Pause sauvage et intense sur une aire d’autoroute


J’embrasse tendrement mon mari sur le front et lui murmure à l’oreille : « À ce soir, mon chéri ». Il n’ouvre pas les yeux, et se contente d’émettre un grognement incompréhensible, que je choisis d’interpréter comme un « Bonne journée, mon amour ! », avant de s’enrouler de nouveau dans la couette et de me tourner le dos. Il est 4 heures du matin, et il n’a pas envie de perdre deux heures de sommeil. Il se réveille tous les jours à 6 heures pour aller au bureau, il est fatigué, c’est normal. Je ne lui en veux pas, je ferais la même chose à sa place. Et pourtant, je suis déjà maquillée, habillée, et prête à prendre la route.

Retour aux histoires candaulistes de femmes coquines

L’envie tuée par le train-train du mariage

Je ne me lève pas aussi tôt d’habitude. Je suis matinale, mais quand même, il y a des limites ! Non, aujourd’hui c’est exceptionnel. Je dois aller voir des clients, et j’ai pas mal de route à faire. Je préfère partir tôt et éviter les bouchons, quitte à faire une pause plus tard. Cela m’est arrivé plus d’une fois de garer la voiture sur le bas-côté, ou de m’arrêter sur une aire d’autoroute, pour faire une petite sieste de quinze ou vingt minutes. Cela ne remplace pas une bonne nuit de sommeil, mais ça requinque et ça permet de tenir la journée.

En passant devant la cuisine, je jette un coup d’œil à la table, sur laquelle j’ai préparé le petit déjeuner la veille. J’avais caressé le doux espoir que Lucas allait se lever avec moi, et que nous pourrions prendre le café ensemble. Un sentiment de déception m’envahit soudainement : Il y a encore deux ou trois ans, il se serait levé, quitte à se recoucher plus tard. Mais ça, c’était avant. Avant le mariage.

On a beau dire que le mariage, ça ne change rien, que c’est juste une manière de formaliser la vie commune et de payer moins d’impôts, ce n’est pas vrai. Le mariage, c’est bien plus que ça. Quand je parle de « mon mari », c’est beaucoup plus fort que « mon copain », « mon mec », « mon compagnon ». Mais le mariage, ça tue aussi la romance.

L’incompréhension face à cette distance qui se creuse entre mon mari et moi

Je ne comprends pas pourquoi, après sept ans de vie commune notre relation était aussi torride qu’au début, mais après un an de mariage, nous ressemblons à ces vieux couples sans passion. Tiens, ça va me faire un sujet de réflexion pour la route, c’est plus intéressant que d’écouter la radio.

Je décide de zapper le petit déjeuner, je n’ai pas envie de le prendre seule à la maison. Autant partir tout de suite, et sortir de Paris pendant qu’il n’y a encore personne sur la route. J’aurais l’occasion de prendre un mauvais café sur une aire d’autoroute. Et en plus, je pourrai le passer en note de frais !

Tiraillée par la faim, je dois rapidement manger un truc

Il est à peine 5 heures du matin, et je m’approche déjà de Reims. Il n’y avait personne en ville, et l’autoroute est déserte, je roule bien. C’est possible que je n’aie pas vraiment respecté les limites de vitesse, mais à cette heure là il n’y a pas de radar. Puis de toute façon, je n’ai pas exagéré non plus. Sur l’autoroute, tout le monde roule à 150 à l’heure, non ?

Un bruyant gargouillement de mon ventre me rappelle que je n’ai pas mangé ce matin. Et la soupe Knorr d’hier soir était excellente, mais pas spécialement nourrissante. L’aire de Vrigny est à moins de deux kilomètres, mais il n’y a pas de restaurant et je n’ai pas envie d’un mauvais croissant de station-service. J’ai le temps de faire une pause et de manger quelque chose de décent.

Besoin de faire un break et de manger un truc dès que je peux
Besoin de faire un break et de manger un truc dès que je peux

Mon GPS m’indique que la prochaine aire est à trente kilomètres, et qu’il y a un Burger King. Cela me paraît une excellente idée de m’enfiler un sandwich bien gras avec quelques frites, et je décide de continuer. Je peux bien attendre encore une vingtaine de minutes pour manger.

Mais la faim me tenaille, alors j’appuie sur l’accélérateur. Juste un peu, histoire de ne pas dépasser les 160 à l’heure. Ce serait exagéré.

Encore tendue par des broutilles, j’ai besoin de me relaxer

Il n’y a personne sur le parking, et je laisse ma voiture juste devant le restaurant, entre une Harley-Davidson et une Mercedes garée sur la place réservée aux handicapés. Je ne peux m’empêcher de jeter un coup d’œil : évidemment, elle n’a pas de macaron.

C’est quelque chose qui me met hors de moi. Mon père est lui-même handicapé, et il a toujours des difficultés à se garer, car les places qui lui sont réservées sont toujours prises. Je résiste à la tentation de rayer sa belle peinture noire avec la clé de ma voiture, mais je fais une photo de sa plaque et de la manière dont il est garé. Plus tard, j’enverrai la photo à la police, et je la posterai sur les réseaux sociaux. C’est ma manière à moi de rétablir l’ordre dans ce pays où plus rien ne se respecte. J’aime l’âme d’une justicière, je n’y peux rien.

Un homme musclé qui attire mon attention au resto

Le Burger King est vide, mis à part la jeune serveuse à moitié endormie. Je commande un menu, et rajoute un café double. Je ne veux pas que le sommeil me prenne, une fois l’estomac bien rempli.

C’est en m’asseyant à une table près de la baie vitrée que je réalise qu’il y a un autre client dans le restaurant. Grand, musclé, avec les cheveux bruns aux épaules, il porte un pantalon de cuir et un T-shirt sans manche. Je suppose que sa veste en cuir est posée à côté de lui, et je suis prête à parier un billet qu’il y a Hells Angels écrit dessus. Ou en truc dans le genre, en tout cas.

Cela me fait sourire, et je me cache derrière mon burger pour éviter qu’il ne remarque que je me moque de lui. Mieux vaut ne pas énerver un biker avant 6 heures du matin, c’est une des règles de base.

Le signal de cet inconnu est clair : Il veut me prendre le cul

Je ne peux détacher mes yeux de l’énergumène, je suis comme hypnotisée. Cela doit être ses yeux bleus électriques, il faut bien admettre qu’il a un regard perçant qui ne peut laisser personne de marbre. C’est dommage qu’il porte une barbe de trois jours. Le côté aventurier rebelle lui va bien, surtout avec ses cheveux, mais un homme bien rasé, c’est quand même plus agréable.

Quand il se lève pour aller prendre un autre café, je l’observe traverser le restaurant. Son pantalon noir lui moule les fesses, je dois avouer que c’est sexy. Et quand il revient vers la table, il m’est impossible de ne pas remarquer la bosse énorme le long de sa cuisse gauche. Ce n’est pas possible, c’est vraiment sa bite ? Je commence à comprendre pourquoi toutes les filles fantasment sur les motards, s’ils sont équipés comme ça !

Comment ne pas craquer devant un playboy rebelle et viril ? Ça me change de mon mari !
Comment ne pas craquer devant un playboy rebelle et viril ? Ça me change de mon mari !

Je n’ai jamais eu d’homme aussi bien membré dans ma vie. Je me demande comment ça peut être. C’est sûr que ça fait envie de se sentir totalement remplie, mais ça doit aussi faire mal. Je me demande si j’arriverai à le prendre entièrement en bouche.

Une invitation sans détour à un plan cul aux WC

Comme s’il avait lu mes pensées, il tourne le regard dans ma direction, me sourit, et m’adresse un clin d’œil. Choquée, surprise, j’avale ma frite de travers et commence à tousser comme une idiote. L’avantage, c’est que cela me permet de couper le contact visuel sans avoir à rougir. Pourquoi m’a-t-il regardé à ce moment précis ?

Ma quinte de toux passe, et après une gorgée de coca je me sens mieux. Je me tourne de nouveau vers lui, pour m’apercevoir qu’il continue à m’observer fixement. Ses yeux bleus sont superbes. Cette fois, je soutiens son regard et lui rends son sourire tout en sirotant mon café.

Lorsqu’il me fait un signe de tête en direction de la porte des toilettes, je ne peux pas dire que je suis surprise. J’y pensais aussi. Je n’hésite pas une seconde, ne songeant pas un seul instant à mon mari. Ma seule préoccupation pour le moment est de découvrir plus en détail cette énorme queue qui se cache sous le pantalon de cuir. Je le suis.

Défoncée dans les toilettes par cette bite énorme

Tout se passe très vite. Il n’y a personne d’autre et nous ne prenons même pas la peine de nous enfermer dans des toilettes. Je glisse ma main entre ses jambes, et peux enfin voir de près ce sexe énorme. Je le sens durcir, et lorsqu’il baisse d’un seul geste son pantalon et son boxer, il apparait devant moi devant toute sa splendeur. Long, large, raide, fièrement dressé… Même sur Pornub, je n’en trouve pas des comme ça.

C’est évident que je n’arriverai pas à la prendre entièrement en bouche, mais je sais que je vais me faire plaisir à essayer. Je me penche, mais il ne me laisse pas faire. Au lieu de ça, il me retourne et me penche sur l’évier, avant de m’arracher ma culotte. Il ne me l’enlève pas, il me l’arrache d’un seul geste, prouvant que les coutures Victoria’s Secret ne sont pas si résistantes.

Trempée d’excitation par ce mâle qui méprise et viole mon mariage

La destruction du cadeau offert par mon mari à mon dernier anniversaire m’excite au plus haut point. Je me sens dégouliner, prête à le recevoir. J’écarte mes jambes, relève les fesses et me prépare à subir son assaut. Il me pénètre sans ménagement, son gros gland se frayant un chemin entre mes lèvres sans que je puisse lui résister.

Un cri m’échappe. Surprise, douleur ou plaisir, je ne saurais le dire, je sais juste que j’espère que la serveuse ne m’a pas entendue. Si elle venait voir ce qu’il se passe ici, qui sait comment les choses pourraient tourner ?

Je n’ai pas le temps de penser, il me baise vigoureusement. Ses mains sur mes hanches m’empalent à chaque fois plus profondément sur son membre énorme. Jamais je n’ai été baisée comme ça. Jamais je n’aurais accepté d’être baisée ainsi, sans douceur, sans romantisme. Mais avec ce biker, c’est différent. Lui, c’est la masculinité à l’état pur, et j’adore qu’il me défonce.

Il ne tarde pas à jouir, et son sperme blanc se remarque sur le carrelage bleuté.

Un plan cul éphémère, terminé comme il a commencé

Nous n’avons toujours échangé aucun mot quand nous sortons du restaurant, en direction du parking. Ce n’est pas la peine : Je ne veux rien savoir de lui, et il ne veut rien savoir de moi. C’était juste une aventure, une folie. Mais arrivée à ma voiture, je ne peux m’empêcher de remarquer :

« Merde, ils t’ont piqué ta moto ! »

En effet la Harley a disparu, des saligauds ont dû profiter de notre court passage aux toilettes !

Mais cela ne semble pas l’affecter plus que ça. Il ne dit rien, et me regarde en souriant. Puis il sort une clé de sa poche, appuie sur le bouton, et la Mercedes d’à côté clignote tandis que les portières s’ouvrent. Sans rien dire, il prend place derrière le volant, et démarre.

Ma séance photo sexy avec ce photographe amateur : Aucun regret !

Ma séance photo sexy avec ce photographe amateur : Aucun regret !
J’étais jeune étudiante et j'avais besoin d’argent. Mais pas de l'extrême besoin pour autant : j’avais de quoi payer ma chambre sur le campus et les repas à la cantine, mais pas beaucoup plus. L’été j’avais travaillé comme serveuse dans un bar sur la côte et j’avais pu mettre quelques sous de côté. Et je pensais...

Mettre du piment lors d’un covoiturage

Mettre du piment lors d’un covoiturage
Cela fait plus d’un an que je fais du covoiturage avec Stéphane, et je ne m’attendais vraiment pas à sa remarque. Nous ne travaillons pas dans le même service, et ce n’est que grâce à une annonce sur le tableau à côté de la machine à café que j’ai fait sa connaissance. Stéphane cherchait quelqu’un...

Célibataire : Guide pour mettre du piment à un long voyage en train

Célibataire : Guide pour mettre du piment à un long voyage en train
Je l’avais déjà vu une heure plus tôt au Starbucks de la Gare de Lyon, assis à quelques tables de la mienne. Il lisait un livre, et ça avait attiré mon attention ; Ce n’est pas quelque chose de courant aujourd’hui. Il ressemblait à la plupart des célibataires parisiens : Une trentaine d’années, vêtements et coupe...

Votre hôte et serviteur. L'équipe de Candaule.fr et moi-même veillons en permanence à ce que votre expérience sur le site soit la plus agréable possible. Pour échanger avec la communauté de Candaule.fr (forum, tchat et messagerie), vous devez être inscrit·e.


Enable referrer and click cookie to search for pro webber