Initiation à la pénétration anale par ma Maîtresse


Tout a commencé il y a quelques mois, dans un magasin de chaussures. J’avais besoin de mocassins pour aller à un mariage, la vendeuse était mignonne, je lui ai laissé mon numéro de téléphone. Je ne pensais pas qu’elle m’appellerait. D’habitude, ça ne marche jamais. Nous sommes allés boire un café quelques jours plus tard. À ma grande surprise, elle a ensuite accepté de monter chez moi pour voir ma collection de disques. Ça non plus, ça ne marche jamais d’habitude. Nous avons commencé à nous voir régulièrement, toujours chez moi. Cela me convenait. Du sexe régulier, sans aucune attache, et à domicile, c’est le rêve de n’importe quel célibataire comme moi.

Retour aux histoires candaulistes d’amants

Gérer une relation compliquée et en même temps prometteuse sexuellement…

Au bout de quelques semaines, elle m’a avoué qu’elle avait quelqu’un dans sa vie. Elle ne portait jamais son alliance au magasin, car cela faisait fuir les clients potentiels. Or malgré ses 25 ans, elle était déjà mariée depuis plusieurs années. Cela ne m’a pas dérangé. Au contraire, le risque d’attachement s’éloignait de plus en plus. C’était parfait.

Puis elle m’a avoué qui était son mari, et les choses ont commencé à se compliquer. Ce n’est jamais une bonne chose de coucher avec la femme d’un commissaire de police. Comme tout le monde, j’ai quelques petits secrets que je préfère ne pas voir étalés au grand jour. Je n’ai pas peur de finir en prison, mais un harcèlement policier, ou une perquisition à mon domicile, cela peut pourrir la vie.

Même s’ils ne trouvent rien, comment expliquer aux voisins que si 20 gendarmes en uniforme ont débarqué dans mon appartement à 6 h du matin, c’est sans motif valable ? « Il n’y a pas de fumée sans feu », ce dicton stupide est bien ancré dans l’inconscient collectif.

J’ai une amie qui en a souffert. Un prétendant éconduit a lancé une rumeur absolument fausse à son propos. C’était trop gros, les gens n’y ont pas cru. Mais bon, il y a sûrement un fond de vérité là-dedans, alors mieux vaut se méfier, non ? Plus personne ne lui parlait, ses amis ont commencé à l’éviter… Elle a dû changer de ville pour recommencer une vie nouvelle, là où personne ne la soupçonnait de préférer son chien aux garçons.

Je me sens bien ici, je n’ai pas envie de déménager. Je ne veux pas de problèmes. J’ai donc décidé de mettre un point final à notre relation, et c’est à ce moment que tout a changé pour moi.

À la merci des envies de mon amante : Elle domine la situation

Elle ne m’a pas fait chanter, elle est bien trop intelligente pour cela. Disons qu’elle a utilisé des arguments qui m’ont amené à penser que je devais reconsidérer sérieusement ma position. Elle a su être convaincante.

Il est vrai que, pour le moment tout allait bien et qu’elle était heureuse. Si notre histoire devait se terminer, elle en souffrirait sûrement. Son mari risquait de remarquer qu’elle n’était plus aussi heureuse à la maison. Il allait poser des questions, pour savoir ce qu’il se passait.

Bien entendu, elle n’avait aucun intérêt à divulguer notre relation, mais son mari était commissaire de police. Il savait mener un interrogatoire. De son côté, elle n’était qu’une jeune femme honnête qui ne pouvait masquer la vérité bien longtemps. Surtout à son mari. Il risquait de tout découvrir, et tous les deux, nous pourrions avoir des problèmes.

J’aime bien ma vie tranquille, je ne veux pas de problèmes. Cela m’a paru plus simple de continuer à la voir.

Comment je suis devenu le vulgaire jouet sexuel de ma partenaire

En apparence, rien n’a changé. Nous nous voyons régulièrement, toujours chez moi. Quand elle a envie de me voir, elle m’envoie un message, et elle vient à mon appartement.

Il y a quelques semaines, j’étais parti faire une longue sortie à vélo avec des amis. J’avais oublié mon téléphone, et je n’y ai pas pensé de la journée. Même en rentrant chez moi, j’ai d’abord pris le temps de manger et de me doucher. Ce n’est qu’en m’affalant sur le canapé, une bière à la main, que j’ai vu que mon téléphone était resté sur la table basse toute la journée. Il y avait 3 messages, tous de Stéphanie.

« On se voit un peu plus tard ? je passe chez toi d’ici deux heures »

« Je suis à la porte, mais tu n’ouvres pas. Quel est le problème ? »

« Je suis triste et déçue. Vraiment. Je vais faire de mon mieux pour le cacher, mais tu sais que j’ai du mal à cacher mes émotions. J’espère juste que mon mari ne s’apercevra de rien. »

Ce jour-là, je me suis rendu compte que je m’étais embarqué dans une histoire compliquée. J’étais devenu son jouet sexuel, qui devait la satisfaire quand elle en avait envie.

Cela ne me dérange pas plus que ça. Je fais juste attention à ne jamais oublier mon téléphone.

Petit à petit elle m'a fait prendre goût à la défonce de mon petit cul de mec
Petit à petit elle m’a fait prendre goût à la défonce de mon petit cul de mec

Stéphanie exprime ses fantasmes de Maîtresse dominatrice sur moi

Nos jeux deviennent de plus en plus coquins, et cela me plaît. Stéphanie a une imagination débordante, et sous ses boucles blondes et son regard d’ange se cache une diablesse à la perversité insoupçonnée. J’adore ses idées.

Elle ramène souvent des accessoires pour pimenter nos rencontres. Ma chambre s’est remplie de godes et vibromasseurs en tous genres, ainsi que de menottes. J’ai modifié la tête de lit, pour qu’elle puisse m’attache plus facilement. C’est tellement bon lorsque je suis immobilisé sur le lit et qu’elle me chevauche à sa guise. Elle ne pense qu’à son plaisir, elle m’utilise comme un objet sexuel, et cela m’excite.

Hier, quand elle a atteint l’orgasme, elle m’a griffé le torse si fort que j’ai saigné un peu. Cela fait mal, mais elle était si heureuse que j’ai décidé de ne rien dire. Je suis un homme, je peux supporter.

Après plusieurs séances j’avoue maintenant adorer les doigts dans le cul

J’ai découvert de nouveaux plaisirs avec elle.

Comme tous les hommes, j’adore que l’on me suce. Mais jamais je n’aurais soupçonné que ce serait encore plus agréable avec un doigt dans les fesses. Cela fait bizarre de se faire pénétrer. C’est même un peu humiliant. Mais qu’est-ce que c’est bon. Je n’imagine plus une fellation sans un massage de prostate.

Aujourd’hui, alors que j’étais menotté sur le lit, elle m’a de nouveau introduit un doigt entre les fesses, mais sans me prendre en bouche cette fois-ci. J’ai bien aimé, mais je dois avouer que lorsqu’elle a mis un deuxième, puis un troisième doigt, cela m’a fait mal. Je n’ai rien dit, mais elle a dû s’en rendre compte, car elle n’a pas introduit le quatrième.

Addict aux sextoys et à la pénétration anale, je jouis de plaisirs SM

Stéphanie m’a acheté un pantalon en latex noir. Je n’oserais jamais le porter pour sortir, mais j’aime bien le mettre quand elle vient me voir. Ce qui nous plait à tous les deux, c’est la fermeture éclair qui lui donne accès directement à mes fesses. Elle ne manque jamais de l’utiliser pour y introduire sa collection de dildos. Elle sait que les plus larges me font encore un peu mal, mais cela fait partie du jeu. Je suis son jouet, et elle a le droit de m’utiliser selon son bon plaisir.

Elle est venue avec un paquet pour mon anniversaire. En l’ouvrant, je n’ai aperçu que le gode ceinture. Ce n’est qu’après l’avoir aidé à l’enfiler que j’ai vu qu’il y avait encore une gag ball dans la boîte. Je n’ai pas hésité un instant, et je l’ai mise dans ma bouche, puis j’ai laissé Stéphanie me menotter les mains dans le dos. Depuis quelque temps, nous n’utilisions plus les menottes de sex shop qui s’ouvrent facilement. Elle avait amené de vraies menottes, sûrement subtilisées à son mari, le flic, impossibles à enlever. Entre nous, la confiance était totale.

Le jour de mon anniversaire, elle m’encula longtemps. Très longtemps. Je ne saurais dire exactement combien cela a duré, mais cela a paru des heures. La douleur initiale a été étouffée par la gag ball, puis a cédé la place au plaisir. Je bandais comme un âne.

Elle voulait me faire jouir, et continua à me limer les fesses. J’étais raide, mon sexe gonflé en devenait presque douloureux, mes testicules étaient remplis à ras bord. Stéphanie fit de son mieux pour me faire jouir, et ne cessa de me prendre de plus en plus profondément, de plus en plus vite, jusqu’à ce qu’elle tombe d’épuisement.

Elle était déçue que je n’aie pas éjaculé, et je n’aimais pas savoir que je ne l’avais pas comblée. Sévèrement elle m’interdit de me masturber pour soulager mes bourses douloureuses. C’était ma punition pour ne pas avoir été un bon garçon avec elle. Bizarrement, il ne me traversa même pas l’esprit de lui désobéir.

Véritable fiotte soumise aux directives de Maîtresse Stéphanie

J’ai redécoré ma chambre à la demande de Maîtresse Stéphanie. C’est maintenant un donjon qui ferait pâlir de jalousie les dominatrices BDSM les plus strictes. Elle y a laissé sa collection complète d’accessoires. Je ne les connais pas encore tous, il nous en reste tellement à essayer.

Quand Maîtresse Stéphanie m’envoie un message pour me dire qu’elle vient, je m’empresse de mettre l’une des combinaisons qu’elle m’a offertes, et je l’attends à genoux à la porte. Le plus souvent, elle me récompense, mais il lui arrive de me punir si je n’ai pas bien choisi ma tenue. Elle sait ce qui est le mieux pour moi.

Je sais bien que je suis devenu son esclave sexuel, et j’adore ça. Lorsque je n’arrive pas à la satisfaire, elle continue à me dire que son mari risque de s’apercevoir qu’elle est triste. Je ne dis rien. Jamais je n’oserais lui avouer que j’ai appris que le commissaire n’est pas marié. J’ai trop peur qu’elle me quitte.

Lucille, cette fille adorable rencontrée sur un site de rencontre

Lucille, cette fille adorable rencontrée sur un site de rencontre
J’ai connu Lucille un samedi soir de novembre. J’étais en ligne sur un de ces sites de rencontre, mais je n’y faisais pas vraiment attention. J’étais bien trop absorbé par la télévision. Puis j’ai reçu un message de Lulu88, me demandant si j’avais envie de discuter. Elle n’avait pas de photos sur son profil, j’ai...

Telle est prise qui croyait prendre

Telle est prise qui croyait prendre
Après 17 ans de mariage, nous nous étions installés dans une routine qui ne me satisfaisait plus. Je ne dis pas que je n’étais pas heureuse, loin de là : j’aimais toujours mon mari et c’était réciproque. Le reste de notre vie était agréable aussi, nos boulots nous plaisaient, nous avions des amis, des activités, un...

Un trio hard à l’hôtel filmé par le mari

Un trio hard à l’hôtel filmé par le mari
Parfois on oublie les plans cul aussi rapidement qu'ils nous été proposés. D'autres fois, on s'en souvient par l'intensité du moment, de l'excitation qu'il nous a procuré. Le souvenir de cette rencontre à l'hôtel reste fort, et je ne pourrai jamais assez remercier ce cocu de mari qui a offert à un autre mec et...

Votre hôte et serviteur. L'équipe de Candaule.fr et moi-même veillons en permanence à ce que votre expérience sur le site soit la plus agréable possible. Pour échanger avec la communauté de Candaule.fr (forum, tchat et messagerie), vous devez être inscrit·e.


Enable referrer and click cookie to search for pro webber