Délaisser les hommes pour des plaisirs lesbiens


Mon histoire est classique, apparemment, mais j’ai décidé de la raconter. Elle a commencé par une rupture douloureuse, quand mon copain m’a annoncé qu’il était tombé amoureux de sa dentiste et que ce serait bien que je quitte l’appart assez rapidement, car elle allait venir s’installer.

Retour aux histoires de femmes coquines

Se consoler en se tapant des coups d’un soir

Je suis allé pleurer dans les bras de Karine, ma meilleure amie. Elle n’a jamais aimé mon ex, je savais qu’elle ne serait pas du genre à essayer de lui trouver des excuses. Après avoir pleuré, mangé de la glace au chocolat et regardé l’intégrale de Desperate Housewives, il était temps de reprendre goût à la vie.

Encore une fois, Karine a été exceptionnelle. Elle nous a trouvé un billet d’avion pas cher pour aller passer quelques jours à Ibiza. Danser et faire la fête au soleil, il n’y a rien de mieux pour oublier un homme. Enfin si, bien sûr qu’il y a quelque chose de mieux.

 
Inscription "Plans rencontre" en ce moment
Jusqu'au vendredi 17 septembre 2021 minuit, bénéficiez d'un accès privilégié aux plans rencontres.
Offre réservée aux profils "Hommes seuls".
>> Activer maintenant mon profil Rencontre
 

Nous n’avions pas de bagages en soute, mais ce n’était pas très grave. Un string pour la plage, une mini jupe, un short moulant, un débardeur et un mini top, ça ne prend pas trop de place dans la valise. Et c’est tout ce dont nous avions besoin pour que je puisse vraiment passer à autre chose après une telle déception amoureuse. Habillée comme ça, c’était clair que j’allais trouver pas mal de coups d’un soir : le traitement idéal pour oublier un abruti !

Des plans culs directs avec des étrangers

Bien entendu, cela a marché au-delà de mes espérances. Au mois de juin à Ibiza, tout le monde vient pour la même chose. Il y a des dizaines de milliers de garçons ayant envie de s’amuser, et c’est exactement ce que je cherchais. J’en avais besoin, et cela m’a fait le plus grand bien.

Je ne sais même plus combien j’en ai embrassés. Des dizaines, je pense. Dans la rue, dans les bars, sur la plage, en club… Si un mec un peu mignon passait à mes côtés, je collais mes lèvres aux siennes. Si sa langue trouvait la mienne et ses mains se glissaient sous mon maillot, encore mieux.

Les choses sont allées plus loin avec plusieurs d’entre eux, mais pas tous.

Il y a eu Marco, un Italien que j’ai sucé dans les toilettes du club. Et Danilo, son cousin, je crois, que j’ai aussi sucé un peu plus tard dans ces mêmes toilettes.

Ibiza, ça peut être très chaud par moment - Vive les partouzes
Ibiza, ça peut être très chaud par moment – Vive les partouzes

Hans, un Allemand qui peut prétendre au titre de champion du monde du cunnilingus. Quand je repense à sa langue entre mes cuisses… J’ai son numéro, j’irais sûrement passer un week-end à Berlin cet été.

Une multitude de rencontres pour du sexe libéré

Miquel et Jordi, deux Espagnols qui vivent à Ibiza toute l’année et ont été mon premier trio. À 24 ans, il était temps. J’ai adoré, mais je ne pensais pas que cela pouvait être aussi fatigant de s’occuper de deux hommes en même temps ! Ça doit être le manque d’entrainement, certainement.

Il y a eu James, un pilote de ligne anglais en voyage de noces. Sa femme ne tenait pas bien l’alcool et s’était effondrée dans la chambre d’hôtel, alors j’en ai profité. Le pauvre, je ne pouvais pas le laisser sans sexe pendant sa lune de miel.

Je me souviens aussi de Boris, un Bulgare moche comme un pou, mais qui me garantissait que j’allais me faire plaisir avec ce qu’il avait pour moi. Sur le coup, cela m’a paru exotique de coucher avec un Bulgare, alors j’ai dit oui. Et effectivement, sa queue compensait largement sa laideur. Elle était longue, large, raide comme un bâton, et il savait s’en servir. J’ai appris avec lui que l’éjaculation féminine n’est pas un mythe.

Et puis Kurt, un Américain super mignon, mais qui était bien moins doté. Entre Boris, et lui, ça fait une moyenne, tu me diras.

Il y a aussi le Belge que j’ai branlé au restaurant, je ne sais plus comment il s’appelle. Et celui qui m’a doigté quand on se baignait dans la mer. Par contre, je ne sais pas du tout d’où il était.

Je crois que c’est tout. En tout cas, les plus importants.

Mais ce ne sont pas ces amants qui ont fait que mon voyage a été exceptionnel. C’est Karine.

Après tous ces mecs, un déclic avec mon amie

Dès le premier jour, lorsqu’elle m’a passé de la crème sur la plage, j’ai compris que notre séjour à Ibiza allait être différent.

Je lui avais déjà mis de l’huile solaire sur le dos, et c’était à son tour de s’exécuter. Ses caresses sur mes épaules étaient douces et tendres, mais la sensation des mains d’une autre fille sur ma peau a toujours été quelque chose de plaisant. Je n’y ai pas fait attention.

Quand elle a commencé à me masser les fesses pour bien faire pénétrer la crème, j’ai senti quelque chose. Il fait dire que mon string était ridiculement petit, et que ses mains se promenaient partout sur mon derrière. Sous ses caresses, j’ai légèrement écarté les jambes, instinctivement. Elle l’a remarqué et n’a pas hésité à m’enduire l’intérieur des cuisses.

Je mouillais déjà.

Ce massage féminin que je n’oublierai pas

Quand elle m’a proposé de me mettre sur le dos pour continuer à m’enduire le corps d’huile solaire, je lui ai obéi. Ses mains se sont posées directement sur ma poitrine, là où la peau est la plus sensible. Elle a dû insister longuement pour que la crème pénètre bien. Et, ne laissant rien au hasard, elle s’est appliquée à enduire mes tétons durcis en les frottant délicatement entre ses doigts.

Puis ses mains sont descendues le long de mon ventre. Mon string tendu entre mes hanches laissait un espace entre le tissu et ma peau dans lequel ses doigts s’engouffrèrent, huilant une peau qui voyait rarement le soleil. J’étais tendue d’excitation, anticipant déjà la caresse qui allait suivre, mais la main de Karine s’arrêta à quelques millimètres de mon bouton de plaisir. Elle posa ses lèvres sur les miennes, avant de courir se jeter dans l’eau, me laissant folle de désir.

Je la suivais dans la mer et jetais mon dévolu sur le premier homme qui passait à côté de moi. C’est pour ça que je ne me rappelle pas d’où ce dernier venait, je n’étais désormais intéressée que par cette main entre mes cuisses qui m’avais soulagée.

Les doigts de ma copine, véritables faiseurs d’orgasmes

Le soir même, avant de sortir, elle vint me rejoindre sous la douche. Je la laissais me savonner avec grand plaisir. Cette fois-ci, elle ne s’arrêta pas à quelques millimètres de mon intimité, mais l’envahit totalement de ses doigts magiques. Je l’embrassais pendant qu’elle me masturbait d’une main experte, et mes soupirs de plaisirs se perdaient dans la peau de son cou à chaque orgasme.

Jamais je n’avais ressenti autant de plaisir avec une fille.

Comment je suis passée du sexe avec les hommes à celui avec une femme
Comment je suis passée du sexe avec les hommes au sexe avec une femme

J’avais essayé plusieurs fois auparavant, plus par curiosité que par attirance, et je n’avais jamais été vraiment convaincue. C’était agréable, mais cela n’avait rien d’incroyable. J’étais convaincue que je n’étais pas bisexuelle. Mais avec Karine, c’était différent.

Épuisée par trois orgasmes, je la suppliais de mettre fin à ses caresses. Elle me sourit :

« Bien sûr ma belle. Il faut que tu gardes des forces pour t’amuser ce soir. Nous, on a tout notre temps. »

C’est pour ça que pour notre première soirée en club, je n’ai couché avec personne. Marco et Danilo étaient charmants, mais je n’avais pas la force de les inviter entre mes cuisses. Ils étaient trop beaux pour ne rien faire, alors je me suis quand même fait un petit plaisir.

Du sexe à la tendresse, de la tendresse à l’amour

Pendant le reste de notre séjour, la tension sexuelle entre Karine et moi était à son comble. Nous le savions, nous en jouions, mais nous n’y cédions pas. Nous étions ici pour nous amuser avec quelques hommes, alors nous en avons profité.

Elle les a collectionnés, je les ai enchaînés, nous nous sommes bien amusées.

 
Inscription "Plans rencontre" en ce moment
Jusqu'au vendredi 17 septembre 2021 minuit, bénéficiez d'un accès privilégié aux plans rencontres.
Offre réservée aux profils "Hommes seuls".
>> Activer maintenant mon profil Rencontre
 

Puis, pour notre dernière nuit à Ibiza, nous avons décidé de ne pas sortir. Ce n’est pas que nous n’en avions pas envie, mais notre vol de retour était tôt le matin, et nous ne voulions surtout pas le rater. Une soirée tranquille, entre amies, semblait l’idée parfaite pour terminer ces vacances de folie.

Nous avons dégusté une paëlla au bord de la mer, et mes pieds ont rencontré les siens sous la table.

Nous nous sommes promenées sur la plage, et sa main a trouvé la mienne.

Au bout de la jetée, elle m’a prise dans ses bras et je l’ai embrassée, sans me soucier du regard des autres touristes.

De retour à l’hôtel, elle est venue me rejoindre dans mon lit. Sa peau douce et chaude contre la mienne était tout ce dont j’avais besoin pour laisser enfin tous mes problèmes derrière moi. J’aurais voulu lui faire l’amour ce soir-là, mais je me suis endormie entre ses bras.

Vivre avec une nana tout en assumant sa bisexualité

Depuis que nous sommes rentrées sur Paris, je dors toujours chez elle, mais je ne suis plus sur le canapé. Nous partageons le même lit, et elle m’a fait de la place dans le placard pour mes affaires. Cela me plaît, je me sens bien.

Je m’étais convaincue que je n’étais pas bisexuelle, et je me découvrais lesbienne. J’en parlais à Karine.

« T’es sûre que t’es lesbienne ? Les garçons ne te plaisent plus du tout ? C’est dommage, parce que Hans m’a dit qu’il venait ce week-end sur Paris et je lui ai proposé de pieuter ici. Je pensais l’inviter dans notre lit pour que l’on puisse toutes les deux profiter de ses talents, mais si t’insistes, on peut lui défaire le canapé du salon… »

Je lui souris. Elle me connaissait bien. Au final, je ne sais pas si je suis, bi, lesbienne, ou autre chose. Je sais juste que j’adore Karine, et que je mouille instantanément au souvenir de la langue de Hans.

« OK, Karine, présenté comme ça… Ce serait malpoli de le laisser dormir dans le salon ! »

Promenade dans le bois et soumission organisée

Promenade dans le bois et soumission organisée
Mon mec me laisse aller à mes jeux sexuels quand je l'entends. Nous sommes à vrai dire un couple très ouvert. Ouverts d'esprit comme peu de conjoints le sont, nous acceptons que l'autre aille baiser ailleurs, tant que tout est sous contrôle. Pendant une partie à plusieurs, ça peut aussi partir en vrille et devenir...

Plaisir égoïste avec mon sybian

Plaisir égoïste avec mon sybian
Pourquoi acheter un sybian sur internet ? Dans mon cas, les explications sont nombreuses. Comme la plupart des citadines trentenaires qui jonglent entre un boulot stressant, une vie sociale bien occupée aussi bien dans la vraie vie que sur les réseaux sociaux, et la salle de sport pour garder de belles fesses bien fermes et...

Évasion libertine pour Noël – Séjour thaïlandais

Évasion libertine pour Noël – Séjour thaïlandais
Cette année nous avons décidé de faire quelque chose de différent pour les vacances de Noël. Officiellement, le motif c’est que nous souhaitons passer les fêtes au soleil. C’est ce que nous avons raconté à la famille, mais la vérité est bien différente. Si c’était juste pour échapper au froid, nous partirions plutôt en janvier...