Savoir user de ses charmes pour arriver à ses fins


J’étais encore en seconde lorsque j’ai rencontré Damien, et j’en suis tombée amoureuse immédiatement. Il était plus âgé d’un an, intelligent, et beau comme un dieu. Ses yeux bleus, sa chevelure blonde soyeuse, et ses T-shirts moulants qui laissaient admirer ses pectoraux musclés en faisaient le fantasme de la moitié des filles du lycée. Les autres avaient déjà des copains : Elles ne pouvaient pas admettre qu’elles les auraient plaqués sans hésiter si Damien s’était intéressé à elles. Mais je suis certaine qu’elles aussi pensaient à lui lorsqu’elles se masturbaient dans les toilettes, ou le soir dans leur lit.

Retour aux chroniques libertines

Comment attirer l’attention de ce beau gosse ?

Pour couronner le tout, Damien était surfeur. L’hiver, il dévalait les pentes enneigées des Alpes, et il passait ses étés à dompter les vagues de la côte basque. Même les garçons étaient émerveillés par ses exploits, et tous souhaitaient être vus en sa compagnie. C’était sans conteste la star de lycée.

De mon côté, j’étais loin d’être la fille que tout le monde ignore, mais je n’étais pas non plus la reine du bal. Si cela avait été un film américain, j’aurais été la figurante jolie que personne ne remarque. Vous savez, la brune qui apparaît à l’écran quelques secondes en arrière-plan, assise au pupitre à côté de celui du personnage principal.

Je compte bien user de mes atouts physiques pour que ce mec me baise
Je compte bien user de mes atouts physiques pour que ce mec me baise

Je n’avais aucune chance de séduire Damien, mais j’étais amoureuse et déterminée. J’étais jeune, mais j’avais bien compris que pour attirer un homme je devais lui offrir du sexe. Ce n’est pas le genre de relation que je souhaitais, mais je savais qu’une fois que j’aurais son attention, ma personnalité le séduirait. Pas un instant je n’ai douté qu’il allait tomber amoureux de moi. Et pourtant nous étions faits l’un pour l’autre.

Ma technique pour mettre le grappin sur un mec

Le problème, c’est que d’autres avaient eu la même idée que moi. Je me devais de lui offrir quelque chose de spécial, quelque chose que les autres ne pouvaient pas lui donner.

Un jour, je le suivis aux toilettes. Lorsqu’il me vit entrer, je ne lui laissais pas l’occasion de parler : Je m’agenouillai devant lui et commençai à lui tailler une pipe. Je ne l’avais jamais fait auparavant, mais j’avais vu des centaines de vidéos. Il me laissa faire, et éjacula rapidement dans ma bouche. Comme dans les films, j’ouvrai grand la bouche pour lui montrer son sperme sur ma langue, puis avalai tout. Le goût était désagréable, mais son sourire était sans équivoque : cela lui avait plu.

Ca y est, j’avais enfin réussi à attirer l’attention de Damien ! Je n’étais plus une inconnue du lycée, j’étais celle qui l’avait sucé dans les toilettes, et qui avait tout avalé !

Ravie de mon nouveau statut, je savais cependant que je ne devais pas m’endormir sur mes lauriers. J’avais réussi à me faire remarquer, mais d’autres risquaient de le faire aussi. Je ne devais pas perdre l’avantage que je venais gagner, et je décidai de tout faire pour qu’il me désire. Après l’avoir rhabillé, je lui susurrai à l’oreille :

Damien, la prochaine fois c’est pas dans ma bouche que je veux te recevoir, c’est dans mon cul !

Sans attendre sa réponse, je sortis des toilettes. Je savais qu’il allait penser à moi pendant les jours qui suivaient.

Passer la vitesse supérieure : Lui offrir mon cul

J’avais lu mal de choses sur la sodomie, et je m’étais préparée. Chaque soir, je m’introduisais un doigt ou deux, pour m’habituer. Les premières fois, c’était douloureux, mais j’ai appris à me détendre et je réussis même à me donner du plaisir. Au bout d’une semaine, j’étais convaincue que j’étais prête. Je pensais même pouvoir prendre du plaisir. Quelle erreur…

J’avais proposé à Damien de me raccompagner chez moi, en insistant sur le fait que mes parents n’étaient pas à la maison. J’étais ravie de voir les autres filles commenter dans notre dos, je savais qu’elles étaient toutes jalouses de le voir me suivre chez moi.

Une fois arrivés dans ma chambre, je lui proposai de jeter un coup d’œil aux dessins que je fais à mes heures perdues, mais il me fit comprendre qu’il préférait autre chose. Ne souhaitant pas le décevoir, je baissais ma culotte, relevai ma jupe, et lui offris mon derrière.

Il le prit sans hésiter, entrant brutalement dans mon anus et me provoquant une douleur insoutenable que je m’efforçais de dissimuler. Il allait et venait en moi, et je ne réussissais pas à me détendre.  Heureusement pour moi, le calvaire se termina rapidement, lorsqu’il se vida en moi au bout de quelques instants.

S'il veut mon cul alors je lui offre, même si je ne suis pas fan de sodo
S’il veut mon cul alors je lui offre, même si je ne suis pas fan de sodo

Je feignais d’avoir passer un bon moment, et le complimentai sur ses performances, ajoutant que personne ne m’avait jamais fait ça. Il me remplit alors de bonheur en me proposant de sortir avec lui le samedi suivant.

J’aime bien les filles comme toi. T’as un truc que les autres n’ont pas. Tu me plais.

Constat amer de cette relation sans avenir

Mon plan fonctionna. Damien et moi, nous sommes devenus un couple. Bien sûr, je devais continuer à lui donner tout le sexe qu’il voulait pour le conserver et l’empêcher d’aller voir ailleurs, mais je pouvais lui tenir la main. Il m’embrassait au milieu du lycée, devant tout le monde. Il m’invita à passer l’hiver aux Deux Alpes et l’été à Biarritz.

J’étais jeune, j’étais sous le charme, et la vérité est que j’étais heureuse avec lui. Je ne regrette pas ces deux ans avec lui. Mais j’aurais dû écouter ma mère : Cela n’était pas suffisant pour l’épouser.

Mariée à vingt ans, avec un homme qui ne tarda pas à se lasser de moi et à aller voir ailleurs, j’ai ensuite connu la misère sexuelle et émotionnelle pendant des années.

Le jour de mes trente ans, il ne passa pas la soirée avec moi. C’était la finale de la Champions League, il ne pouvait pas manquer ça. Alors que je me masturbais pour me donner un orgasme comme cadeau d’anniversaire, je réalisai que j’avais connu un seul homme dans ma vie, et que celui-ci ne m’avait quasiment jamais donné un seul orgasme. Trop préoccupé par son propre plaisir, trop égoïste pour penser à moi, trop macho pour me demander ce qui me plaisait, il ne m’avait jamais fait jouir.

Je pris alors la décision de divorcer. J’avais gâché mes vingt ans, mais je n’allais pas faire la même chose de mes trente ans.

Bâtir de nouveaux contacts et enfin profiter du sexe

Une fois la séparation prononcée, les problèmes administratifs résolus, et installée dans mon studio en banlieue, je pus enfin commencer à vivre ma nouvelle vie.

Mes parents me disaient de ne pas m’inquiéter, que je n’allais pas tarder à trouver le bon, celui qui allait me rendre heureuse pour le reste de ma vie. Je ne voulais pas leur dire que ce n’était pas ce que je cherchais. Surtout que ce n’était pas vrai : Évidemment que je souhaitais trouver l’homme parfait qui allait passer sa vie à mes côtés, mais je n’étais pas pressée.

J’avais fait l’erreur de me précipiter sur le premier garçon qui m’avais plu, et j’avais perdu dix ans de ma vie. Je n’allais pas me faire avoir encore une fois : J’étais bien décidée à faire un tour d’horizon de ce que le monde a à offrir avant de me décider !

Et surtout, je voulais trouver un homme capable de me donner un orgasme. Voire deux. Je ne savais même pas si cela était possible. Oui, dans Sex and the City elles prétendaient enchaîner les orgasmes avec leurs amants, mais ce sont ces mêmes séries américaines qui m’avaient fait croire que la star du lycée était l’homme de ma vie.

Déterminée à forcer le destin pour me trouver un plan cul

Pour ma première sortie en tant que divorcée, je mis la jupe la plus courte que je trouvai dans ma garde-robe, et un débardeur au décolleté plongeant. Cela faisait des années que je n’avais pas eu à séduire un homme, mais j’étais convaincue que rien n’avait changé : La promesse de sexe facile leur était impossible à refuser.

Et puis de toute façon, c’est bien ce que je cherchai : un homme à ramener chez moi pour une nuit de sexe torride.

Je ne pensais pas en trouver deux…

En entrant dans le bar, je sus de suite que ma tenue était une réussite. Les hommes se retournaient à mon passage, et j’eus à peine le temps de m’asseoir que je fus abordée par un quadragénaire charmant, mais dont l’haleine était déplaisante. Je lui fis rapidement comprendre qu’il n’était pas à mon goût, et il s’esquiva.

Le hasard de tomber sur des amants exceptionnels

La place libre fut immédiatement prise par Silvio et Gabin, un couple homosexuel qui aimait parfois inviter une femme dans leur lit. Je leur demandai, si cela ne faisait pas d’eux des bisexuels, et ils me répondirent en rigolant qu’ils n’avaient pas envie de jouer sur les mots.

Leur franchise me plut, et nous avons commencé à discuter. Les cocktails s’enchaînaient, je me détendais, je me sentais bien avec eux… Je finis par leur raconter mon histoire.

« Attends, tu veux dire qu’aucun homme ne t’a jamais fait jouir ? »

Je les avais vraiment choqués ! Alors ils me promirent de faire de leur mieux pour compenser ces années de manque, si je voulais bien les suivre chez eux. J’acceptai leur proposition, et ils tinrent leurs promesses.

Trouver enfin l'extase avec 2 mecs
Trouver enfin l’extase avec 2 mecs

Ils utilisèrent leurs langues, leurs doigts et leurs sexes pour y parvenir, et je découvris alors qu’il était possible d’atteindre l’orgasme plusieurs fois avec un homme. Enfin deux hommes ! Et je ne saurais dire combien de fois j’ai joui cette première nuit.

Je continue à sortir de temps en temps avec Silvio et Gabin, et nous finissons généralement au lit. Ils sont homosexuels, mais apprécient de passer une nuit de temps à autres avec une femme. Et moi, je ne me lasse pas des orgasmes à répétition qu’ils me procurent !

Beurette à Paris – Découverte du gangbang avec mon patron

Beurette à Paris – Découverte du gangbang avec mon patron
J’ai connu le délicieux Alain lors de mon entretien d’embauche. J’avais 26 ans à l’époque, et je venais de m’installer sur Paris. Comme la plupart des provinciales, j’étais venue avec des rêves plein la tête, l'envie de me taper plein de mecs, et j’étais certaine de me trouver un boulot bien payé rapidement. Avec mes...

Oser une étreinte éphémère avec une amie d’enfance

Oser une étreinte éphémère avec une amie d’enfance
Cela faisait des années que j’attendais ce moment. Ma femme était déjà à la retraite depuis deux ans, et maintenant c’était mon tour. Enfin ! J’avais toujours aimé mon travail, ce n’était pas le problème. Mais après quarante ans passés à vivre en ville et non loin de l'océan, j’avais besoin de retrouver le calme des...

Initiée au glory hole par mon chéri

Initiée au glory hole par mon chéri
J’ai commencé sur le tard – j’avais 19 ans lorsque j’ai perdu ma virginité avec le cousin de mon copain de l’époque – mais le sexe et moi, ça a été le grand amour dès le début. Je ne savais pas à quoi m’attendre, j’avais lu et entendu tellement d’opinions différentes… Mais ce jour-là, un...

Votre hôte et serviteur. L'équipe de Candaule.fr et moi-même veillons en permanence à ce que votre expérience sur le site soit la plus agréable possible. Pour échanger avec la communauté de Candaule.fr (forum, tchat et messagerie), vous devez être inscrit·e.