Mon Mari, mon cocu, ma Lope de Romain que j’aime humilier


J’ai toujours été une femme active, aimant être indépendante, mais surtout, j’ai voulu une vie bien rangée avec un homme me mettant en valeur. Un mari aimant, un mâle alpha que les femmes s’arrachent, surtout un homme cherchant les mêmes buts que moi… Je m’appelle Maria, je suis une femme de 33 ans, franco-tunisienne, mais avec aussi des origines espagnoles. J’aime être une femme latine, j’ai le sang chaud et un caractère bien affirmé. Mon mari Romain est aux antipodes de mes fantasmes, il a 32 ans, un gars simple, fan de foot, de jeux vidéo et de chicha, un peu rond et maintenant avec une calvitie bien prononcée.

Retour aux histoires candaulistes de maris cocus

La rencontre avec mon mari Romain

Lorsque j’ai rencontré Romain j’avais alors 18 ans à peine, nous vivions chez ses parents à proximité de Grenoble, à cette époque j’étais amoureuse de lui. Nous avions eu notre premier enfant rapidement. Insouciante, je me faisais une certaine idée de la vie, voulant des enfants, me marier, être cajolée, et qu’on me fasse l’amour sans cesse. Mon désir le plus profond est d’être l’objet de désir suprême de celui à qui je donne mon coeur…

Besoin d’un vrai mec

Les hommes m’ont toujours fasciné, surtout le type d’homme sûr de lui, avec un bon statut social, beau-gosse. Lorsque je sors, je les vois me regarder, me sourire, certains me draguer. Cela m’arrive tous les jours, mais je n’ai jamais osé franchir le pas, car j’ai toujours eu peur de perdre mes repères que j’ai dans ma vie de couple, avec des enfants ce n’est pas simple, puis je n’ai connu que Romain.

Malgré ma petite taille, j’ai corps que l’on dit sublime, une taille de guêpe, une poitrine très généreuse, que je n’hésite pas à mettre en valeur ainsi qu’un visage que l’on dit ressembler à celui de Jennifer Love Hewitt. Autant le dire tout de suite, il n’était pas rare que je reçoive des fleurs à mon bureau avec une carte, signée et explicite, des collègues un peu trop tactiles. Mais je ne répondais jamais à ces avances. À cette époque j’étais certaine de me connaître, de connaître mes envies, mes attentes et aussi ma sexualité.

De son côté Romain, ne pense qu’au sexe entre deux parties de Call of Duty, j’ai su qu’il m’avait trompé, très souvent, lorsque j’étais serveuse à l’époque, il se tapait des prostituées sur Grenoble, il trouvait régulièrement une escort girl avant de venir me chercher à la fin de mon service.

Vite désenchantée avec ce garçon pas à la hauteur

Le nombre de fois au j’attendais sur un banc à 1h du matin, en me demandant ce qu’il pouvait faire. Lorsque je l’avais appris, je l’avais quitté allant vivre une semaine chez ma soeur. Il venait tous les jours me supplier, pleurer pour que je revienne, ce que j’ai fait…

Mais une cassure en moi s’était alors installée, mais je continuais à vivre ma vie et nous avons même eu un nouveau bébé, une deuxième fille.

Rapidement, des envies coquines sans mon mec surgissent

Certains étés, Romain me forçait à aller au Cap-d’Agde, lui voulait mater tranquillement les femmes nues, et il pensait certainement vouloir l’influencer au libertinage. Je dois avouer, que je regardais les queues des autres hommes. Le soir lorsque Romain me pénétrait, je pensais que c’était les autres, ceux que j’avais croisés dans la journée, qui me baisaient.

Fantasmes sur une ancienne connaissance

Cette idée me faisait vraiment jouir. Mais tellement, que plus le temps passait et plus l’idée de faire l’amour avec un homme répondant à mes critères m’obsédait. Il faut dire que nous venions de fêter 15 ans de vie commune avec Romain, à ce moment-là je me posais toutes sortes de questions.

Ma soeur venait de trouver un autre copain, mais sa situation était différente. Je ne me voyais plus rester avec Romain, mais je ne voulais pas me séparer pour autant pour mes enfants. Puis un jour j’ai reçu un message sur Facebook de Jérôme! Jérôme, un mec que j’ai connu pendant 6 ans, pendant que j’étais avec Romain.

Lui c’était quelque chose, brun, 1,80 m, un beau corps, intelligent. Charmeur, plaisantant, dragueur, ensorceleur pour les femmes, je me souviens que j’étais secrètement amoureuse de lui , mais je n’ai jamais eu le courage d’aller au bout de mes envies. J’avais une de ces trouilles, nous fleurtions tout le temps. Je me rappelle, pas un jour passait sans que je l’appelais des heures au téléphone et ce même alors que Romain était dans l’appartement. Romain me faisait des scènes, j’ai préféré mettre fin à cette situation très ambiguë, c’était très dur. Jérôme devait m’en vouloir, mais il avait de son côté rencontré une femme, venait d’avoir une enfant, alors que faire si ce n’était d’oublier…

Rendez-vous pris avec ce garçon qui me fait mouiller

Je reçois donc un message de Jérôme, ne l’ayant plus en ami sur le réseau social, je ne l’ai pas vu tout de suite. Il me disait qu’il était à Grenoble pour deux jours, que si je voulais aller boire un café avec lui ça serait avec plaisir, histoire de parler du bon vieux temps. Parce que je l’avais supprimé de FB, j’ai vu son message que bien plus tard. Nous étions le lendemain, quand j’ai vu sa proposition, était-ce trop tard ? J’ai mis 4h avant de lui répondre, retournant la question sans cesse dans ma tête.

Puis je me suis décidée à lui répondre. Je lui avais dit que j’étais désolée. Que je n’ai pas lu son message, et je lui avais demandé s’il était encore là .

Sa réponse à été rapide “ Salut Maria, je pars demain matin, donc oui je suis dispo pour aller boire un verre en ville”. Des frissons m’avaient envahie. Je ne l’avais pas revu depuis 5 ans, avait-il changé, va-t-il me trouver toujours belle ? Mais une envie de sexe commençait à me prendre. J’étais tellement excitée, que je suis allée dans la salle de bain me doigter le clito à toute vitesse.

Rencontre tant attendue avec Jérôme

J’imaginais sa langue venir me titiller le sexe, le lécher en me doigtant comme une grosse salope, hum. Je commençais à prendre mon pied, pour ne pas faire trop de bruit dans l’appartement, j’avais alors fait couler l’eau pour que le bruit étouffe mes gémissements. Je me doigtais sans cesse et là je me suis mise à exploser. Romain avait entendu du bruit, il me demanda si ça allait. Sortant brusquement de la salle d’eau je lui avais dit que oui, je m’étais simplement cognée.

Très chaude pour ce tête-à-tête

L’heure de la rencontre avec Jérôme était arrivée, j’avais prévu à l’avance en demandant à ma soeur de venir me chercher à l’appart afin qu’on aille ensemble en ville. C’était le moyen le plus crédible pour que Romain ne se doute de rien et évite de me harceler pour que je rentre. Comme il fait à chaque fois! Vivianne savait que je devais retrouver Jérôme, elle était contente pour moi, car elle ne supporte pas Romain.

Elle disait toujours “Mais qu’est-ce que tu fais avec de ce sale type ? Il te respecte pas, te parle mal, te demande de faire la boniche, de t’occuper des enfants des courses pendant que lui fait quoi ? Jouer à sa console assis sur son cul toute la journée ! Ne jamais bosser, aller fumer sa chicha tous les week-ends avec ses potes pendant que tu restes comme une conne ici ? Largue le franchement !”

Je lui disais que je ne pouvais pas pendant que les enfants étaient petits, mais je savais qu’elle avait raison.

J’arrivais au lieu de rendez-vous, là je voyais enfin Jérôme, comme il était beau, il était devenu encore plus homme, encore plus mâle. Dans un costume gris, il avait une chemise noire qui tranchait, un sourire béant. Il se jeta dans mes bras à mon arrivée pour me faire comprendre combien il était heureux de me voir.

Envie de baiser dans le resto

J’étais sous le charme. Nous avions commencé par prendre des verres vers la Place du Théâtre. Je parlais avec lui comme avec aucun autre homme, je le retrouvais entièrement. Plus le temps passait, plus je voulais rester avec lui. Il me demanda d’aller dîner vers Bastille.

Je ne savais pas comment faire, car je savais que Romain allait me faire une scène. J’avais alors demandé à Viviane de venir avant d’aller au restaurant, pour prendre un verre avec nous, puis pour que je puisse appeler Romain. Viviane est venue, alors j’ai pu joindre Romain. Je lui avais dit de ne pas m’attendre car Viviane se sentait mal et que je la raccompagnerai à chez elle. Puis que j’allais rester avec elle le temps qu’elle aille mieux. Viviane appuyait mes dires afin que Romain se sente forcé de ne pas me questionner davantage.

Nous pouvions passer la soirée ensemble, Juste Jérôme et moi. Lorsque nous étions au restaurant ses avances n’ont pas manqué. Habillement il savait comment me mettre dans tous mes états et surtout il savait comment m’exciter. Durant le repas je sentais sa main venir caresser doucement mon sexe, j’étais gênée sur le moment, mais il était habile de ses doigts. Un peu à l’écart dans le restaurant, je me lâchais de plus en plus. Je n’en pouvais plus, il faut dire que l’alcool m’avait fortement aidé.

Je lui rendais alors la pareille, je passais ma main sur sa bosse formée par l’excitation de la scène. Mon dieu, quelle grosse queue il a l’air d’avoir ! Rien à voir avec Romain, qui était de taille moyenne. Trop envie de découvrir sa bite, je me suis alors mise sous la table, après que le serveur est venu ouvrir une autre bouteille de Côtes-du-Rhône. Il me disait “Non, non pas ici ! Maria… non, sérieux Maria !” Je n’avais pas envie de l’écouter et je me sentais tellement salope que j’en avais rien à faire si on pouvait me voir.

Une pipe sous la table, je suis complètement folle !

Là, sous la table à genoux, j’ouvrais la braguette de son pantalon à pince. Je découvrais alors sa grosse bite, mon Dieu, je mettais mon avant-bras devant pour comparer. Sa bite faisait pratiquement la même taille. Voir une si belle queue me donnait encore plus envie de plonger la bouche ouverte dessus. Je n’arrivais pas à le croire, me voilà des années après, en train de sucer la bite la Jérôme au restaurant et en étant pompette. Putain que c’est bon de sucer sa bite, j’avais même envie de me donner au maximum en faisant des gorges profondes.

Chose que je ne voulais pas faire avec Romain, mais lui me donnait trop envie. Je m’enfonçai sa queue au plus profond de ma gorge quitte à m’étouffer avec. De la salive coulait le long de mes seins. Je me suis mise à me doigter comme une pute tellement la scène était excitante. Jérôme avait les jambes tendues, ne pouvait s’empêcher de contempler ce spectacle, tout en regardant autour de lui si quelqu’un arrivait.

Là mes doigts agitant de toutes mes forces mon clito, avec cette bite en bouche, me donnaient un gros orgasme. J’avais inondé le sol de ma cyprine, ma mouille était partout. Je passais ma langue sur le long de sa bite, sur son gland. Je suçais encore et encore, il me disait “Lèche mes couilles, c’est bon ce que tu fais putain, oui ! Gobe bien et branle, branle”. Et là il me cracha sur le visage. Une bonne dose de sperme tout chaud, ma langue était sortie et tendue pour en recevoir le plus possible. Que c’était bon.

Un plan cul en public, inédit pour moi

J’avais dû aller aux toilettes, traversant le restaurant en essayant d’éviter les regards, mais certaines personnes ont remarqué que j’avais le visage couvert de foutre. Du sperme coulant le long de mes joues, de mon nez, de mon menton. Une fois débarbouillée nous étions partis à son hôtel pour baiser toute la nuit. Cette nuit a été une véritable révélation pour moi, jamais je n’ai eu autant d’orgasmes avec un homme.

C’était comme si j’avais trouvé un amant sur une annonce coquine. Jérôme et moi avons continué de nous voir. Tous les week-ends il venait à Grenoble, mais je ne pouvais pas découcher à chaque fois, mais j’allais quand même le retrouver pour que nous puissions baiser. Il faut dire que j’attendais ça toute la semaine. Il me faisait découvrir de nouvelles sensations, c’était merveilleux.

Romain se fait à l’idée que je ne suis plus en couple avec lui

À force Romain se posait des questions, malheureusement un jour il m’avait suivie durant ma rencontre avec Jérôme. Il avait alors filmé avec son portable le moment où nous nous sommes retrouvés et quand je l’avais embrassé. Une dispute avait alors éclaté, mais cette fois j’étais décidée à ne plus le laisser me manipuler.

La nouvelle vie et ses nouvelles règles

N’ayant plus de sentiments pour Romain, c’était facile. Mais Jérôme vivait lui aussi avec sa famille ; Nous ne pouvions pas pour le moment nous mettre en ménage.

Romain comme à son habitude, me demandait de revenir, pleurant, m’appelant chez Viviane jour et nuit ou en venant en voiture voir les enfants. Il jouait de la situation pour me faire céder, mais je n’avais pour lui que du mépris maintenant.

Par contre j’avais mal au coeur de voir mes filles pleurer leur père. Mais elles ne pouvaient pas savoir, et restaient des enfants. Après en avoir parlé avec Viviane et Jérôme j’avais décidé de rentrer chez moi.

Cocufiage progressif de mon ex

Seulement ma vie ne serait plus la même, c’était un accord que j’avais trouvé avec Romain. Ma condition était que je serai là, mais plus avec lui. Que nous ferions chambre à part, que nous ferions semblant d’être une famille mais en secret. Celui qui me touchera, celui qui me baisera tous mes trous, sera et restera Jérôme !

Jérôme était d’accord avec cette situation, ça lui rendait aussi la vie plus facile. Nous voulions nous venger de Romain car Jérôme savait ses agissements depuis toujours et n’avait que du mépris pour lui.

Un ex-compagnon complètement proscrit et soumis à mon vouloir

Romain était devenu un vrai légume dans cette situation, sans âme, complètement détaché de la réalité. En effet il m’avait perdue, il était capable de tout accepter pour me garder. C’est ainsi qu’il est devenu ma Lope de mari, le parfait cocu qui allait maintenant s’occuper de la maison, des enfants. Il n’avait que ça à faire de ses journée.

Plus que mis à l’écart, réduit au rang de lopette

Pour l’humilier, je lui montrais les photos de la bite de Jérôme, je lui disais “Regarde une vraie bite, ça c’est de la grosse queue, elle sait me baiser, me défoncer comme jamais, pauvre minable à petite bite !”.

Devenue une vraie garce, les soirs quand les enfants étaient couchés, je laissais la porte de ma chambre ouverte, je passais des vidéos de moi et Jérôme en train de faire l’amour. J’appelais Romain, je lui disais de venir voir. Il venait, me voyait me doigter devant nos ébats avec Jérôme. Il baissait la tête, je lui disais “Regarde comme il me baise bien, hein, c’est un mec ça !”.

“Regarde comme je jouis, tu m’as jamais vu autant prendre mon pied, c’est normal avec ta petite bite tu risques pas de me remplir pauvre merde ! Putain qu’il est bon Jérôme, regarde comme je lui bouffe le cul aussi, jamais j’aurais fait ça avec toi. Ah oui observe là comment je vais m’étouffer avec son énorme queue, regarde je te dis.”

Je me doigtais encore plus fort, pendant que Romain pleurait devant ce spectacle humiliant pour l’homme qu’il était.

Mais j’avais décidé de me faire baiser devait lui, pour qu’il sache être un bon cocu, qu’il se rende compte qu’il est ma Lope.

Mon amant, tout disposé à humilier le cocu

Jérôme avait hésité, puis bon il s’était dit pourquoi pas après tout : “Je peux tellement pas l’encadrer que je vais me déchainer sur toi devant lui.”

Le rendez-vous était pris, samedi soir à la maison.

Les filles étaient chez leur tata, j’avais ordonné à Romain de se travestir, puisque ce n’est plus un homme pour moi ! Il a juste à s’habiller en femme. Il portait une jupe en latex, une perruque blonde, des bas résille et des chaussures de femme rose.

Du rouge à lèvres bien vif, du liner, tout ce qui fallait pour l’humilier comme il se doit… Il commençait à pleurer à nouveau, il avait fallu que je lui redise que s’il continuait je me cassais ce soir avec Jérôme. Alors il prenait sur lui, il n’avait pas d’autre choix !

Séance de cuckolding hard pour la lopette

Déjà, il était 21h et la porte sonnait, là j’allais ouvrir en étant nue, juste en talons aiguilles. La porte s’ouvrit, voilà Jérôme. En me voyant comme ça son premier réflex a été de me bouffer les seins en fermant la porte avec son pied. Déjà une main dans mon vagin eb train de fouiller pendant que l’autre me pétrissait la poitrine…

Il m’embrassait sans cesse, c’était si bon que j’avais failli jouir en à peine 3 ou 4 minutes. Je le conduisais dans le salon et servais son Jack Daniels avec glace habituel. Romain devait attendre qu’on le siffle pour venir. Nous avions pris une 1 heure à nous chauffer avec Jérôme, nous avions tout notre temps.

Mise en condition du soumis agenouillé

Après plusieurs verres nous étions prêts à baiser. Là je sifflais le cocu pour qu’il vienne voir le spectacle. Romain marchait lentement la tête baissée jusqu’au salon. Lorsque Jérôme l’a vu, habillé en travelo, il s’est plié en deux de rire en se foutant bien de sa gueule.

Je dois dire que la situation était tellement cocasse que moi aussi, je n’avais pu me retenir devant ce pauvre mec. On lui avait dit de nous servir à boire.

Nous étions sur le canapé, Jérôme me caressais non stop, les seins, le vagin. Romain tenant le plateau avec les verres sans bouger. Jérôme s’était levé, moi j’avais glissé sur mes genoux pour faire tomber son pantalon.

Devenu une vraie salope, il est prêt à tout pour me satisfaire

J’avais ordonné à la lope de se mettre à côté de moi. Là j’avais enlevé le caleçon de Jérôme qui libéra son impressionnant sexe. Romain n’osait pas regarder il a fallu que je l’oblige. Il voyait la bite d’un autre homme devant sa femme. Je lui disais “Alors tu la vois en vrai, tu veux qu’on mette la tienne à côté pour qu’on rigole pauvre lopette ? Tu comprends pourquoi c’est avec cette bite que je me fais baiser ?”

Mon ex est devenu mon esclave sexuel, il fait ce que moi et mon amant lui ordonnons
Mon ex est devenu mon esclave sexuel, il fait ce que moi et mon amant lui ordonnons

Romain baissait encore la tête, pour la relever je le biflais avec la queue lourde de Jérôme. On rigolait tellement devant cette scène, que c’est resté gravé dans ma mémoire. Je disais à Romain “Ouvre ta bouche salope, allez ouvre là je te dis”. Il hochait de la tête pour dire non. “Dépêche toi alors !” répondit Jérôme avec fermeté.

Mon ex-mari suce mon nouveau mec bien plus membré que lui

Romain ouvrait alors la bouche, je lui demandais de l’ouvrir plus grand encore. Il savait ce qui allait arriver, il me regardait sans cesse en larmoyant. Jérôme était en train de lui enfoncer doucement sa grosse bite dans sa bouche, c’était incroyable.

On avait l’impression que Romain allait vomir sous les coups forcés de Jérôme avec sa bite. Plus loin je disais à Romain, avale-lui la bite. Jérôme éclatait de rire, je biflais encore Romain avec la queue de Jérôme. Une fois que j’avais bien humilié Romain, c’était à moi de me faire plaisir avec le sexe de Jérôme.

Je le suçais sans vergogne, doucement, me délectant de son sexe tendu. Mon amant n’en pouvant plus, m’avait porté pour m’allonger sur la table à manger. Ça y est ça grosse bite était en train de me pénétrer, de me faire frémir, de me faire grimper au rideau. Romain était à genoux, il n’avait pas le droit de bouger et il devait regarder comment un vrai mâle me baisait.

Jérôme alternait les positions, passant de mon vagin à mon anus (autre pratique qui était interdite à Romain). On aurait dit un acteur porno expérimenté.

Nous avions baisé pendant 2 heures sans répit. Ce soir-là j’ai bien dû avoir 4 ou 5 orgasmes, d’ailleurs à chaque fois je le disais au cocu “Putain oui ça vient, regarde sale cocu ce que tu n’es pas capable de faire, hein ! Oh oui Jérôme défonce-moi, encore oui oui, défonce, vas-y !”

Le cocu se fait gicler sur la gueule comme une pute à jus

Pour finir je me suis mise à genoux pour sucer à nouveau Jérôme, il adore que je le finisse comme ça et moi aussi. Mais en vicieuse j’avais pris la tête de Romain et lui avait ordonné de sortir sa langue. Je branlais la bonne bite juteuse de Jérôme sur le visage de Romain. Je me souviens qu’il fermait les yeux pour éviter de voir ça. Alors je lui ordonnai de les ouvrir. Il pleurait encore, moi j’étais déchaînée et sans aucune compassion. Je disais à Jérôme “Lâche-toi mon amour, crache lui sur la gueule à ce cocu. Sperme lui dessus pour bien l’humilier. Il n’est bon qu’à ça, recevoir ton jus en pleine gueule, cette lope sans bite !”

Là Jérôme avait lâché un gros cri de jouissance. Il était en train d’envoyer tout son sperme sur le visage de Romain. Cette lopette était facialisée, quelle vengeance, cette soirée était hors normes. Une heure plus tard nous étions toujours dans le salon, Romain faisait le ménage avec le sperme de Jérôme sur lui. Il n’avait pas le droit de s’essuyer.

Une dernière humiliation avant d’aller dormir

Jérôme avait encore une grosse envie, il m’avait prise directement en me sodomisant contre un mur. Pendant que Romain passait le balai tout en observant cette sodomie profonde que m’infligeait Jérôme. Il sortit sa bite, m’écarta le trou, cracha dedans et rentra à nouveau.

Putain que c’était bon. j’avais dit à Romain de venir avec un papier essuie-tout et de se mettre à genoux à côté de moi. Jérôme commençait à venir une nouvelle fois, je le sentais, j’avais dit à “ Romain tend ta main vieille lope, dépêche-toi ! Tends le papier vite” J’avais sorti la bite de Jérôme et je le branlais à fond sur la main tendue de Romain.

Jérôme avait craché en envoyant du sperme de partout par terre. Humm, que c’était bon. Le sperme avait giclé de partout, sur l’essuie-tout que tenait Romain, mais aussi sur lui encore. Du foutre était passé par dessus la tête de Romain pour venir recouvrir sa perruque et le sol. Nous étions épuisés, j’avais ordonné au cocu de passer la serpillère pendant que nous allions nous coucher avec Jérôme.

Passé de mari à petite chienne, mon ex a intégré son nouveau statut

C’est ainsi qu’avait commencé ma nouvelle vie où Romain est devenu notre homme à tout faire. Il devait juste me regarder me faire baiser par Jérôme. Je lui interdis toute relation, il n’a même plus le droit d’être dévêtu , que ce soit torse nu, en short, il ne doit plus rien montrer face à moi.

Je me réserve uniquement à mon amant, mon amour, avec lequel je prends un pied infini.

Ma femme baisée en cam

Ma femme baisée en cam
C’est en m’inscrivant sur un site de rencontre que je me suis rendu compte que ma femme me trompait. Je cherchais tranquillement une femme des environs qui serait ouverte à une aventure extra-conjugale, lorsque je suis tombé sur son profil. Son visage était caché mais je n’ai eu aucun problème à la reconnaitre : ses longs...

Journée libidinale pour mes 40 ans

Journée libidinale pour mes 40 ans
C’est mon anniversaire. Pas n’importe lequel, aujourd’hui je viens de faire mon entrée dans le club des quarantenaires. C’est fou comme le temps passe vite, j’ai l’impression qu’hier je rencontrais ma jolie femme, que je fêtais mes trente ans, mais dès dimanche prochain je vais concourir dans la catégorie vétéran au marathon. Malgré mon âge...

Ma femme baisée par un homme et un couple dominant

Ma femme baisée par un homme et un couple dominant
Ma femme et moi sommes formons un couple pervers quand la nuit arrive, bien que nous paraissions très sages en journée. Nous ravissons les hommes qui cherchent un couple candauliste car nous en sommes la définition. Adorateur de ma déesse, je ne l'aime jamais autant que quand des hommes bien bâtis s'occupent d'elle devant moi,...

Votre hôte et serviteur. L'équipe de Candaule.fr et moi-même veillons en permanence à ce que votre expérience sur le site soit la plus agréable possible. Pour échanger avec la communauté de Candaule.fr (forum, tchat et messagerie), vous devez être inscrit·e.


Enable referrer and click cookie to search for pro webber