Célibataire : Guide pour mettre du piment à un long voyage en train


Je l’avais déjà vu une heure plus tôt au Starbucks de la Gare de Lyon, assis à quelques tables de la mienne. Il lisait un livre, et ça avait attiré mon attention ; Ce n’est pas quelque chose de courant aujourd’hui. Il ressemblait à la plupart des célibataires parisiens : Une trentaine d’années, vêtements et coupe de cheveux à la mode, les biceps travaillés à la salle de sports et une barbe de trois jours savamment entretenue pour se donner un air aventurier.

Retour aux histoires candaulistes de femmes coquines

Comment trouver un mec quand on est toujours célibataire à 35 ans ?

Ce n’était pas du tout mon style, je n’étais pas attirée par cette nouvelle génération d’hommes qui passe plus de temps que moi dans la salle de bain. En général, ce sont les mêmes qui passent leur temps avec leur bande de potes, achètent tous les nouveaux gadgets technologiques pour avoir l’impression d’être à la pointe de la technologie et se vantent de leurs exploits sur les réseaux sociaux. La plupart des autres filles raffole de ce genre de mecs, mais ce n’est pas mon cas. C’est d’ailleurs sûrement pour ça que je suis toujours célibataire à 35 ans.

Je n’avais pas eu le temps de l’observer plus en détail – j’étais curieuse de savoir quel livre il lisait – car mon train partait d’ici quelques minutes et je devais me dépêcher. Pas question de rater mon train, cela faisait trop longtemps que j’attendais ces quelques jours de vacances à Marseille !

Ma meilleure amie y avait déménagé quelques mois plus tôt et, avec les beaux jours qui arrivaient, je m’étais enfin décidée à aller la voir. Deux jours de farniente sur la plage, à nous raconter nos aventures des derniers mois en buvant des pastis sur le Vieux Port… Je dois bien avouer que j’étais impatiente d’y être !

Prendre le train facilite les rencontres avec des inconnus pendant le voyage

C’est donc la tête pleine de rêves de mer et de soleil que je m’installais dans mon compartiment. Les écouteurs de mon smartphone sur les oreilles, je me plongeais dans la lecture d’un magazine féminin acheté à la va-vite sur le quai de la gare (clairement une lecture pour les vacances !). Absorbée par l’écoute des solos de guitare de Kirk Hammett et la voix magique de James Hetfield, j’entendis à peine la personne qui entra dans mon compartiment en disant : « Bonjour. Excusez-moi. Pardon. »

Prendre le train seule est une bonne occasion de séduire des hommes célibataires
Prendre le train seule est une bonne occasion de séduire des hommes célibataires

En bonne parisienne habituée aux transports en commun, je ne lui répondis évidemment pas. Ne daignant même pas lever le regard de mon article sur les nouvelles crèmes antiride végétaliennes, je me contentais de bouger quelque peu sur mon siège, faisant semblant de lui faire de la place pour qu’il puisse s’installer.

Lorsqu’il s’assit finalement en face de moi et qu’il sortit son livre, je le reconnus. C’était mon célibataire à la mode qui lisait des livres au Starbucks.

Très envie de montrer à cet homme la réelle femme séduisante que je suis

Immédiatement, et sans trop savoir pourquoi, je suis prise de honte à cause de mon attitude exécrable. Cela aurait été si difficile de répondre à son bonjour et de lui lancer un sourire poli plutôt que de l’ignorer ?

Je peux enfin jeter un coup d’œil à la couverture de son livre et je suis bouleversée en constatant qu’il lit « Fondation » de Isaac Asimov, l’un de mes livres préférés ! Réalisant que de mon côté je suis plongée dans la lecture de Cosmo, ma honte ne fait qu’augmenter.

Qu’est-ce qu’il doit penser de moi ? Une brune trentenaire frustrée qui essaie de rester jeune avec ses mini jupes et ses débardeurs sans soutien-gorge ? Une fille mal éduquée qui ne répond pas lorsqu’on lui dit bonjour ? Une millenial qui ne jure que par Instagram et ses magazines féminins ?

Je me rends bien compte que je ne transmets pas du tout l’image que je souhaite, et cela m’énerve de savoir qu’il risque de me voir comme toutes les autres femmes de mon âge : Superficielle et frustrée. Toujours sans vraiment comprendre pourquoi, je ne supporte pas de savoir que cet homme, qui pourtant a lui aussi tout du célibataire dynamique à la mode, puisse sous-estimer ma personnalité et ma culture.

Briser le silence et oser aborder ce jeune homme

Je décide donc de l’impressionner, et lance :

« Très bon choix de lecture. Cela fait plaisir de voir des gens qui lisent des classiques.

  • Un des meilleurs livres de science-fiction jamais écrit, c’est certain, répondit-il du tac au tac. Je ne me lasse jamais de le relire.
  • Je suis bien d’accord. Asimov est sans aucun doute l’un de mes auteurs préférés.
  • Pareil pour moi. C’est sûr que ses livres sont bien différents de Cosmo, ajouta-t’il après une pause, un sourire narquois aux lèvres. »

Et voilà, c’est bien ce que je craignais. Il me juge sans me connaître. Ça m’énerve.

Je sais très bien que je fais la même chose, et que si je l’avais vu avec son téléphone plutôt qu’avec un livre je ne l’aurais même pas regardé, mais maintenant il m’intrigue. J’ai envie d’en savoir plus sur lui.

Et puis il faut bien admettre qu’il est mignon. Il est musclé, c’est vrai, mais pas trop non plus, cela reste agréable à regarder. Et il a des yeux vert magnifiques, on sent bien qu’il est intelligent. Puis finalement, la barbe, ça ne lui va pas si mal. C’est vrai que cela ne doit pas être très agréable lorsqu’il est entre mes jambes, mais s’il est doué avec sa langue je peux sûrement passer outre ses poils de barbe qui frottent conte l’intérieur de mes cuisses…

À quoi je pense ? Il faut que je m’arrête tout de suite !

Fantasmer sur cet inconnu au bout de seulement quelques échanges…

J’ai dû rougir, parce que je vois qu’il me sourit. Je ne sais plus quoi faire maintenant. Moi qui voulais l’impressionner avec mes connaissances littéraires, je me sens tellement stupide.

Et maintenant que j’ai commencé à m’imaginer des choses, c’est impossible de stopper mon imagination. J’essaie de penser à autre chose, mais c’est impossible. J’imagine ses mains sur mon corps, j’imagine la douceur de sa peau lorsque j’embrasse les muscles de sa poitrine, je ne peux m’empêcher à la merveille qui se cache dans son pantalon…

Contre ma volonté, je ne peux m’empêcher de mouiller. Je sens ma culotte détrempée et je me tortille discrètement sur mon siège. La soie humide frotte contre mon clitoris et ne fait rien pour arranger ma situation.

Les jeux de regards confirment l’excitation palpable entre les deux voisins de siège

Je sens son regard sur ma poitrine et cela ne fait qu’ajouter à mon excitation. Mes tétons sont durs et se distinguent clairement sous le fin tissu bleu de mon débardeur, il ne fait aucun doute qu’il les a remarqué. Que pense-t-il ? Est-ce que lui aussi se fait des scénarios torrides dans sa tête ?

Discrètement, ou tout du moins je l’espère, je vérifie la bosse de son pantalon. Elle semble bien enflée, mais c’est difficile de savoir ce qu’il y a exactement sous son jean. Tout à coup, il écarte les jambes, m’offrant une vue directe qui ne laisse plus de place au doute : Son sexe en érection se distingue clairement le long de sa cuisse gauche.

Mes yeux remontent vers son visage et rencontrent son regard. Il ne lit plus, son livre repose sur la banquette à coté de lui, et son sourire me laisse penser que lui aussi a quelques idées en tête.

Sans y penser, je me penche vers lui et pose la main sur sa cuisse. Il ne dit rien et continue à me regarder en souriant. Prenant son silence comme une invitation, je laisse ma main remonter le long de sa cuisse gauche, jusqu’à cette bosse allongée qui me fait tant envie. Lorsque je commence à caresser son sexe dur sous la toile de son jean, il ferme les yeux et laisse échapper un soupir de plaisir.

Aurait-on le temps de se procurer mutuellement une jouissance ?

Cela m’excite tellement que je ne peux me retenir et de mon autre main, j’enlève ma culotte tout en continuant à la caresser. Elle est détrempée. Je la roule en boule et lui colle sous le nez, le forçant à respirer l’odeur de mon excitation pendant que j’ouvre sa braguette et passe mes doigts à l’intérieur de son pantalon.

Il n’y a maintenant que le fin tissu de son boxer entre mes doigts et sa verge tendue. Je suis tellement excitée que je ne me contrôle plus. J’ai envie de le chevaucher, de le sentir pénétrer profondément en moi pendant que je masse mon clitoris contre son bas-ventre. Il n’y a plus de livres ou d’image de fille facile et superficielle qui m’intéresse, je souhaite seulement donner libre cours au désir charnel que je ressens. Je veux qu’il me fasse jouir.

La porte de notre compartiment s’ouvre subitement et me ramène d’un coup à la réalité. En vitesse je retire ma main de son pantalon et me rassoit normalement sur ma banquette, croisant les cuisses instinctivement pour montrer que je suis une femme sérieuse. Il se redresse aussi sur son siège, tentant de refermer sa braguette discrètement et reprenant son livre comme si de rien n’était.

Le nouvel arrivant nous salue discrètement et s’assoit lui aussi en face de moi. Je remarque que ma culotte est restée sur la banquette et est maintenant exactement entre les deux passagers qui m’accompagnent. Elle a dû m’échapper dans l’affolement lorsque la porte s’est ouverte.

Très envie de me faire baiser en trio dans le train

Je me sens embarrassée et frustrée à la fois. Si c’est pour donner l’impression d’être une fille sans manière qui ne pense qu’au sexe, autant pouvoir au moins profiter du plaisir qui va avec !

J’observe le nouveau passager pendant qu’il s’installe. Un autre trentenaire musclé à la mode, avec barbe et lunettes rondes comprises. Ils sont vraiment partout de nos jours.

Un rapide coup d’œil vers mon lecteur de science-fiction me confirme que lui aussi, est resté sur sa faim : La bosse de son pantalon semble plus impressionnante que jamais. Elle me fait envie, mais je n’ai aucune idée de comment faire pour en profiter.

C’est alors que le second passager sort un livre de son sac et se met à le feuilleter tranquillement. Je regarde la couverture : « Comment s’enrichir sans travailler ». Bon, ce n’est pas une lecture de haut niveau, mais cela reste un livre. Et puis finalement, lui non plus n’est pas mal. Enfermée avec deux hommes dans ce compartiment, à bord de ce train en direction du sud, de la plage et du soleil, une idée folle me vient en tête…

Et si j’osais ?

Divertissement estival d’une femme célibataire

Divertissement estival d’une femme célibataire
Le mois d’août me déprime toujours. Pour tout le monde l’été est synonyme de vacances à la mer, de fêtes sur la plage, de cocktails en terrasse… Mais la réalité est bien différente dans mon cas. Quand on est une jolie jeune femme comme moi, comment s'amuser en août ? Car le mois d’août, c’est...

Collaboration rapprochée avec le stagiaire

Collaboration rapprochée avec le stagiaire
Cela faisait des années que je demandais un stagiaire, et cela faisait des années que l’on me répondait qu’il n’y avait pas de budget pour. Bien entendu il y avait toujours du budget pour que mes collègues masculins aient un stagiaire pour les aider chaque année, mais c’était différent. Retour aux histoires candaulistes de femmes...

Promenade dans le bois et soumission organisée

Promenade dans le bois et soumission organisée
Mon mec me laisse aller à mes jeux sexuels quand je l'entends. Nous sommes à vrai dire un couple très ouvert. Ouverts d'esprit comme peu de conjoints le sont, nous acceptons que l'autre aille baiser ailleurs, tant que tout est sous contrôle. Pendant une partie à plusieurs, ça peut aussi partir en vrille et devenir...
Notez ce texte
[Total: 0 Moyenne: 0]

Votre hôte et serviteur. L'équipe de Candaule.fr et moi-même veillons en permanence à ce que votre expérience sur le site soit la plus agréable possible. Pour échanger avec la communauté de Candaule.fr (forum, tchat et messagerie), vous devez être inscrit·e.