompagnant leurs maîtres. Nous étions montés à l’étage pour nous rendre, tous les trois, dans les coins câlins.

Un cadre qui me faisait mouiller

Je voyais des couples et des groupes de personnes faire l’amour, lorsque nous passions des pièces aux portes entre-ouvertes. Je sentais Thibault très excité. Il avait hâte, mais je sentais aussi qu’il avait le trac. Nous avions pu tomber sur un coin-câlin encore vide, et nous nous étions arrêtés à cet endroit. J’étais pompette, mais j’arrivais à bien écouter la négociation entre l’inconnu et Thibault. Ce dernier l’avait proposé de me baiser.

Cet inconnu était plutôt plaisant. Il était sexy dans sa chemise rose moulant son torse et avec sa barbe de trois jours. J’arrivais à mieux le voir puisqu’il faisait plus clair là où on se trouvait. Nous étions entrés dans la pièce avant de bien verrouiller la porte. Thibault me donna un léger baiser sur les lèvres avant de me pousser doucement vers l’inconnu.

Il y avait un lit et un fauteuil dans la pièce. Thibault prit doucement le fauteuil avant de le poser dans un coin de la pièce. J’étais là devant cet inconnu, sentant une odeur excitante de cigarette chez lui. Il se mit à me caresser à travers ma robe pour toucher mes bras, ma poitrine, mes fesses. J’imaginais Thibault entrain de s’émoustiller devant ce spectacle.

Passage à l’acte

L’inconnu était ensuite passé dans mon dos pour souffler dans mes oreilles. Cela m’avait fait frissonner de plaisir. Il m’embrassa légèrement la nuque en pelotant mes seins. Il commença à m’ôter la robe, ainsi que les sous-vêtements. Toujours derrière moi, il s’attardait sur mes mamelons aux tétons durcis par l’excitation. Il me tourna vers lui et je le vis entrain de m’admirer de la tête aux pieds.

Il retira à son tour ses vêtements et son caleçon. Je vis alors un sexe en érection grand et bien dressé. Il me tira doucement par le bras pour m’installer sur le lit. J’étais en position assise et lui debout. Il positionna son sexe devant mon visage et j’avais compris où il voulait en venir. J’avais alors enfoncé cette queue dans la bouche pour la sucer frénétiquement.

Je faisais de mon mieux pour que tout entre complètement, bien que cela soit un peu difficile. J’entendais le mec gémir doucement. Il caressa légèrement mes cheveux, en même temps. Nous avions passé de longues minutes dans cette position avant que je ne me redresse. « À mon tour maintenant », me disais-je.

Je m’offre à cet inconnu…

Je m’étais alors allongée sur le lit, et je sentais son visage s’approcher de mon sexe. Il souffla légèrement mes cuisses avant d’écarter les lèvres de ma chatte avec ses doigts. Je n’avais pas pu me retenir de gémir, tellement c’était soudain. Il avait ensuite léché mon clitoris. Le plaisir m’envahissait à point où je ressentais le besoin de m’agripper à n’importe quoi. J’avais envie de crier, mais je me retenais.

J’adorais sentir la chaleur de sa langue caresser mon vagin et la force de ses dents mordiller mes grandes lèvres. Il avait poursuivi en me doigtant avec un doigt, ensuite deux. Le mec alternait en me léchant et en me doigtant régulièrement. Je le sentais complètement me bouffer l’abricot. Mon cœur battait tellement fort au point de sentir le battement dans ma chatte.

À un moment donné, je m’étais retournée vers Thibault pour voir ce qu’il devenait. Il avait la main dans le pantalon, sûrement entrain de se masturber.

Une soirée inoubliable

L’inconnu, ne pouvant plus se retenir, s’allongea sur moi pour me pénétrer. Il ne se faisait pas prier. Il avait enfoncé, d’un coup, sa queue dans ma chatte. Je n’avais pas pu m’empêcher de sortir un léger cri à cet instant. Il bougeait le bassin, et je sentais son sexe tantôt dans ma chatte tantôt dehors. Chaque coup provoquait en moi un grand plaisir. Je sentais ma chatte mouillée, qu’il était facile pour son pénis de glisser dedans.

Le mec s’était redressé quelques bonnes minutes après pour me mettre à quatre pattes. Son sexe tendu entra de nouveau dans ma chatte. Je le sentais s’enfoncer davantage que lorsque nous étions en position du missionnaire. Les cris libérés de ma bouche étaient un mélange de plaisir et un peu de douleur. Mais j’aimais cela. J’avais joui à cet instant.

Apothéose d’un moment libertin

J’étouffais des cris dans l’oreiller avant de relever un peu la tête pour respirer un bon coup. Le mec m’attira de nouveau vers lui pour que je le suce. J’avais alors enfoncé de nouveau la queue dans ma bouche. Je le sentais beaucoup gémir avant qu’il ne se retire pour se lever. Il se mit à éjaculer sur ma face. Je laissais ma bouche entre-ouverte pour laisser sa semence y entrer un peu.

Je m’étais allongée sur le lit après que le mec a fini d’éjaculer. Il s’était immédiatement rhabillé pour je ne sais quelle raison. Il avait l’air heureux vu le sourire qu’il avait sur le visage. Nous nous étions salués et il était parti. Nous n’avions même pas eu l’occasion de faire plus ample connaissance.

Mon mari m’avait rejoint dans le lit, et je le voyais épanoui comme un gosse recevant son jouet préféré. Il était tout content. Nous nous étions enlacés pendant quelques minutes avant de nous rhabiller à notre tour pour rentrer à la maison.

Mon mari, mon esclave sexuel

Mon mari, mon esclave sexuel
Cela fait 2 ans que Tony et moi sommes mariés. Nous nous sommes rencontrés dans une soirée organisée à la fac. Ce fut immédiatement le coup de foudre. Depuis, nous voilà unis à jamais par les liens sacrés du mariage. Au début, aucun de nous n’imaginait que j’aimais dominer les hommes comme s’ils étaient des...

Aventures estivales dans la maison de famille

Aventures estivales dans la maison de famille
C’était l’été de mes 20 ans, et je ne l’oublierai jamais. J’étais jeune, je découvrais la liberté, et je ne pensais qu’à mon plaisir. Je ne regrette rien. J’étais avec Martin à l’époque, un garçon de mon école de commerce. Il était mignon, gentil, mais je savais bien que nous n’avions aucun avenir ensemble. De son...

Je préfère le mec de mon amie au mien : J’en fais mon amant !

Je préfère le mec de mon amie au mien : J’en fais mon amant !
Hugo a tout pour plaire, c’est le partenaire que de nombreuses femmes rêveraient d’avoir. Âgé de trente-quatre ans, il gagne bien sa vie en tant que dentiste. Nous vivons ensemble dans un appartement simple et modeste, à l’image même de nos personnalités. Un jour, nous projetons de nous marier. Tout allait bien entre Hugo et...