Tromper avec mon amie black ma petite copine qui vit trop loin


Je m’appelle Loïc, 38 ans, divorcé et deux enfants, sortant depuis trois ans avec Anastasia, 35 ans, divorcée elle aussi et avec deux enfants. Entre nous, les choses vont très bien. Nous avons les mêmes visions de la vie, les mêmes ambitions. Nous sortons tous les deux d’une relation toxique et nous comptons bien remédier à cela, en vivant une histoire aussi épanouie que possible. Le hic, et pas des moindres, nous vivons loin l’un de l’autre. Elle vit et travaille à Marseille. Je suis à Paris. Je suis Responsable Marketing, elle est Responsable Relations publiques. Pour nous voir, c’est un vrai casse-tête.

En trois ans, nous nous sommes vus 2 mois si on devait comptabiliser tous les moments qu’on a pu passer ensemble. Nous sommes tous les deux attachés à notre ville, à notre travail et à nos enfants. Impossible de trouver un compromis. Et ce n’est pas demain la veille. Le point négatif de cette situation ? Je suis en manque de sexe. Et depuis que je l’ai fait savoir à Anastasia, il y a de l’eau dans le vin. Mais comme je l’aime à la folie et que je veux que tout s’arrange entre nous deux, j’ai décidé d’en parler à ma psy, Déborah.

Retour aux histoires candaulistes d’amants

Prêt à tromper Anastasia pour décompresser sexuellement

Anastasia est, à mes yeux, la femme parfaite. Intelligente, cultivée, gentille et, en plus, elle adore le sexe. Mon principal souci avec mon ex-femme, c’est justement qu’elle détestait ça, le sexe ! Ç’aurait été tellement parfait si nous pouvions vivre ensemble Anastasia et moi. Ce serait vraiment simple. Sauf que pour quelques années encore, c’est mission impossible. Et ça commence à me peser. Je me sens aussi seul que si je n’avais pas de petite amie. Tous les jours, je rentre dans un appartement vite et je n’ai que ma main pour seul compagnon de plaisir. Je ne sais pas combien de temps je vais encore pouvoir tenir à ce rythme !

 

Sélection de produits pour Cocus confirmés

 

C’est tout simplement invivable et je deviens même irritable envers Anastasia. Ce n’est pas sa faute. Mais je ne supporte vraiment plus mon quotidien… Désormais, je ne réponds plus de moi. Et d’ailleurs, je lui ai fait savoir mon sentiment il y a quelques semaines déjà. Que si une occasion se présentait à moi de pouvoir vivre une aventure sexuelle… Je me lancerais. Et sans aucun remords ! Au fil des jours, Anastasia semble s’être faite à l’idée. Même si elle me prend la tête à chaque fois. L’idée semble désormais naturelle… Mais après, il faudrait encore qu’une femme avide d’aventure croise ma route !

Déborah, ma psychologue de charme

Tous les week-ends, je rencontre une bande d’amis parisiens. Parmi eux, il y a la jolie Déborah. Ils sont tous célibataires (enfin, je ne le suis pas, mais c’est tout comme). Et je me suis beaucoup rapproché de Déborah, une femme qui a de l’empathie. Elle est très à l’écoute des autres. Chaque fois, je lui raconte le nouvel épisode de mon histoire avec Anastasia. Et chaque fois, elle a toujours un bon conseil à me donner. Elle avoue comprendre mon besoin de relations charnelles. Après tout, je suis un homme !

Déborah est une jeune femme plantureuse de 23 ans, étudiante en finance, d’origine éthiopienne. Elle est venue vivre à Paris après son bac. Elle est actuellement en quatrième année à l’Université Paris Dauphine. C’est une femme solitaire et indépendante avec un caractère de lionne. Mais bizarrement, elle s’adoucit toujours lorsqu’elle discute avec moi. Après plusieurs semaines de conversations, j’ai décrété qu’elle est désormais ma psy !

Nous nous rapprochons de plus en plus et ça me fait vraiment beaucoup de bien de discuter avec elle. Nos amis communs nous encouragent à sortir ensemble. Les mecs de la bande n’hésitent pas à me rappeler combien Déborah est canon ! De mon côté, je n’ai pas envie d’abîmer notre relation amicale. Ça me fait du bien de parler à quelqu’un sans prise de tête. Surtout qu’avec Anastasia, c’est la prise de tête systématique ces derniers temps.

Le sexe en cam pour régler le souci de la distance

À Déborah, je dis tout. Je lui dis que j’adore le sexe et que je n’ai jamais été un homme fidèle. Enfin, jusqu’à aujourd’hui. Hé oui ! C’est vraiment la première fois que je suis l’homme d’une seule femme. Et je ne trouve pas cela gratifiant. Loin de là. J’ai l’impression d’être moins « homme » qu’à l’habitude. Oui, j’ai l’impression de ne plus assurer. J’ai vraiment besoin de séduire.

Déborah est une femme de principe. En tout cas, c’est ce qu’il me semble. Car elle m’encourage à rester fidèle à Anastasia et à trouver un terrain d’entente. Elle m’a notamment conseillé de faire l’amour à distance avec ma copine. Bon, c’est vrai nous nous échangions souvent des sextos, mais nous n’avions pas vraiment été hyper coquins à ce niveau. Cela m’étonne d’ailleurs.

Déborah me conseilla de faire des appels vidéo durant lesquels je montrerais mon excitation en direct à Anastasia. Oui, vous avez bien compris, je devais partager mon sexe au garde-à-vous à ma chère et tendre.

Et ça a fonctionné ! Anastasia était tout émoustillée et elle a accepté de se toucher en direct ! Waouh, c’était tout simplement magnifique. Surtout lorsque je lui ai demandé de crier mon nom lorsqu’elle atteindrait la jouissance. C’était vraiment excitant. Tellement excitant que je n’ai pas pu m’empêcher de jouir de l’autre côté de l’écran.

Les plans sexe à distance me font bander, mais j'ai besoin de sentir la peau de mon amante

Les plans sexe à distance me font bander, mais j’ai besoin de sentir la peau de mon amante

Lassitude des plans cam avec ma nana… Besoin de toucher vraiment !

Depuis, nous nous retrouvons tous les soirs avec Anastasia, à faire l’amour en direct. Je lui ai même conseillé d’acheter des gadgets pour qu’elle puisse atteindre un plaisir intense. Que ce soit clair ! J’aime le sexe, mais j’aime avant tout que ma partenaire prenne son pied !

Le conseil de Déborah a fonctionné à merveille. Ça apporte du piment à notre relation… mais à distance. Alors, il faut rester lucide, et regarder la situation en face. Rien ne remplacera jamais le sexe en direct et le corps à corps. Rien ne sera jamais comparable à mon sexe qui pénètre la chatte mouillée de ma partenaire. Ça continue de me manquer. Notre situation est moins tendue, mais le souci n’est toujours pas résolu. J’ai toujours des besoins inassouvis. Je suis toujours frustré.

Et pour être honnête. C’est juste l’occasion qui manque. L’envie est bien là. Et je n’aurais pas le moindre remords d’aller tremper mon biscuit ailleurs. Et j’ai été clair là-dessus avec Anastasia, depuis le début. J’espère qu’elle n’a pas cru que notre relation était vraiment exclusive. C’est juste que depuis que je suis avec elle, je n’ai pas vraiment eu d’occasions d’aller goûter ailleurs…

Quand ma délicieuse amie essaie de me séduire…

Les jours se passent et ne se ressemblent pas. Désormais Anastasia et moi avons une routine. Avant de dormir, nous avons notre petit moment sexuel par écran interposé.

De mon côté, les choses ont changé un peu. Désormais, ma séance de « psychanalyse » avec Déborah commence dès le vendredi soir. Elle insiste pour que nous nous voyions en dehors de notre cercle d’amis. Alors nous prenons désormais un verre tous les vendredis. Au début, je n’y voyais que du feu. Mais, au fil de nos rendez-vous, je me suis rendu compte qu’elle a quelque chose en tête.

On parle de moins en moins d’Anastasia. Et elle commence à me caresser les mains, le bras ou même les cheveux. Et à me regarder avec une lueur espiègle dans les yeux. Serait-elle en train de me séduire ? Aïe aïe aïe. Oui, je pense que c’est bien ça.

À deux doigts de craquer pour cette beauté black

Ça m’a d’abord flatté. Mais je ne veux pas tellement aller plus loin. Au risque de gâcher notre complicité. Les femmes deviennent toujours imprévisibles lorsqu’il y a du sexe ou, pire encore, des sentiments.

Mais je ne repousse pas pour autant Déborah et j’entre un peu dans son jeu. Je me mets aussi à caresser ses jolies formes. À effleurer un sein. Ou à donner une petite tape sur ses fesses.

Aussi, nos conversations deviennent de plus en plus coquines. Elle me demande maintenant de lui raconter mes appels érotiques avec Anastasia. Et aussi de lui dire comment ça se passe au lit quand nous avons l’occasion de nous voir. Ouh la la. Ça devient de plus en plus chaud. Et moi, ça m’excite bien sûr. Comment pourrais-je rester de marbre ! C’est quand même une belle créature. Et je n’ai encore jamais couché avec une Africaine. Désormais, je n’ai qu’une hâte. C’est de goûter à cette magnifique femme… Et d’ailleurs, elle n’attend qu’un geste de ma part.

Un week-end de débauche en perspective avec ma future amante

Aujourd’hui, je me rends compte que Déborah n’est pas vraiment une femme de principe. C’est plutôt une femme pleine de ressources. Elle a su captiver mon attention et gagner ma confiance. Et maintenant, je vais devenir son étalon.

Je n’ai pas attendu longtemps pour l’inviter à dormir à la maison. Un jour, je lui ai dit directement que je voulais qu’elle passe le week-end chez moi. Et je lui ai demandé de porter ses plus beaux dessous ! Car on va faire (du moins je l’espère) des séances photos coquines.

Sans surprise, elle n’a posé aucune question. Enfin, elle m’a juste demandé des précisions sur notre rendez-vous. Je lui ai dit que je vais la récupérer chez elle, et que je m’occuperai de tout. Ne vous y méprenez pas, je ne suis pas un romantique. C’est surtout le côté pratique. Son appartement est sur ma route et pas loin de chez moi. Je peux très bien passer la prendre. Ça nous fera gagner du temps…

Début de branlette dans la voiture

Nous voici alors en route pour mon appartement. Ma psy n’est plus là pour me donner des conseils. Elle est là pour autre chose et elle me jette des regards de tigresse sans équivoque. Clairement je sais ce qu’elle veut. Et c’est ce que je veux aussi. Vraiment, la belle va être comblée car ça fait maintenant deux mois que je n’ai pas baisé. Je vais tout lui donner.

Ma maison est encore à cinq minutes. J’invite alors Déborah à me toucher. Ou plutôt, je guide sa main vers ma braguette pour qu’elle puisse déjà avoir un aperçu de la bête ! Elle ne se fait pas prier et s’empresse de libérer mon sexe qui est déjà bien dur.

Déborah m'a branlé comme une reine dans la voiture, je l'ai ensuite baisée sur le siège arrière

Déborah m’a branlé comme une reine dans la voiture, je l’ai ensuite baisée sur le siège arrière

Comme il fait sombre, elle peut me caresser sans craindre les regards indiscrets. Elle imprime un mouvement de va-et-vient sur mon membre en érection. Elle me branle si bien ; Je sens que je vais exploser à tout moment. Heureusement que nous arrivons bientôt à mon immeuble.

Un premier orgasme partagé et prometteur

Je rejoins bien vite le parking qui est au sous-sol. En général, je ne suis pas de ceux qui vont trop vite. Mais là, je ne tiens plus. À peine garé, j’invite Déborah à s’installer à l’arrière de ma berline. Je m’assois et elle se place à califourchon sur moi. La coquine ! Elle a mis une petite jupe. Et a fait exprès d’oublier sa petite culotte. Heureusement que j’ai toujours un préservatif sur moi.

Elle lit sûrement dans mes pensées. J’ai à peine eu le temps d’enfiler la capote qu’elle a fait directement glisser mon sexe dans sa chatte déjà inondée. Il n’a fallu qu’une dizaine de mouvements synchronisés de nos hanches pour que nous jouissions tous les deux.

Nous nous rhabillons rapidement et nous rejoignons mon appartement avec ses affaires. Mais je pense qu’on n’en aura pas beaucoup besoin.

 

Sélection de produits pour Cocus confirmés

 

Dès que nous arrivons là-haut, je l’emmène sous la douche pour les préliminaires. On se met tous nus et je la caresse partout tout en l’embrassant, en la léchant. Je lui murmure à l’oreille que la fête ne fait que commencer.

Sensualité sous la douche et ardeur sur le lit

La douche a été sensuelle. Pas de pénétration cette fois-ci. Seulement des caresses. Une fois que nous fûmes douchés et séchés, je l’emmenai dans mon lit ou j’entrepris de lui lécher la chatte avec grande application. Je comptais bien lui donner un maximum de plaisir.

J’ai pris mon temps, faisant en sorte de faire durer ces moments de volupté. Chaque fois que je la sentais se contracter, je me retirais pour aller l’embrasser et ainsi de suite. J’ai répété ce manège une dizaine de fois avant de me placer au niveau de sa bouche, l’invitant à me sucer.

Elle suffoque tellement elle a envie de moi. Elle en est même à délirer et à presque me supplier de la prendre. Je lui dis juste de patienter.

Lorsque je vois qu’elle n’en peut plus et qu’elle est en train de triturer littéralement sa chatte avec ses propres doigts, je décide de passer à l’action. Je me place alors au-dessus d’elle, j’écarte ses jambes et je lui surélève le fessier puis je la pénètre très doucement mais en profondeur.

Elle continue de gémir, se rendant compte que le supplice allait encore durer. Je la pénètre ainsi, lentement, pendant encore quelques minutes, la faisant mouiller, encore plus. Sentant que moi-même, je ne vais plus tenir, je la repositionne en levrette. Et là, c’est avec une sauvagerie inattendue que je la démonte. Il me semble alors qu’elle jouit plusieurs fois avant que moi-même je n’atteigne de nouveau l’orgasme. Une giclée abondante de foutre épais se déversa sur sa peau foncée, offrant un magnifique contraste.

Face à un tel cul, je ne peux que cracher la purée après 2 mois d'abstinence

Face à un tel cul, je ne peux que cracher la purée après 2 mois d’abstinence

Bien que déjà rendu à une deuxième éjaculation, ce n’était que le début d’une longue nuit de volupté avec la miss. Et le premier week-end d’une longue série, tous dédiés au plaisir des sens.

Échanges de bons procédés entre couples

Échanges de bons procédés entre couples
Julie et moi, on se connaît depuis le collège. On est devenues les meilleures amies du monde en quatrième, lorsqu’on s’est retrouvées dans la même classe, et depuis on ne s’est pas quittée. On a fait le lycée ensemble, la même fac de lettres, on a partagé un appart pendant plusieurs années, j’ai été témoin...

Amant au service de vos femmes

Amant au service de vos femmes
Je m’appelle Thomas, j’ai 30 ans, célibataire et j’exerce un métier peu commun : les hommes fortunés font appel à mes services pour satisfaire les besoins sexuels de leurs femmes. Pourquoi, me demandez-vous ? Les raisons qui les poussent à me contacter sont diverses. Dans la plupart des cas, ils optent pour mes compétences sexuelles...

Initiation à la pénétration anale par ma Maîtresse

Initiation à la pénétration anale par ma Maîtresse
Tout a commencé il y a quelques mois, dans un magasin de chaussures. J’avais besoin de mocassins pour aller à un mariage, la vendeuse était mignonne, je lui ai laissé mon numéro de téléphone. Je ne pensais pas qu’elle m’appellerait. D’habitude, ça ne marche jamais. Nous sommes allés boire un café quelques jours plus tard....