Comment embaucher cette belle femme sans se compromettre ?


Le professionnalisme de Nathalie est au-dessus de tout soupçon, et je le sais depuis que je l’ai rencontrée pour la première fois. C’était lors de son embauche, à l’entretien final. Nous recherchions un directeur commercial, et elle était largement au-dessus de tous les autres candidats. J’avais vu les résultats des tests, les appréciations du responsable RH, et il ne faisait aucun doute qu’elle ferait une excellente recrue. En tant que directeur général, c’était à moi de prendre la décision finale suite à un dernier entretien.

Retour aux histoires candaulistes d’amants

La rencontre d’une femme aux qualités indéniables

Dès le début elle m’avait séduit. Pas par son physique : Même si elle est très belle ce n’était pas important à ce niveau-là.  Non, ce qui m’a plu chez elle, c’est son intelligence, son ouverture d’esprit, ses compétences, et surtout son honnêteté.

Rien ne l’obligeait à m’en informer, mais pourtant elle le fit. Alors qu’il était évident qu’elle allait obtenir le poste, elle prit le risque de tout perdre en me l’avouant. Elle ne voulait pas que cela se sache afin d’éviter les rumeurs et les conflits d’intérêts, mais elle souhaitait être transparente avec moi.

Son mari était directeur adjoint chez notre plus gros fournisseur. Je le connaissais bien, je le rencontrai une fois par an, au renouvellement de notre contrat. Un homme bien, sérieux, réglo, dur en affaires.

Une différence d’âge dans son couple qui interpelle

En voyant la surprise sur mon visage, elle m’assura que cela n’affecterait en rien ni son travail, ni la relation entre les entreprises, qu’aussi bien elle que son mari savaient faire la part des choses. Je la croyais, je ne m’inquiétais pas à ce sujet.

Cette épouse comblée dans sa vie perso rejoint mon entreprise pour la renforcer
Cette épouse comblée dans sa vie perso rejoint mon entreprise pour la renforcer

Si j’étais aussi étonné, c’est parce que la personne à laquelle je pensais devait avoir au moins 65 ans. Il était déjà en poste alors que je n’avais pas encore pris les rênes de la boîte. Il négociait déjà avec mon père, il y a plus de vingt ans. Or, Nathalie n’avait que 5 ans de moins que moi. Je le savais, j’avais vu sur son CV qu’elle avait 37 ans. J’aurais été beaucoup moins surpris si elle m’avait annoncé que c’était son père !

Mais cela ne me dérangeait pas plus que ça. Et puis de toute façon, même si cela m’avait gêné à titre personnel, cela n’était pas un motif pour ne pas l’embaucher. J’ai une boîte à faire tourner, et pour cela j’ai besoin d’une équipe brillante. Nathalie était parfaite pour le poste, elle fût embauchée.

La qualité du travail de ma recrue est reconnu même si sa beauté attire davantage l’attention

Ce serait exagérée de dire que Nathalie est la meilleure recrue que j’ai eue. Au fil des années, j’ai eu la chance de monter une équipe sensationnelle, aussi bien sur le plan professionnel qu’humain. C’est d’ailleurs bien pour cela que l’entreprise fonctionne bien.

Non, je ne peux pas dire que Nathalie est la meilleure de la boîte, mais elle fait clairement partie de celles et ceux sur qui je peux me reposer sans avoir le moindre doute. Elle est efficace, appréciée de son équipe et respectée de tous les collaborateurs.

Même notre responsable du marketing, qui s’est ouvertement montrée jalouse au début, a été conquise. Finies les remarques sur les robes trop courtes destinées à aguicher les hommes. Aujourd’hui ce ne sont que des compliments pour les nouveaux contrats qu’elle apporte à la boîte !

Sa relation avec son mari née difficilement, puis solidifiée avec les années

Son secret est resté entre nous, personne d’autre ne sait qui est son mari.

Nous en avons reparlé une fois, lors d’un voyage d’affaires. Nous étions partis voir un client potentiel au Danemark, et, faute d’avion pour nous ramener le soir même, nous avons dû passer la nuit dans un hôtel près de l’aéroport de Copenhague.

La bouteille de vin prise avec le dîner lui délia la langue, et elle me raconta comment elle fit la connaissance d’André alors qu’elle était encore étudiante. Elle faisait de l’aviron à l’époque, et il était membre du club où elle s’entrainait. Ils se plurent dès le début, mais la différence d’âgé était bien trop grande et ils ne donnèrent pas suite à leur relation naissante.

Contre vents et marées, leur différence d'âge a fini par être acceptée par leurs proches
Contre vents et marées, leur différence d’âge a fini par être acceptée par leurs proches

Ce n’est que quelques années plus tard qu’ils décidèrent de se donner une chance. Après quelques histoires ratées avec des garçons de son âge, Nathalie se dit qu’elle n’avait rien à perdre. Ce fut difficile de faire accepter leur relation, et ils y perdirent tous les deux de nombreux amis.

Leur entourage s’est fait à leur amour peu conventionnel

Les enfants d’André, nés d’un premier mariage, ne posèrent aucun problème. Au début, il se réjouirent que leur père puisse se faire plaisir avec une jolie petite jeune. Puis, en voyant que cela devenait sérieux et que le couple était heureux, ils acceptèrent Nathalie dans la famille. Un Noël, ils la remercièrent d’avoir redonné goût à la vie à leur père, et elle en pleura.

Ses parents à elle eurent plus de mal à voir débarquer un homme de quatre ans leur ainé. Ils étaient polis et bien éduqués et ne firent jamais clairement remarquer leurs doutes quant à cette relation. Mais la tension et l’inconfort était palpables. Puis ils s’habituèrent. Leur fille était heureuse avec un homme qui l’aimait et la respectait. Évidemment, ils auraient préféré qu’il soit plus jeune, mais ils auraient aussi préféré vivre à la montagne plutôt qu’au bord de la mer, partir en vacances plus souvent, que la météo soit plus clémente…

Dans la vie, on ne peut pas avoir tout ce qu’on veut, alors autant être heureux avec ce que l’on a ! Le jour du mariage d’André et Nathalie, ses parents étaient fiers de voir leur fille au bras d’un homme responsable et amoureux.

Cette conversation n’affecta pas notre relation professionnelle, mais elle changea quelque chose en moi.

Une relation qui fait écho à la mienne, mais seulement en apparence

Je n’avais pas d’avis, ni négatif ni positif, sur une telle différence d’âge dans une relation, mais comme tout un chacun, cela ne me paraissait pas « normal ».

Écouter Nathalie me raconter son histoire, voir le bonheur briller dans ses yeux, cela me fit voir mon propre mariage sous un angle nouveau. Je forme un couple parfait avec ma femme. Rencontrés et mariés jeunes, seulement deux ans de différence d’âge, deux beaux enfants bien élevés…

Ma relation de couple décline et a besoin d’un coup de fouet

Socialement, nous sommes le couple parfait. J’ai un bon boulot, mais je prends le temps de m’occuper de mes enfants. Ma femme travaille à mi-temps à la bibliothèque et fait du bénévolat à la SPA. Nous sortons souvent en ville avec nos amis, nos enfants ont de bons résultats à l’école et le petit est capitaine de son équipe de rugby.

Vu de l’extérieur, nous sommes le couple parfait. Mais la réalité est bien différente.

Non, il n’y a pas de violences, ni d’histoires sordides cachées derrière nos portes. Il n’y a que la triste réalité d’une relation entre deux adultes responsables qui s’est effritée au cours des années. La passion est morte rapidement, mais tout le monde sait que cela ne dure que trois ans, non ?

L’amour est devenu de l’affection. Puis l’affection est devenue une habitude. Le matin, je me lève, je fais le café, je donne sa pâtée au chat, et j’embrasse ma femme quand elle descend prendre le petit déjeuner. Normal, je ne m’imagine pas faire autrement.

Et c’est bien cela le problème. Si j’embrassais ma femme avant de faire le café, cela nous paraitrait bizarre à tous les deux. Cela briserait notre routine, d’une manière aussi grave que si je laissais le chat mourir de faim.

La morosité du quotidien atténue inexorablement la complicité et les envies sexuelles au sein du couple
La morosité du quotidien atténue inexorablement la complicité et les envies sexuelles au sein du couple

Nous ne sommes pas malheureux, loin de là. Mais nous ne sommes pas très heureux non plus. Nos yeux ne brillent plus, nous nous sommes habitués l’un à l’autre. Nous ne profitons plus du chemin ensemble.

Je suis jaloux du bonheur de Nathalie et André.

Enchaîner ensemble les heures de travail nous épuise mais nous rapproche dangereusement

Notre client le plus important est basé à Glasgow.

Il nous a récemment annoncé qu’il souhaitait une réduction de nos prix de 5% pour qu’il puisse faire face à une situation difficile, en échange de ces nombreuses années de bonne collaboration. Ce serait un plaisir de pouvoir le faire, mais nous n’avons pas une telle marge de manœuvre.

La négociation est longue et compliquée et ne peut être faite ni par mail, ni par téléphone. Les discussions doivent être menées par notre directrice commerciale et moi-même directement, chez le client. Il n’y a rien de tel qu’une conversation face à face, entre personnes entières et honnêtes, pour trouver une solution.

C’est ainsi que je me retrouve pour quatre jours en Écosse avec ma chère collègue. J’aurais aimé en profiter pour visiter quelques distilleries et voir le Loch Ness, mais ce ne sont pas des vacances. Les journées sont longues et difficiles, la situation est compliquée et nous ne réussissons pas à trouver de solution raisonnable qui puisse satisfaire tout le monde.

Acculés au pied du mur, comment ne pas tout perdre ?

Même le soir à l’hôtel, Nathalie et moi travaillons. Je profite du bar bien fourni pour goûter quelques merveilleux whiskys écossais, mais l’ambiance est studieuse. Cela fait déjà deux jours que les discussions avec notre partenaire commercial sont stériles, et je stresse. Perdre ce client pourrait avoir des conséquences dramatiques, cela mènerait certainement à des licenciements. Rien que d’y penser, cela me fait froid dans le dos, et je commande un autre whisky pour me réchauffer.

Nathalie et moi sommes penchés sur son portable, à la recherche de coûts que nous pourrions diminuer afin d’offrir la réduction souhaitée. Elle sent bon. Après une journée de 12 heures de travail, je peux encore parfaitement humer son parfum.

« Marc, dans le meilleur des cas, on ne peut donner que 3%. Il faut qu’on arrive à leur faire comprendre ». Je me lève de mon siège, énervé. Connaissant la situation qui stagne depuis hier, je sais que l’on n’y arrivera pas ! Je me dirige vers le comptoir et commande un scotch que j’avale d’un coup. Le liquide ambré m’aide à me calmer. Je n’ai pas besoin de boire pour y voir plus clair, je sais déjà très bien que nous sommes dans une impasse. Il me faut juste accepter.

Prendre la vie au présent et saisir une occasion de se faire plaisir

Le barman rempli de nouveau mon verre et je retourne m’assoir aux côtés de Nathalie. Elle me regarde, et je vois dans ses yeux qu’elle aussi a compris que nous ne trouverons pas de solution. Tout le monde fait de son mieux, personne n’est à blâmer, mais nous ne pouvons pas nous en sortir.

Je bois de petites gorgées, j’essaie de trouver la force de mettre les mots sur notre situation. Je n’ai pas le choix, il faut que je prenne la décision de mettre à la porte quelques employés pour sauver les autres. Nathalie sait à quel point c’est difficile pour moi de le faire, et elle m’encourage avec son sourire. Nous n’avons pas le choix. Elle pose sa main sur mon genou et me dit tendrement :

« Marc, nous n’avons pas le choix… »

Elle a raison. Je dois être un homme et faire ce que je dois faire. D’un trait, je finis mon verre et annonce :

« Nathalie, tu veux coucher avec moi ? »

Lucille, cette fille adorable rencontrée sur un site de rencontre

Lucille, cette fille adorable rencontrée sur un site de rencontre
J’ai connu Lucille un samedi soir de novembre. J’étais en ligne sur un de ces sites de rencontre, mais je n’y faisais pas vraiment attention. J’étais bien trop absorbé par la télévision. Puis j’ai reçu un message de Lulu88, me demandant si j’avais envie de discuter. Elle n’avait pas de photos sur son profil, j’ai...

Un accueil italien très chaleureux

Un accueil italien très chaleureux
Célibataire depuis peu, j'avais une relation très portée sur le sexe avec ma dernière copine. Une brune, belle femme, et de très jolies formes. Retour aux histoires candaulistes d'amants Besoin de nouvelles aventures Parti pour de nouvelles aventures coquines, j'avais préparé un profil en ligne détaillant ma "belle et bonne constitution". Un certain Giuseppe a...

Comment mettre dans mon lit cette serveuse excitante ?

Comment mettre dans mon lit cette serveuse excitante ?
Depuis que je bosse sur Paris, j’ai pris l’habitude d’aller manger tous les midis à la pizzeria située à quelques rues du bureau. C’est vrai qu’elle est un peu loin, mais comme ça je suis sûr de ne pas croiser de collègues. J’aime bien manger tranquille, et je n’ai vraiment pas envie de parler boulot....

Votre hôte et serviteur. L'équipe de Candaule.fr et moi-même veillons en permanence à ce que votre expérience sur le site soit la plus agréable possible. Pour échanger avec la communauté de Candaule.fr (forum, tchat et messagerie), vous devez être inscrit·e.