Comment gérer ses voisines trop ouvertes aux plans cul ?


Casanova, Don Juan, homme à femmes, baiseur invétéré… J’ai eu droit à tous les noms imaginables. Certains étaient prononcés avec respect, voire admiration, d’autres étaient clairement injurieux. De manière étonnante, ce sont surtout des hommes qui m’ont insulté. La jalousie sans doute. De mon côté, je me vois plutôt comme un hédoniste, un épicurien qui profite des plaisirs de la vie et aime les partager. J’aime le sexe, c’est pour moi l’une des meilleurs choses qui existent sur cette planète. Tout me plaît : Le jeu de séduction et de conquête, la complicité qui naît entre deux personnes, les sens en éveil, le plaisir physique, la sensation de bien-être qui suit…

Retour aux histoires candaulistes d’amants

Catalogué à tort comme un vulgaire queutard – Comment s’en défaire ?

Ce qui choque, ce n’est pas tellement le fait que j’aime me faire plaisir, mais plutôt le fait que je ne conçoive pas de le vivre avec une seule personne. On m’a souvent demandé pour quelles raisons je n’avais pas envie de me poser sérieusement, et je ne sais pas quoi répondre. Je ne le sens pas, je ne me vois pas heureux ainsi. Les gens me disent que c’est parce que je n’ai pas encore trouvé la femme de ma vie… Peut-être, mais j’ai des doutes.

Je ne collectionne pas les femmes pour flatter mon égo, ou pour impressionner les autres mâles. Tout ça, ce sont des conneries de magazines féminins. Ou alors ils existent vraiment des hommes qui pensent ainsi, mais j’ai du mal à y croire.

Le seul exemple qui me vient à l’esprit pour essayer d’expliquer comment je vois les choses, c’est la nourriture. J’aime manger, c’est aussi une des plaisirs de la vie pour moi. La sélection des ingrédients, les efforts mis dans la préparation, les odeurs enivrantes, les saveurs qui explosent sur les papilles… C’est aussi l’une des choses qui fait que, pour moi, la vie mérite d’être vécue.

Mon plat préféré, ce sont les lasagnes. Le goût inimitable, les souvenirs d’enfance… À chaque fois que j’en mange, c’est un pur bonheur. Et pourtant, je ne me vois manger que des lasagnes jusqu’à la fin de mes jours. Elles perdraient de leur intérêt, je me lasserais, et je finirais par en être dégoûté.

En général, les gens comprennent l’exemple, mais me disent que le sexe c’est différent. Oui je sais, je n’ai jamais dit que c’était la même chose, j’ai juste essayé de faire comprendre mon point de vue !

Séducteur certes, mais altruiste du plaisir avant tout

Beaucoup d’hommes m’ont insulté, certains ont même eu recours à la violence physique, mais très peu de femmes se sont plaintes de m’avoir rencontré. Il y en a eu, bien évidemment, mais peu.

Je ne dis pas ça pour me faire mousser, franchement, l’opinion des autres, ce n’est pas ce qui m’importe le plus. C’est juste une constatation, qui me fait plaisir et m’amène à penser que finalement, mon mode de vie n’est pas aussi mauvais que certains essaient de le faire croire.

Si les femmes que j’ai connues ont pour la plupart été ravies de m’avoir rencontré, c’est parce que je ne fais pas de promesses que je ne tiens pas. Je ne parle pas d’amour, mais de plaisir. Je ne fais pas miroiter une vie à deux, mais un moment merveilleux. Si je propose un week-end à la mer, ce n’est pas juste pour faire rêver, mais bien pour y aller, point barre.

Je n’ai jamais menti à une femme pour la séduire et l’amener dans mon lit, et j’en suis fier. J’en connais certains qui n’hésitent pas à le faire, et généralement ce sont les premiers à me dire que je ne respecte pas les femmes.

Avouer un amour immodéré pour le beau sexe

Ils ne pourraient être plus éloignés de la vérité : J’adore les femmes. Je les admire. Je les idolâtre. Il n’y a rien de plus beau, de plus sensuel, de plus merveilleux que le corps d’une femme. J’aime en prendre soin, le vénérer, le cajoler… Et je pense que c’est ce que les femmes apprécient chez moi. À vrai dire, je pense plus à leur plaisir qu’au mien.

Quel bonheur d'offrir à une femme des jouissances profondes, sans que cela n'engage à une relation amoureuse
Quel bonheur d’offrir à une femme des jouissances profondes, sans que cela n’engage à une relation amoureuse

C’est peut-être ce qui fait la différence.  Je ne prends aucun plaisir si ce n’est pas partagé. Si c’est pour utiliser le corps d’une femme pour me faire jouir, autant me masturber devant un porno. Moi, ce qui me plait, c’est de voir ma partenaire jouir, encore et encore. Si elle passe un bon moment, alors moi aussi.

Bon, il y a un autre point qui fait que les femmes apprécient ma compagnie, mais je n’aime pas me vanter. Surtout que je n’y suis pour rien, je n’ai fait aucun effort pour ça. Ce n’est pas de ma faute si j’ai été gâté par la Dame Nature et que cela me donne un avantage pour être choisi comme amant.

Ma voisine est trop expressive pendant les ébats

Lorsque j’ai emménagé dans cet immeuble il y a maintenant six mois, personne ne me connaissait, et cela m’allait bien. Je suis quelqu’un de plutôt discret, et j’aime la liberté que m’offre un certain anonymat. Savoir que tous mes faits et gestes sont observés, je trouverais cela stressant.

Malheureusement, il a suffi de quelques semaines pour que ma réputation soit faite, sans même que je ne m’en rende compte. Lorsque je ramenais mes conquêtes à la maison, j’avais l’impression de ne croiser personne dans l’entrée ou la cage d’escalier. Je pensais réussir à éviter les rumeurs pendant au moins quelques mois, et cela me plaisait.

Hélas, je me trompais.

Ce que je ne savais pas, c’est que les murs de ma chambre n’étaient pas bien isolés. La voisine de palier entendait tout, et elle eut tôt fait de raconter à la moitié de l’immeuble ce qu’il s’y passait. Je n’en savais rien à l’époque, et je ne me suis pas posé de question quand la voisine du premier a commencé à me sourire d’une manière équivoque à chaque fois que nous nous croisions dans l’entrée. Je n’ai pas spécialement réfléchi, j’y ai seulement vu la possibilité de partager un bon moment avec une jolie femme, alors je l’ai invitée à dîner. Les choses se sont bien passées, comme souvent, et nous avons terminé la soirée chez moi.

Pauvre voisine qui tremblait à chaque orgasme bruyant de ma partenaire
Pauvre voisine qui tremblait à chaque orgasme bruyant de ma partenaire

Maintenant que j’y repense, je la revois frapper des deux poings sur le mur de ma chambre pendant que je la prenais en levrette. Ses cris de jouissance étaient réels, pas de doutes là-dessus, mais je me dis qu’elle n’avait pas vraiment besoin de taper ainsi contre le mur de la voisine…

Un plan cul à la piscine municipale vite conclus

Lorsque quelques jours plus tard, cette grande brune entre deux âges vint m’aborder à la piscine, je ne me posais pas de question. Je n’avais aucune raison de me méfier, et j’étais habitué aux regards insistants des filles lorsque je portais un maillot de bain. Elles sont peut-être plus discrètes que les hommes lorsqu’il s’agit de mater, mais pas beaucoup.

Les choses n’ont pas traîné, nous savions tous les deux ce que nous voulions. Nous avons pris un café ensemble en sortant de la piscine du quartier, puis nous sommes rentrés directement à mon appartement. C’est vrai qu’elle n’a pas paru hésiter dans le hall, se dirigeant directement vers l’ascenseur, et il me semble bien que c’est elle qui a appuyé sur le bouton du sixième étage.

En analysant la situation a posteriori, j’aurais pu me douter qu’elle habitait l’immeuble, mais sur le coup je n’y ai même pas songé. Je ne l’avais jamais vue auparavant. Je n’étais ici que depuis trois mois, et il y a huit étages dans ce bâtiment. À raison de six appartements par étages, cela fait beaucoup de personnes qui vivent ici. Évidemment, je ne pouvais pas connaître tout le monde !

Ce n’est que bien plus tard que j’ai appris qu’elle habitait au quatrième, et que c’était la mère de l’ado rebelle qui me saluait en disant « Yo ! » au lieu d’un simple « Bonjour », bien trop classique et vieux jeu.

Baiser une teen rouquine, le fantasme de tout homme !

Le mardi soir suivant, quand quelqu’un frappa à ma porte, cela me surprit. Une petite rouquine, qui devait avoir à peine la vingtaine, entra chez moi sans me demander la permission et prit place sur mon canapé.

Elle n’y alla pas par quatre chemins : Son mec venait de la plaquer, et elle cherchait à évacuer le stress et la frustration. Il n’y a rien de tel qu’un orgasme pour effacer les tensions, j’étais bien d’accord avec elle.

Célibataires et femmes mariées adorent coucher avec moi, je dois avoir un truc en plus
Célibataires et femmes mariées adorent coucher avec moi, je dois avoir un truc en plus

Deux heures plus tard, elle repartait de chez moi avec un grand sourire de satisfaction, et je m’endormais en me demandant bien d’où avait pu surgir cette petite diablesse qui avait illuminée ma soirée.

Encore une femme s’offre à moi – Est-ce que je le mérite ?

J’eus la réponse dès le lendemain. De fait, la quantité d’informations que je récoltai le lendemain me laissa pantois.

C’est ma voisine de palier qui vint me rendre visite, prétextant d’avoir besoin de sel. Je ne lui demandai pas pourquoi elle ne descendait pas à la supérette qui se situe au coin de la rue, à environ vingt mètres, et je l’invitai à entrer. C’est toujours mieux d’entretenir une bonne relation avec ses voisins.

Au bout de quelques minutes d’une conversation banale et ennuyeuse, elle me lança d’un ton sec :

« Bon alors, moi j’ai pas le droit d’être baisée ? »

Ma réputation d’homme à femmes me précède depuis longtemps dans l’immeuble

Elle s’énerva tout d’abord devant mon air ahuri, puis se rendant compte qu’effectivement je n’avais aucune idée de ce qu’elle voulait dire, elle m’expliqua plusieurs choses. J’appris donc que :

  • La petite rouquine était la fille du voisin du 8ème, qui était aussi le propriétaire de mon appartement et de celui de la voisine.
  • Les parois étaient mal isolées, et qu’elle savait très bien que je ramenais de nombreuses conquêtes chez moi.
  • Tout l’immeuble était au courant de mes exploits. Bien qu’elle ne m’ait pas avoué qu’elle était à l’origine de ces rumeurs, je n’avais aucun doute.
  • Elle était célibataire depuis plus de six mois, et qu’elle n’en pouvait plus d’entendre les cris de plaisir de toutes ces femmes qui passaient chez moi.
Les filles dans mon immeubles se sont vite passé le mot à propos de mes performances sexuelles
Les filles dans mon immeubles se sont vite passé le mot à propos de mes performances sexuelles

Surpris et choqué par toutes ces révélations, il m’a fallu quelques instants pour bien comprendre la situation. J’étais devenu l’objet de convoitise d’une bonne partie des habitantes de mon immeuble. Soit. Il y a pire dans la vie.

Après avoir repris mes esprits, je me tournai vers ma voisine de palier, qui n’avait pas vraiment besoin de sel. Je fis de mon mieux pour lui faire oublier ces mois de disette sexuelle. Pour faire bonne mesure, je la laissa dormir chez moi, et nous remîmes le couvert dès le matin suivant.

Depuis, j’ai reconfiguré mon appart et mon lit n’est plus contre le mur de la voisine. Je préfère la discrétion.

Escort pour des plans cul réguliers avec la femme du patron, une bonne idée ?

Escort pour des plans cul réguliers avec la femme du patron, une bonne idée ?
C’était l’été de mes vingt ans, et je le passais à travailler dans le garage du coin. J’avais toujours aimé la mécanique et les voitures, et le boulot me plaisait. Toutefois j’aurais préféré être en vacances au bord de la mer avec mes amis, à draguer les filles et à boire des bières sur la...

Telle est prise qui croyait prendre

Telle est prise qui croyait prendre
Après 17 ans de mariage, nous nous étions installés dans une routine qui ne me satisfaisait plus. Je ne dis pas que je n’étais pas heureuse, loin de là : j’aimais toujours mon mari et c’était réciproque. Le reste de notre vie était agréable aussi, nos boulots nous plaisaient, nous avions des amis, des activités, un...

Un trio hard à l’hôtel filmé par le mari

Un trio hard à l’hôtel filmé par le mari
Parfois on oublie les plans cul aussi rapidement qu'ils nous été proposés. D'autres fois, on s'en souvient par l'intensité du moment, de l'excitation qu'il nous a procuré. Le souvenir de cette rencontre à l'hôtel reste fort, et je ne pourrai jamais assez remercier ce cocu de mari qui a offert à un autre mec et...

Votre hôte et serviteur. L'équipe de Candaule.fr et moi-même veillons en permanence à ce que votre expérience sur le site soit la plus agréable possible. Pour échanger avec la communauté de Candaule.fr (forum, tchat et messagerie), vous devez être inscrit·e.


Enable referrer and click cookie to search for pro webber