Mon amant dominant derrière la webcam

Je viens tout juste de fêter mes 30 ans, je suis mariée et je suis actuellement sans emploi. Je n’ai quasiment rien à faire dans la journée, en dehors des tâches ménagères et des courses. J’ai carrément du temps à tuer, tous les jours, contrairement à mon mari. Lui est très occupé par son travail. Mon homme travaille comme conducteur de travaux et chef d’équipe dans une grosse boîte. Souvent sur terrain, il me laisse couramment seule à la maison.

Retour aux chroniques libertines

Ma première expérience avec les sites de rencontre


Vous êtes dans "Le Carnet", l'espace dédié aux articles de Candaule.fr mais fermé aux interactions entre les inscrits du site.

Nous vous invitons à découvrir "Le Forum", là où nos membres racontent leurs expériences candaulistes réelles.

Aller sur le Forum


Pour celles et ceux recherchant des rencontres orientées "plan cul", contactez directement les dernières inscrites.



Nous avons une box Internet qui sert surtout à faciliter ma recherche d’un nouvel emploi. Certes, je l’utilise pour cela, mais également pour autre chose. Je suis récemment devenue adepte des sites de rencontre.

Je m’étais inscrite sur ces plateformes, histoire de passer le temps, mais également par curiosité. Il n’y a quasiment rien de très intéressant. On y va pour papoter de sujets avec des inconnus qui ne se connectaient que rarement. J’ai alors testé des plateformes dédiées aux rencontres sexe pour voir ce que cela donnait.

« Fleurdenuit », c’était le pseudo que j’avais choisi. Je le trouvais sexy. J’étais certaine qu’il allait trouver du succès auprès des hommes. Et effectivement, j’avais visé juste. Bien évidemment, j’avais préféré cacher mon identité pour éviter qu’un collègue ou ami de Michel, mon mari, me reconnaisse. Prudence, le monde est si petit ! Je me connectais dans la journée lorsque Michel était au travail, pour qu’il ne se doute de rien.

Un contact en ligne pas comme les autres

J’enchaînais des discussions sans intérêt. Je tombais systématiquement sur des obsédés sexuels. J’étais consciente que c’était l’objectif du site, mais je recherchais quelque chose d’un peu différent. À mes heures perdues, j’aimais les faire tourner en rond… jusqu’à ce je tombe sur un certain Dominique.

Il avait des cheveux bruns, des yeux bleus et il était assez mince sur sa photo. Il affichait sa véritable identité, et une vraie photo de profil. Dominique est encore jeune : Il a 26 ans, mais il avait de la conversation. Il avait cette façon d’être à la fois direct et mystérieux, cela m’excitait. Il était plus libre pour tchater la nuit, car il avait cours dans la journée. Et moi j’étais indisponible en soirée.

Toutes les nuits étaient longues depuis que j’avais rencontré Dominique. J’avais hâte de lui reparler le lendemain. On discutait de sujets coquins, de sexe, de pratiques sexuelles diverses, et même de films pornographiques. Il m’envoyait des liens très intéressants. On n’osait pas encore nous donner rendez-vous.

Un coup de téléphone pour découvrir nos voix

Dominique était enfin en vacances. Je commençais à m’attacher un peu à lui. C’était mon amant virtuel. Un matin, il disait vouloir entendre ma voix. Il m’avait demandé mon numéro, et je le lui avais filé. Le téléphone sonna quelques secondes après.

  • « Ma belle Fleurdenuit, enfin j’entends le son de ta voix », me disait-il.

J’étais hypnotisée par sa voix d’un ton bien viril. Calme, mais imposant. C’était la manière dont je le percevais à travers sa voix. Il avait engagé la conversation. Il me demandait si j’étais seule à la maison et si j’étais libre pour faire des trucs différents.

Dominique affirmait qu’il était encore dans son lit, entrain de faire la grasse matinée. Il regardait des films pornographiques. Il me demandait si j’aimais cela et si j’en visionnais. « Cela m’arrive d’en regarder parfois », avais-je répondu avec un air un peu gêné. J’étais perplexe à l’idée de parler de choses intimes avec un inconnu, mais sa voix était si rassurante.

Il me commentait des scènes qui se passaient dans le film porno. Il me partageait ses avis, en me demandant les miens. J’étais enflammée par notre discussion : j’avais les pointes des seins qui dardaient. Par inadvertance, j’étais en train de me caresser. Je passais ma main sur ma poitrine avant de la descendre plus bas.

Doigtée à distance par mon plan cul virtuel

Je sentais ma chatte me picoter. J’écartais doucement mes cuisses avant de passer mes doigts sous ma culotte. Elle était déjà mouillée. Je jouais avec mon clitoris pendant que Dominique me racontait qu’il en train de se masturber. Il m’avait mise en feu. Je fermais les yeux, et notre conversation devenait plus réelle pour moi.

Soumise à ses directives, je me masturbe jusqu'à en jouir

Soumise à ses directives, je me masturbe jusqu’à en jouir

Je lui disais que j’étais en train de caresser mon clitoris. Il me demanda de me doigter, d’abord par un doigt et ensuite deux. Mes lèvres se gonflaient et elles s’humidifiaient davantage. J’imaginais cet homme caresser ma chatte par son pénis. J’avais atteint l’orgasme, quelque temps après. Le téléphone glissa de ma main et tomba.

Notre conversation s’était achevée ainsi. Je n’avais pu reprendre mes esprits qu’après des minutes. Je n’arrivais pas à croire ce qui venait de se passer. J’étais un peu gênée, mais j’étais bien. Ce n’était qu’après une douche bien froide que j’étais complètement redescendue sur terre. Je n’avais reparlé à Dominique que l’après-midi.

Webcam avec mon amant pour simuler du sexe réel

Dominique et moi nous n’étions plus reparlé au téléphone depuis. Nous avions repris nos vieilles habitudes : les tchats. Il m’avait déjà proposé de nous rencontrer dans un hôtel, mais je ne me sentais pas encore prête pour cela. L’idée de tromper mon cher mari me paraissait encore absurde. Il fallait cependant se mettre à l’évidence que ce que j’étais en train de faire avec Dominique était un acte adultère.

Il n’y avait plus qu’à passer à l’action. Cependant il fallait que j’y réfléchisse sérieusement. En même temps, ma chatte réclamait tant ce Dominique… J’adorais les jeux auxquels nous nous étions adonné.

Dominique me proposa de faire des coquineries sur webcam, trois jours après le coup de téléphone. Ma nature indécise reprit le dessus. J’étais de nouveau gênée à l’idée d’exposer mon corps devant une caméra, mais cela me tentait. Nous nous sommes mis d’accord : nous allions nous faire un Skype. Je dois vous avouer que je désirais bien voir son visage.

L’appel Skype était donc une occasion à saisir. En plus, c’est gratuit ! On s’était donné un rendez-vous un jeudi à 10 heures. Je m’étais levée aux heures habituelles, et j’étais particulièrement excitée ce matin-là.

  • « Qu’est-ce qui te met de si bonne humeur ma chérie ?, me demanda Michel.
  • Rien de spécial mon amour », répondis-je, prise par surprise.

Je ne m’attendais pas du tout à la question.

  • « En fait, je repense à la nuit que nous avons passée, et cela me met de bonne humeur », ajoutai-je pour éliminer toutes traces de doutes.

Nous avions justement fait l’amour la nuit précédente. C’était torride puisque mes pensées étaient vers Dominique. Il m’était difficile de me concentrer sur mon mari puisqu’on l’avait fait dans le noir. Fatalement, la circonstance jouait en l’avantage de Dominique.

Prête pour une cam coquine

Mon mari quittait la maison pour se rendre au travail, après un baiser. Il était 8 h et le rendez-vous était dans deux heures. Je m’avais filée sous la douche pour me préparer. Pour pleinement me prêter au jeu, je m’étais maquillée. J’avais mis du rouge à lèvres, et un peu de fard à paupières pour avoir l’air femme fatale. J’avais enfilé une petite robe noire moulante et des sous-vêtements sexy. Je m’étais même parfumée alors que mon amant virtuel n’allait même pas me sentir.

Il m’envoya un message pour dire qu’il était prêt. Je me connectai, et enfin je le vis. Il était plus attirant que sur la photo, bien qu’il portait un simple T-shirt et un short. C’étaient sûrement son pyjama. J’étais donc la seule à me préparer minutieusement. Ah les hommes !

Peu importe, il était essentiel qu’il me rencontre dans cet état : belle et sexy. Nous nous étions salués et Dominique commença à me complimenter. Il affirmait me trouver particulièrement bandante. Il avait émis des commentaires sur ma robe moulante avant de m’inviter à la retirer.

  • « Retire ta robe. Je désire te connaître un peu plus », me lança-t-il.

Sur-le-champ, je m’exécutai, en souriant bêtement. Je ne m’attendais pas à ce que l’on y aille si vite.

  • « Encore plus, enlève tout ! », ajouta-t-il après m’avoir regardé retirer ma robe.

Dominique avait changé de ton. L’amant gentil et attentionné s’était transformé en amant directif. J’étais étonnée et un peu mal à l’aise. Je continuais à me prêter au jeu. Puis je retirai mon soutien-gorge en essayant de prétendre être confiante.

Je m’exécutais en lui lançant de petits sourires, en espérant qu’il allait également me sourire. Rien ! Il était concentré et il l’avait l’air dominant. Cela commençait à me plaire. Je me sentais comme soumise à lui.

Soumise à sa voix, je profite de préliminaires très chauds

J’étais complètement nue sur le lit. La webcam était braquée sur moi. Il m’invita à me caresser.

  • « Caresse-toi les seins, la chatte, le corps entier », me dit-il.

Je m’exécutais. Dominique, de son côté, retirait ses vêtements. Je voyais son sexe lorsqu’il s’était levé pour retirer le short. Son sexe était gros et il me donnait envie de toucher, de caresser. Il m’ordonna ensuite d’écarter les cuisses, et me demanda de me caresser la chatte bien ouverte.

Dos contre la tête de lit, une main caressait les lèvres et le clitoris. L’autre main se baladait le long des cuisses. Il n’y avait plus de dialogue. C’était lui le chef et moi la soumise. Je n’osais rien dire pendant qu’il émettait ses ordres. Son regard plein d’assurance et d’audace ne me le permettait pas.

  • « Ajuste la caméra et allonge-toi pour que je voie bien ton sexe. Caresse-toi et fais ce que je te dis », me dit Dominique.

Il me demanda de fermer les yeux.

  • « Mets un doigt dans la chatte et pense que c’est moi qui suis en train de le faire », ajouta-t-il.

Je suivais à la lettre ce qu’il me demandait de faire. Réellement je parvenais à l’imaginer me doigter. Je sentais ma chatte trempée. Je frottais régulièrement mon clitoris avec les doigts. J’étais très excitée et Dominique l’était également. Je l’entendais gémir doucement, il se branlait.

  • « Bouge vite le doigt dans ton sexe. Caresse là où tu aimes. Imagine que c’est le mien. Tu es mouillée parce que tu aimes ça. Tu sens ma main effleurer ta peau. Fais-toi plaisir. Tu me fais bander dur. », me dit-il suavement.

Orgasme intense partagé, chacun depuis chez soi

Bien sûr, je m’exécutais, les yeux encore fermés. Je pris le gros sextoy caché sous l’oreiller, d’une main. Maline, je l’avais secrètement dissimulé dans un coin pour que mon mari ignore à jamais son existence.

J’avais décidé de le mettre de côté ce jour au cas où j’allais en avoir besoin. Je le mis directement dans ma chatte, tellement mes doigts ne me suffisaient plus. J’étais habituée à mon joujou. J’imaginais Dominique sûrement étonné de me voir en faire usage sans sa permission.

Il ne disait rien quelques secondes avant de m’encourage à continuer. Je sentais mon vagin apprécier le gros engin en moi. Je le faisais entrer et sortir. Il était complètement mouillé. J’entendais Dominique gémir, il avait éjaculé. Cela m’avait encore plus excitée, au point d’atteindre l’orgasme.

J’avais rouvert les yeux avant de retirer le sextoy de mon sexe. Je m’étais redressée et je voyais mon amant sourire malicieusement. Nous n’avions pas pu nous retenir de rire après toute cette effervescence.

J'ai vite pris goût à ces rendez-vous hot devant la cam

J’ai vite pris goût à ces rendez-vous hot devant la cam

Pause sauvage et intense sur une aire d’autoroute

Pause sauvage et intense sur une aire d’autoroute
J’embrasse tendrement mon mari sur le front et lui murmure à l’oreille : « À ce soir, mon chéri ». Il n’ouvre pas les yeux, et se contente d’émettre un grognement incompréhensible, que je choisis d’interpréter comme un « Bonne journée, mon amour ! », avant de s’enrouler de nouveau dans la couette et de me tourner le dos. Il est...

Je domine les soumis en manque d’asservissement

Je domine les soumis en manque d’asservissement
Je me nomme Hortense, mais je préfère que l’on m’appelle par le pseudo "Maitresse H" durant mon service. Rien ne me différencie d’une femme ordinaire. Je deviens une tout autre personne quand j’exerce ma passion, la domination. Ce n’est pas mon métier, mais une activité dont je fais profiter à quelques hommes régulièrement. Je suis...

Échappée belle en moto

Échappée belle en moto
Je suis une femme mariée, mère de deux enfants, qui jongle tant bien que mal entre vie professionnelle, vie personnelle, et vie de famille. Je travaille beaucoup, mais je n’ai jamais fait ce fameux effort en plus qui m’aurait permis de grimper dans la hiérarchie de l’entreprise. Cela a été mon choix, et je l’assume....