La double pénétration permet à mon mari d’assouvir son penchant homosexuel


La double pénétration n’a pas forcément bonne presse. Position difficile, sensation d’être prise en sandwichs et de subir plutôt que de participer, difficulté de bouger, bref, les griefs sont nombreux. Et pourtant, je vais vous faire part de mon expérience qui m’a définitivement convaincu que c’était une pratique à essayer et mieux, à adopter !

Retour aux histoires candaulistes de femmes coquines

Mon homme se branle en me regardant me faire prendre

La double pénétration peut se faire de nombreuses manières et, même si toutes les positions ne sont pas forcément pratiques ni très agréables, avec l’expérience on trouve rapidement ses marques. Bien qu’adorant la sodomie, je n’avais jamais vraiment imaginé être tentée par une double pénétration. En effet, la vision que j’en avais me donnait quelque peu la nausée, il faut l’avouer.

Généralement, mon mari ne participe pas à mes ébats avec mes amants. Il adore me regarder, il me guide, mais par-dessus tout, il aime se branler. Il réalise bien entendu des films qu’il visionne ensuite sur le grand écran de notre salon. Durant le film, il se masturbe ou me demande de le sucer tandis qu’il me sodomise avec un concombre glacé.

 
Inscription "Plans rencontre" en ce moment
Jusqu'au vendredi 17 septembre 2021 minuit, bénéficiez d'un accès privilégié aux plans rencontres.
Offre réservée aux profils "Hommes seuls".
>> Activer maintenant mon profil Rencontre
 

Mon mari préfère se branler en me regardant me faire baiser par des inconnus plutôt que de me faire l’amour. Il a toujours été un adepte du plaisir solitaire. Même au début de notre relation, lorsque j’avais joui, il se retirait et se finissait à la main en éjaculant sur mon ventre ou mon visage, mais rarement en moi.

La présence nécessaire de mon mari à mes côtés

Nous avons rapidement commencé à fréquenter les clubs et tout naturellement nous nous sommes orientés vers le candaulisme. Mon mari pouvait alors donner libre cours à sa pratique favorite. Il est capable de se masturber toute la soirée et de n’éjaculer qu’au bout de plusieurs heures !

Ainsi, lors de nos sorties, il demandait aux hommes (que j’avais également choisi), de me faire l’amour devant lui. Il aime beaucoup passer sa main entre mes cuisses lorsque je me fais défoncer et parfois, il aime me lécher l’anus alors que mon amant est au plus profond de moi.

Bref, j’adore cette situation et j’aime enchaîner les amants et parfois même plusieurs dans la soirée. Ceci dit, je ne le fais pas sans la présence de mon mari. Il ne me viendrait pas à l’idée de prendre un amant et de partir le rencontrer dans un hôtel de passe. Non, ce qui me plaît dans la relation c’est la présence de mon mari à mes côtés.

Sentir la langue de mon mec pendant qu'on me sodomise, quel kif !

Sentir la langue de mon mec pendant qu’on me sodomise, quel kif !

En soirée, profiter de l’énorme sexe d’un danseur

Lors d’une soirée chez des amis, nous avions assisté à une représentation en privé de danse latines. Les danseurs étaient juste magnifiques dans leurs tenues moulantes. J’étais tout excitée lors du spectacle et je ne cessais de regarder un jeune homme particulièrement bien avantagé par la nature. Difficile de cacher ses attributs avec ce genre de tenue !

Après le spectacle, les artistes sont venus à notre rencontre comme c’est souvent le cas après ce type de soirée. Je me suis débrouillée pour aller discuter avec ce jeune éphèbe. Il était encore en transpiration et avait du mal à reprendre son souffle. Au bout de quelques minutes de conversation, je lui fis comprendre que j’adorerai tester ce gourdin qu’il dissimulait (mal) dans son collant.

Le jeune homme ne se fit pas prier. Il savait de toute manière comment ces soirées chez nos riches amis se terminaient et il était bien entendu préparé à ce genre de demandes. Je lui expliquais que j’étais marié et que mon mari allait assister à notre relation. Il n’y vit aucun inconvénient et cela sembla même lui plaire. Nous trouvâmes rapidement un endroit au calme dans cette immense demeure et nous nous mîmes à l’aise comme mon mari nous rejoignait.

Comment ne pas avoir la chatte en feu face à un tel spectacle ?

Un triolisme avec deux éphèbes bisexuels

Effectivement, son engin était exceptionnel et je me mis d’abord à le sucer lentement. Il sentait le fauve, ce qui redoublait mon excitation. Mon mari s’était assis, un verre à la main et observait la scène, non sans avoir au préalable félicité le danseur pour son appendice.

Au bout de quelques minutes, un autre danseur passa la porte. Comme il allait repartir en s’excusant, mon mari lui demanda s’il voulait se joindre à nous. Le jeune homme ne se fit pas prier et vint nous rejoindre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Mon mari était aux anges. Il se déshabilla à son tour et commença à se masturber en se rapprochant de nos deux danseurs. Il s’avéra que les deux hommes étaient bi et ils commencèrent à s’embrasser, à se sucer tout en me léchant. La partie s’annonçait extraordinaire. Puis mon mari eut une idée et il leur dit : « Je veux que vous preniez ma femme ensemble, en même temps ! »

Ma première double péné

L’un des deux hommes demanda à l’autre de se coucher sur le dos. Je vins m’asseoir sur lui tandis qu’il se positionnait derrière moi. Je me couchais ainsi sur mon partenaire, me cambrant au maximum afin d’offrir ma croupe au mieux. Ce dernier commença à me doigter l’anus, certainement pour vérifier mon aptitude à la sodomie.

Voyant qu’il avait toute latitude pour me prendre, il commença par présenter son gland au bord de mon anus et, tout doucement, par à-coups, me pénétra. La sensation de ces deux sexes dans mon bas-ventre m’étonna au départ. Je n’avais jamais imaginé que celui puisse être aussi bon. La position n’étant pas non plus inconfortable, je commençai à me sentir transportée.

Celui qui me sodomisait allait et venait tout doucement, et dans ma chatte, le sexe énorme bougeait tout aussi lentement. Je me sentais envahie d’une sorte d’extase comme un orgasme qui n’en finissait pas. Je perdis la notion du temps, de l’espace, me concentrant uniquement sur ce plaisir intense et cette sensation unique en moi.

Mon cocu adorait la scène

Puis je sentis la présence de mon mari. Je sentais son souffle chaud sur mes fesses. Il me les embrassait, les léchait et je sentais ses mains me caresser. J’imaginais qu’il en profitait pour caresser aussi ces sexes aussi durs que la pierre qui allaient et venaient en moi.

Puis il passa devant moi et me mit son sexe dans la bouche. Tous mes orifices étaient ainsi pris d’assaut. Je le suçais tout en continuant à me faire prendre lentement, avec un rythme qui agissait sur moi comme un tranquillisant. Je me sentais merveilleusement bien. Il est tout à fait impossible de décrire cette sensation.

Le rythme de mes amants s’accéléra et je compris qu’ils allaient jouir. Le premier jouit dans mon cul tandis que, quelques secondes plus tard, mon mari éjacula sur mon visage. Je prenais enfin une décharge bien chaude dans le vagin. Avec tout ce sperme qui coulait en moi et sur moi, je jouis avec une violence inouïe avant de m’affaler de tout mon poids sur mon danseur.

Une fois que mes baiseurs ont déchargé leur jus en moi, mon chéri adore voir le sperme sortir de mon cul

Une fois que mes baiseurs ont déchargé leur jus en moi, mon chéri adore voir le sperme sortir de mon cul

Une jouissance inédite qui m’a mise dans tous mes états

Le plaisir avait été tellement intense que j’eus du mal à reprendre mes esprits. Lorsque je revins totalement à moi, mes amants avaient disparu et mon mari s’amusait avec le sperme qui coulait de mes orifices. J’étais bien, je le lui dis. Il me répondit qu’il avait également beaucoup aimé le spectacle…

Et, chose insensée, il me dit qu’il avait envie de le refaire, mais que cette fois-ci, c’est lui qui me prendrait par le cul ! Je restais stupéfaite. Il ne m’avait pas touché depuis des années, et cette double pénétration venait lui donner envie de me prendre !

Connaissant ses penchants légèrement bisexuels, je pensais qu’il avait trouvé là un moyen d’aller un peu plus loin dans son fantasme. En se retrouvant intimement lié à un homme, par mon entremise !

Nouvelle double pénétration avec un ami de confiance

Pour notre deuxième expérience, nous avons fait appel à un ami de longue date avec qui nous pratiquons le candaulisme de manière très régulière. Il adora l’idée et le rendez-vous fut pris chez nous un samedi soir.

Mon mari avait tout prévu. Il attendait ce moment avec impatience et dès l’apéritif, nous commençâmes notre petit jeu. La première fois, nous n’avions effectué qu’une seule position qui m’avait pleinement satisfaite. Mais, cette fois, mon mari voulait vraiment les expérimenter toutes.

Après quelques jeux érotiques, nous passâmes au plat de résistance. Notre ami se coucha sur le dos sur le lit et je m’assis sur lui à califourchon, face à mon mari. Il enfourna son membre dans mon cul et j’offrais ainsi mon sexe à mon mari qui me pénétra pour la première fois depuis bien longtemps.

Alors que mon amant ne pouvait pas beaucoup bouger dans sa position, mon mari, lui, debout sur ses jambes sur le bord du lit, pouvait me ramoner à sa guise. Il sortait sa queue régulièrement pour la frotter sur celle de notre ami qui était à moitié rentrée dans mon anus.

Méli-mélo sexuel intense Homme-Homme-Femme

Mon mari resta ainsi longtemps à jouer à aller et venir en moi. Parfois il se mettait à genoux et me léchait la chatte, prenant soin au passage de lécher les boules et l’anus de notre ami pour son plus grand plaisir. Je l’entendais haleter et il demandait parfois à mon mari de ralentir ses caresses bucco-génitales. Il avait peur de ne pas pouvoir se contenir.

Je n’avais jamais vu mon mari dans cet état. Il mettait son sexe dans ma chatte, le ressortait, me demandait de le sucer, puis se remettait à genoux pour me lécher. Puis nous changeâmes de position et je me retournais. Mon amant, toujours sur le dos, me prit par la chatte tandis que mon mari commença à me sodomiser.

 
Inscription "Plans rencontre" en ce moment
Jusqu'au vendredi 17 septembre 2021 minuit, bénéficiez d'un accès privilégié aux plans rencontres.
Offre réservée aux profils "Hommes seuls".
>> Activer maintenant mon profil Rencontre
 
Mon mari approche volontiers sa langue vers le sexe de mes amants

Mon mari approche volontiers sa langue vers le sexe de mes amants

Ce petit jeu durant encore longtemps et nous changèrent de position régulièrement, tantôt c’était mon mari dans mon cul, tantôt mon amant, mais toujours en double. Je prenais un pied extraordinaire, comme jamais je n’en avais pris auparavant. Nous avions besoin d’une telle expérience pour redonner du pep à notre relation qui commençait à sommeiller, il faut bien le dire.

Mon mari jouit le premier. Comme à son habitude, il se finit à la main et m’envoya une belle giclée de sperme sur le pubis. Mon amant n’avait pas encore joui. Il se retira et finit dans ma bouche sous le regard envieux de mon mari. Je suis certain que dans quelques mois, c’est lui qui le prendra en bouche ! Cette double pénétration n’est qu’un prétexte, j’en suis sûre, pour assouvir son instinct homosexuel. Cela n’est pas fait pour me déplaire. Bien au contraire !

Choisir entre Union libre et mariage : Pourquoi pas les 2 ?

Choisir entre Union libre et mariage : Pourquoi pas les 2 ?
Tout va bien dans ma vie sauf sur le plan sentimental. Femme divorcée avec deux magnifiques filles issues de mon premier mariage, je partage ma vie avec Laurent. Un homme compréhensif, cool et gentil. Un super beau-père pour mes petites dont le père, Vincent, est également un super papa. Je me rends compte que je...

Débauche entre collègues pour fêter la Journée de la femme

Débauche entre collègues pour fêter la Journée de la femme
Après avoir passé près d’une heure à essayer toute ma garde-robe, je me décide pour la robe bleue que je m’étais achetée pour le mariage de mon frère l’année dernière. Elle n’est plus trop à la mode, mais elle est élégante. Et surtout, elle me va bien. Elle cache mon ventre et met en avant...

Célibataire : Guide pour mettre du piment à un long voyage en train

Célibataire : Guide pour mettre du piment à un long voyage en train
Je l’avais déjà vu une heure plus tôt au Starbucks de la Gare de Lyon, assis à quelques tables de la mienne. Il lisait un livre, et ça avait attiré mon attention ; Ce n’est pas quelque chose de courant aujourd’hui. Il ressemblait à la plupart des célibataires parisiens : Une trentaine d’années, vêtements et coupe...