Mon mari aime aussi les hommes et il veut me partager


Je m’appelle Sylvie, j’ai 36 ans et je suis mère de trois enfants. Un soir, il y a deux ans, j’ai découvert que mon mari consultait des sites pornographiques homosexuels. Mis devant le fait accompli, il m’avouera une attirance grandissante pour les hommes. Le monde a alors basculé autour de moi. Ce jour-là, notre vie a pris un nouveau départ.

Retour aux chroniques libertines

Un couple traditionnel… a priori

Nous étions ce que l’on pourrait appeler un couple traditionnel. En apparence tout du moins. J’ai rencontré mon mari sur les bancs de la faculté de droit. Il voulait devenir avocat, mais s’est finalement orienté vers une carrière d’expert auprès des tribunaux. Quant à moi, comme beaucoup de mes amies, après mon premier enfant j’ai abandonné mon poste de secrétaire aux greffes du tribunal de grande instance pour me consacrer à ma famille.

Nous sommes tous deux issus de familles catholiques. Si nous allons à la messe pour certaines occasions, la religion ne tient pas une grande place dans notre vie. Toutefois, nous avons mis nos enfants dans des écoles catholiques privées afin qu’ils reçoivent une éducation traditionnelle.

 
Inscription "Plans rencontre" en ce moment
Jusqu'au mercredi 22 septembre 2021 minuit, bénéficiez d'un accès privilégié aux plans rencontres.
Offre réservée aux profils "Hommes seuls".
>> Activer maintenant mon profil Rencontre
 

Bref, tout allait bien. Notre vie était réglée comme du papier à musique. Nos amis sont tous issus d’un milieu similaire au nôtre. Nous partons en vacances dans notre maison familiale en Normandie chaque année aux mêmes dates. L’imprévu n’avait que peu de place dans ce ronronnement paisible.

Notre sexualité de couple n'était pas vraiment mouvementée

Notre sexualité de couple n’était pas vraiment mouvementée

Des pratiques sexuelles qui manquent de passion

Point de vue sexe, il faut l’avouer, après trois enfants, rien n’est plus pareil. Certes, rien n’a jamais été formidable non plus. Nous avons toujours eu des relations que je qualifierais de normales, sans plus. Avec mes amies, nous parlons souvent de sexe. Enfin, disons que ce sont elles qui s’épanchent. Moi, je me contente d’écouter et lorsque mon tour vient je reste généralement évasive sur le sujet.

Je suis assez impressionné par les récits de certaines de mes amies célibataires (divorcées en réalité) qui enchaînent les rencontres d’un soir. Elles sont toutes membres de sites de dating et à les entendre, le sexe est devenu le centre de leur vie. L’une d’entre elles se laisse aller à des confidences qui, sans me choquer, me plongent dans un certain embarras.

Ainsi, avec le temps, nos relations intimes déjà peu fréquentes se sont peu à peu espacées et il n’est pas rare que nous passions un mois ou plus sans faire l’amour. Enfin, si on peut appeler ça faire l’amour, car il s’agit plutôt d’un acte mécanique sans beaucoup de passion. En général, en quelques minutes l’affaire est terminée. Il y a bien longtemps que je n’ai pas connu un orgasme. Mais je dois avouer qu’avec trois enfants, j’ai d’autres choses à penser et finalement cette situation me convient.

Son ordinateur me révèle sa vraie nature

Un soir que mon époux était parti accompagner un juge pour une expertise, j’ai ouvert son ordinateur de bureau. Je ne fais jamais cela, car je dispose de mon propre portable. Mais ce soir-là, mon aîné l’utilisait pour regarder une série et j’avais un besoin urgent d’une recette pour le dîner à préparer. Je n’ai jamais soupçonné mon mari de me tromper, donc il n’y avait là aucune malice.

En ouvrant une nouvelle fenêtre sur le navigateur, j’ai vu que de nombreuses autres étaient déjà ouvertes. Dans les onglets, les intitulés étaient on ne peut plus clairs : il ne s’agissait que de sites pornos. Mais le pire, il s’agissait de sites homosexuels. Sur le premier, ne s’y trouvaient que des images érotiques. Des hommes jeunes et musclés arboraient fièrement leur membre en érection. Ils s’enlaçaient, s’embrassaient, se caressaient, mais, hormis leur sexe et leurs attitudes obscènes, rien n’était grossier.

Le second était par contre beaucoup plus explicite avec des vidéos et là, c’était une autre histoire. Je n’avais alors jamais visionné de film porno, je n’avais bien entendu jamais vu à quoi ressemblait une relation homosexuelle, même si je me l’imaginais ! Quel choc ce fut pour moi. Après quelques minutes, je décidai de tout remettre en place et de quitter le bureau. J’étais effondré !

L’annonce perturbante de sa bisexualité

Mon mari rentra trop tard pour que nous ayons une discussion à ce sujet. De toute façon, je n’étais pas en mesure de dire quoi que ce soit à cause de la barrette de Lexomil que je m’étais enfilée tout entière directement après le dîner !

Le lendemain matin, le cerveau encore un peu embrumé de la découverte de la veille, je décidai d’en parler à mon mari. Nous étions un samedi, nous avions toute la journée pour tirer cette affaire au clair.

Je crois que ce fut un soulagement pour lui. Il ne chercha pas à nier. Son attirance pour les hommes était de plus en plus prononcée. Oui, il se masturbait devant des images de mecs nus et passait des heures à regarder des vidéos dans lesquelles des types font l’amour. Il était heureux que je le sache. Il m’a dit qu’il m’aimait, mais qu’il était attiré par les hommes !

Par la force des choses, je me suis faite à l'attirance de mon mari pour les hommes

Par la force des choses, je me suis faite à l’attirance de mon mari pour les hommes

Après le choc, la recherche de solutions

Je ne vais pas ici m’épancher sur l’anéantissement qu’une telle révélation a provoqué chez moi. J’étais ravagée, déboussolée. En quelques minutes, le monde que je connaissais venait de disparaître et l’homme que j’avais épousé était devenu un étranger.

Nous passâmes tout le week-end à nous disputer. Ma mère était venue chercher les enfants et elle comprit à me voir que je vivais quelque chose de sérieux. Jamais elle n’aurait imaginé ce que j’étais en train de subir.

Mon mari tenta de me rassurer. Il me dit qu’il avait lu un très grand nombre d’articles sur le sujet et que la chose était fréquente. Que ce n’était pas un mal et qu’il fallait au contraire accepter ce changement. Tout cela était trop pour moi, surtout en si peu de temps. L’idée de le quitter ne me traversa à aucun moment l’esprit. Peut-être mon éducation ou la pensée que mes enfants n’allaient pas supporter un divorce, en tout cas nous cherchâmes une solution. Et d’un commun accord, nous décidâmes d’aller consulter un spécialiste. Il était hors de question d’en parler à nos amis !

Les conseils d’un professionnel des relations homme-femme

Je dois dire que le spécialiste que nous avons consulté a été d’une aide que je n’aurai jamais soupçonnée. Il a immédiatement mis les mots sur les maux et a tenté de me rassurer lors de la première séance. Certes, tout ne fut pas si facile. Nous progressions à chaque séance. Disons que je progressais, car pour mon mari, tout était déjà clair dans sa tête : son attirance pour les hommes était un fait. Il l’avait intégré depuis longtemps. C’était désormais à moi de l’accepter !

Je n’avais alors que deux solutions : soit je m’adaptais à cette épreuve (marié pour le meilleur et pour le pire), soit je le quittais. J’ai déjà dit que la seconde option était exclue. Ainsi, après le choc, la dépression et le conseiller matrimonial, a commencé la période d’adaptation à notre nouveau couple. J’étais alors rentré dans ce qu’appelait le conseiller, un « mariage à orientation mixte ».

L’acceptation qu’il vive sa sexualité

Notre conseiller m’avait suggéré de lire des forums et des articles évoquant ce sujet et d’autres par la même occasion. Il m’avait même donné une liste me disant, ce que je n’avais pas trop apprécié, que ça aiderait à « m’ouvrir l’esprit ». C’est là que j’ai découvert le candaulisme, grâce au forum de ce site. Je dois dire que c’était la première fois que je lisais de la littérature érotique et surtout des témoignages sur des sujets aussi, comment dire, étonnants.

Avec tout ça, notre vie sexuelle s’était mise entre parenthèses et nous n’avions plus aucun rapport au lit. C’est ainsi que la lecture de ces articles a éveillé en moi des sensations que j’avais presque oubliées. Je me suis sentie parfois tout excitée et au fil des mots une chaleur envahissait mon bas-ventre. Je me suis mise à avoir envie de me caresser, ce que je n’avais plus fait depuis mon adolescence.

J’ai dévoré ces témoignages. J’ai lu tous ces fantasmes et récits. Au fur et à mesure, je découvrais un autre monde, de nouvelles pratiques. Je m’ouvrais comme un bouton de rose qui se transforme en fleur au printemps. Tout cela était si neuf. Et je dois dire, tout cela était si terriblement excitant !

Nos tout premiers jeux sexuels hors norme

Un jour un colis arriva. Mon mari avait commandé sur un site spécialisé tout un tas d’accessoires pour le moins étonnant. Nous eûmes alors une longue conservation lorsqu’il déballa devant moi le contenu de cette boîte. Il m’expliqua qu’il voulait que nous ayons désormais une sexualité différente de celle que nous avions eue jusqu’à présent.

Je dois dire que, après tout ce que j’avais lu, je pense que nous n’avions en fait aucune sexualité du tout. Après tout, je restais une femme avec des besoins et ces besoins étaient devenus depuis quelque temps de plus en plus précis et insistant !

Et c’est ainsi que nous commençâmes lentement, mais dans un sens qui ne peut se permettre de retour en arrière, de changer radicalement de vie sexuelle. Ces objets devinrent notre quotidien et nous fîmes l’amour à un rythme beaucoup plus soutenu. J’appris ainsi à accepter la sodomie, à le sucer, à lui lécher l’anus. Il pouvait désormais éjaculer dans ma bouche. Je tentais de me soumettre à tous ses désirs et je dois le dire, j’aimais ça !

Une complicité retrouvée dans la bisexualité

Il me demandait d’employer de plus en plus le gode-ceinture et de le pénétrer tout en le masturbant. Il m’avoua un jour qu’il aimerait convier un homme à nos ébats. Je savais que ce moment allait arriver, mais je ne le redoutais plus comme par le passé. Il m’expliqua qu’il s’imaginait se faire sodomiser par un homme pendant que je lui ferais une fellation. Ce fantasme l’obsédait.

Il me dit alors qu’il aimerait beaucoup que j’accepte également de faire l’amour avec cette personne. Pour lui, se faire prendre par un homme et surtout le regarder me baiser (c’est son terme) ensuite serait l’aboutissement de ses fantasmes.

Ce jour-là est maintenant proche. Cela doit se passer ici, chez nous avec un de ses amis de travail à qui il a déjà longuement parlé de sa situation. Cet ami est bi et il a, en fait, été son confident depuis le début.

Qui aurait dit, il y a deux ans, que je me préparerai à faire l’amour avec mon mari et un autre homme ? Vous le croirez si vous voulez, mais je me sens désormais pleinement épanouie. Quelque chose s’est ouvert en moi. Un tabou est tombé. Je suis comme libérée et j’attends avec impatience cette soirée. Que de chemin parcouru !

C’est promis, je vous raconterai…

 
Inscription "Plans rencontre" en ce moment
Jusqu'au mercredi 22 septembre 2021 minuit, bénéficiez d'un accès privilégié aux plans rencontres.
Offre réservée aux profils "Hommes seuls".
>> Activer maintenant mon profil Rencontre
 

À suivre. Lire la partie 2

Comment mon physique devint soudainement attractif

Comment mon physique devint soudainement attractif
Je n’ai jamais eu de succès avec les filles. Trop maigre, trop timide, pas assez beau, je ne les ai jamais intéressées. Je n’étais même pas le second, ou le troisième choix, j’étais le garçon avec lequel elles ne s’imaginaient pas. Ce refoulement, j’en ai souffert, c’est évident. Ce n’est pas facile d’être ignoré, rejeté....

Plan cul avec un ami d’enfance

Plan cul avec un ami d’enfance
Jenny et moi avions grandi ensemble. Nous avions été les meilleures amies du monde pendant des années. Jusqu’à ce qu’elle décrochât une bourse pour poursuivre ses études à l’étranger. Puis, nos chemins s’étaient séparés. Jusqu’à ce qu’elle revienne au pays, deux ans plus tard. Dès qu’elle fut installée, elle prit contact avec moi. Elle me...

Ma baiseuse de femme que j’adore

Ma baiseuse de femme que j’adore
Avez-vous déjà fait la rencontre d’une personne nymphomane dans votre vie, ne serait-ce qu’une fois ? Figurez-vous que je suis marié à une. Eh oui, je m’appelle Dominique, ou Dom pour les intimes, 25 ans, marié à Véronique, ou Véro, 23 ans. Nous n’avons pas encore d’enfants et l’histoire de notre couple est loin d’être...