Des tapas et du sexe – De bonnes vacances à Barcelone


“Chanceux au jeu, chanceux en cocufiage”, vous connaissez l’expression ? Un adage applicable à ce mari un peu trop crédule. Christian jouait toujours aux tombolas du supermarché, aux concours organisés par la station d’essence, au grand jeu de l’été des marques de bières… Il savait bien qu’il ne gagnerait pas une nouvelle voiture, un an d’essence gratuite, ou un voyage aux Caraïbes mais ça ne coutait pas grand-chose de remplir un bulletin et le glisser dans l’urne.

Retour aux histoires candaulistes de maris cocus

Monsieur aime faire des cadeaux à sa femme

Alors bien sûr, son adresse mail était maintenant dans toutes les listes de diffusion possibles et imaginables, et il recevait une quantité incroyable d’offres promotionnelles dans sa boîte mail, mais ça ne le gênait pas plus que ça.

Et puis, même s’il ne gagnait jamais le gros lot, il avait quand même reçu pas mal de choses gratuitement : bon de réduction, produits gratuits… il avait même gagné un iPhone une fois. Il ne l’avait pas gardé, il avait déjà un téléphone, mais en le revendant sur LeBonCoin il s’était fait une jolie somme et il avait pu inviter Coralie à passer un week end au ski.

Un gain inespéré qui fera plaisir à Madame

Au début, il n’y a donc pas cru, lorsqu’il vit le mail annonçant qu’il avait gagné le premier prix et il l’effaça sans même l’ouvrir. L’effet “spam” sans doute. Heureusement pour lui, il reçut un deuxième mail et cette fois-ci la curiosité l’emporta et il l’ouvrit.

Il se souvenait de ce concours organisé par une marque de gazpacho, il y avait effectivement participé. Le mail ne lui demandait ni numéro de carte de crédit, et il n’avait pas besoin de s’enregistrer quelque part… Cela semblait réel, il avait bien gagné un séjour d’une semaine pour deux personnes tous frais payés à Barcelone !

Il appela sa femme pour lui apprendre la bonne nouvelle, et c’est celle-ci qui remarqua que les dates du séjour étaient fixes et ne pouvaient être changées.

On n’a pas toujours le choix dans la date

« La première semaine de juin, c’est pas quand t’as ta formation en Allemagne ? Moi je peux me libérer, mais toi tu peux prendre des vacances à cette date ? » demanda Coralie.

Non, Christian ne pouvait pas. S’il devait manquer cette formation pour partir en vacances, il risquait d’être très mal perçu à son travail, et il ne pouvait pas s’y risquer. La mort dans l’âme, il s’apprêtait à envoyer le mail à la corbeille lorsqu’il repensa à ce que sa femme venait de lui dire : elle pouvait se libérer à ces dates.

Il n’hésita pas un instant, et lui proposa de partir avec une amie.

« C’est pas parce que je peux pas partir en vacances que tu dois rester avec moi, tu sais. Vas-y avec une amie, fais-toi plaisir, amuse-toi ! De toute façon, moi je serai même pas à la maison, autant que tu partes aussi ! »

Et c’est ainsi que Coralie partit avec sa meilleure amie pour une semaine de vacances à Barcelone.

Caliente : Voyage mouvementé entre copines

Le voyage en avion s’était bien passé, et elles n’avaient eu aucun problème à trouver la navette pour les emmener à l’hôtel. Situé en bord de plage, à proximité de la vieille ville, de ses bars, ses restaurants et ses petits magasins, il était idéalement placé. C’était un établissement quatre étoiles, la réception était somptueuse, et la chambre était magnifique.

Il y avait bien un petit problème cependant, la réservation avait été faite pour un lit matrimonial et l’hôtel n’avait plus de lits doubles disponibles. Mais ce n’était pas très grave, Coralie et Sylvie se connaissaient depuis des années et pouvaient partager un lit. Après tout elles n’avaient aucun problème à partager un vestiaire lorsqu’elles allaient à la piscine.

Les vacances à Barcelone, le top pour faire des rencontres passagères
Les vacances à Barcelone, le top pour faire des rencontres passagères

Leur première journée fut dédiée au repos sur la plage, puis à une dégustation de tapas au restaurant de l’hôtel. Rien de très excitant, mais c’était vraiment agréable de passer son temps à ne rien faire et à se reposer.

Tomber sous le charme du guide

Le jour suivant, elles décidèrent de visiter un peu la ville et c’est en se promenant dans les allées du Parc de La Citadelle qu’elles firent la connaissance de Diego. Il s’occupait des félins au zoo de Barcelone, et il sortait du travail lorsqu’il les aperçut et vint les aborder. Sylvie tomba sous le charme immédiatement, et les trois comparses passèrent le reste de l’après-midi ensemble. Diego était ravi de se promener avec deux charmantes françaises, tandis que les filles profitaient des services d’un guide local.

L’après-midi touchait à sa fin, et Diego leur proposa d’aller déguster quelques tapas dans un petit bar du quartier de Barceloneta. « Pas un truc de touristes, des vrais tapas ! »

La soirée était agréable, la nourriture était excellente, les bières bien fraîches, l’ambiance du bar était sympathique… Elles ne virent pas le temps passer et déjà il faisait nuit noire. Diego proposa galamment de les raccompagner jusqu’à leur hôtel afin qu’elles ne se perdent pas et qu’elles ne rencontrent pas de problèmes : « Deux jolies touristes borrachas, je ne pourrais pas dormir tranquille si je vous laissais seules dans les rues de Barcelone ».

Il se serait surement contenté de les raccompagner si Sylvie ne lui avait pas proposé de monter dans leur chambre prendre un dernier verre. C’était évident depuis un bon moment qu’elle était intéressée par ce bel hidalgo, et Coralie ne fut pas surprise qu’elle lui propose de monter. Elle était célibataire, elle avait bien le droit de s’amuser ! Puis c’est vrai que Diego était charmant.

La chaleur de Barcelone et le charme des Espagnols favorisent les rencontres
La chaleur de Barcelone et le charme des Espagnols favorisent les rencontres

Témoin d’une partie de sexe entre son amie et le bel hidalgo

Une fois arrivés tous les trois dans la chambre, Coralie prétexta être fatiguée et fila dans le lit afin de les laisser tous deux seuls. Feignant de dormir sous la couette, elle écoutait leur conversation et sourit lorsque les mots laissèrent place aux premiers baisers. Ceux-ci devenaient de plus en plus passionnés, et les bruits et chuchotement des deux amants ne laissaient que peu de place au doute : Sylvie et Diego étaient en train de donner libre cours à leurs désirs sur la moquette de la chambre d’hôtel.

Coralie se découvrait un côté voyeur qu’elle ne se connaissait pas. La situation lui plaisait, cela l’excitait de s’imaginer son amie et Diego nus au pied du lit, d’entendre leurs gémissements de plaisir. Elle aurait voulu pouvoir les observer discrètement en jetant un coup d’œil de sous la couette, mais elle n’osait pas bouger de peur de leur rappeler qu’ils n’étaient pas seuls.

Sa main s’était glissée entre ses cuisses sans même qu’elle ne se rende compte. En réalisant ce qu’elle faisait elle faillit la retirer, mais il lui semblait avoir senti quelque chose d’humide et elle décida de vérifier : ses doigts caressèrent légèrement sa fente et confirmèrent ce qu’elle savait déjà. Coralie était toute mouillée.

Tandis que son amie était à présent à quatre pattes sur la moquette, se mordant les lèvres pour ne pas crier sous les assauts de Diego, Coralie entreprit de se masser le clitoris. Elle ne voulait pas se masturber, ce n’était pas le but, mais c’était tellement agréable de se caresser tout en espionnant Sylvie… Si elle a accéléré le mouvement, c’est portée par le rythme des coups de butoir de Diego, un peu comme on bat la cadence sans le vouloir en écoutant une mélodie entraînante. Et si elle a joui, c’est sûrement à cause de l’alcool.

La reprise classique des vacances sans coquineries

Le lendemain, les deux amies firent comme si rien ne s’était passé. Au téléphone, Coralie raconta leur journée à son mari, passant sous silence le fait qu’elles étaient accompagnées par Diego, et précisa qu’elle était tombée raide de sommeil à peine rentrée à l’hôtel.

« Ca m’étonne pas, t’as jamais tenu l’alcool ! » s’exclama Christian en riant.

Les jours suivants se déroulèrent sans qu’il ne se passe rien de spécial : les filles visitaient la ville la journée, profitaient de la gastronomie locale le soir et les vacances se déroulaient paisiblement. Ce fut donc une surprise pour Coralie lorsque Sylvie lui proposa de sortir de nouveau avec Diego ce vendredi soir ; elle ne savait pas qu’ils étaient encore en contact.

Coralie hésitait, se rappelant avec des sentiments mitigés comment leur dernière soirée s’était terminée. Finalement elle décida d’accepter, se disant qu’elle allait profiter de la soirée dans le bar, mais qu’une fois à l’hôtel elle allait vraiment dormir cette fois. Et elle savait comment s’assurer de bien dormir, Christian lui avait donné la solution : elle ne tenait pas l’alcool !

C’est d’ailleurs très certainement l’alcool qui est responsable de ce qu’il s’est passé par la suite. Enfin… l’alcool et Diego. Pourquoi avait-il posé la main sur la cuisse de Coralie dans ce bar ? Pourquoi l’avait-il embrassé lorsque Sylvie était partie aux toilettes ?

Un plan cul à trois prémédité

Elle aurait dû se méfier de ces signes avant-coureurs, mais elle pensait vraiment pouvoir dormir lorsqu’ils rentrèrent tous les trois à l’hôtel et elle fila au lit comme elle se l’était promis. Ce n’est pas sa faute si, au lieu de rester sur la moquette comme la dernière fois, Diego et Sylvie vinrent la rejoindre dans le lit. Et lorsque cette dernière lui prit la main, Coralie pensait que c’était un signe d’amitié, comment aurait-elle pu s’imaginer qu’elle allait la guider vers le sexe raide de Diego ?

Elle n’osait pas enlever sa main, cela aurait été gênant, alors elle le caressa, mais juste pour ne pas être malpolie. Elle ne se rendit même pas compte que Sylvie s’était faufilée entre ses cuisses, c’est seulement lorsque sa langue effleura son clitoris qu’elle réalisa ce qu’il se passait. Mais comment faire pour s’arrêter à ce moment-là ? Alors quand Diego lui présenta son sexe dressé devant son visage, elle commença à le sucer. Ce n’était pas sa faute si elle en était arrivée là, elle n’avait rien fait pour ça, c’était juste arrivé comme ça, sans qu’elle ne s’en rende compte.

Finir au lit avec ma copine et son plan cul, je n'y aurais jamais pensé
Finir au lit avec ma copine et son plan cul, je n’y aurais jamais pensé

Ce n’est que trois orgasmes plus tard que Coralie réussit finalement à s’endormir, Sylvie à ses côtés et la main de Diego sur sa poitrine.

Le moment d’avouer au cocu ?

Ils furent réveillés le lendemain par le téléphone de Coralie qui sonnait. Les yeux dans le vague, avec un mal de crâne pas possible, elle tendit la main pour l’éteindre et s’aperçut que c’était son mari qui appelait. Elle décida de ne pas répondre, et vit qu’elle avait déjà plusieurs messages de sa part :

8h41 : « Surprise ! J’ai pris un avion direct depuis Francfort, je suis venu passer le week end avec vous ! »

9h18 : « J’arrive bientôt, on prend le petit déjeuner ensemble ? »

9h32 : « Ca y est, je suis au restaurant de l’hôtel, vous descendez ? »

Coralie était paniquée. Dans le lit à ses côtés, Diego s’étirait et Sylvie avait déjà posé une main sur son torse. Un nouveau message arriva.

9h39 : « Pourquoi tu réponds pas, vous êtes OK ? Allez, je monte vous voir. Bisous ! »

Coralie avait à peine fini de lire le message lorsque quelqu’un frappa à la porte.

Comment ma femme me fait payer mon laxisme

Comment ma femme me fait payer mon laxisme
J’ai failli oublier l’anniversaire de ma femme. J’ai des excuses, je suis stressé au boulot et puis après vingt ans de vie commune c’est le genre de choses qui arrivent. On ne fait plus attention à ce genre de détails. Ce qui me dérange le plus, c’est que c’est ma secrétaire qui me l’a rappelé....

Les cachotteries de ma femme me rendent fou

Les cachotteries de ma femme me rendent fou
Je la vois sortir de la maison, vêtue d’une robe jaune et blanche. Elle s’est maquillée et, malgré les rides aux coins des yeux, elle est superbe. Elle a la beauté des quarantenaires qui prennent soin d’elles et qui ne courent pas après leur jeunesse. Une beauté assumée, de laquelle elle se sent fière. Elle...

Ma femme baisée par un homme et un couple dominant

Ma femme baisée par un homme et un couple dominant
Ma femme et moi sommes formons un couple pervers quand la nuit arrive, bien que nous paraissions très sages en journée. Nous ravissons les hommes qui cherchent un couple candauliste car nous en sommes la définition. Adorateur de ma déesse, je ne l'aime jamais autant que quand des hommes bien bâtis s'occupent d'elle devant moi,...

Votre hôte et serviteur. L'équipe de Candaule.fr et moi-même veillons en permanence à ce que votre expérience sur le site soit la plus agréable possible. Pour échanger avec la communauté de Candaule.fr (forum, tchat et messagerie), vous devez être inscrit·e.


Enable referrer and click cookie to search for pro webber