Devenir un mari cuckold, l’étape ultime du candaulisme ?

Le cuckolding s’exprime au sein des couples depuis des millénaires. La recrudescence de sa pratique suit la libération sexuelle et la facilitation de la mise en relation par Internet. Un forum sur le candaulisme permet aux couples cuckold de rencontrer les amants en rapport avec leurs fantasmes. Leur attributs physiques, leur mentalité, doit concorder avec les attentes du couple qui souvent ont un scénario précis à réaliser. Dans le lit marital ou à l’hôtel, les maris cocus se délectent alors de la vision de leur épouse dans les bras d’un autre. D’où vient ce plaisir candauliste, non conventionnel, parfois jugé immoral ? Quels actes sont prêts à réaliser les couples adeptes de cuckolding ?

Qu’est-ce que le cuckolding ?

À la question “Le cuckolding, c’est quoi ?”, difficile d’apporter une réponse succincte tant la notion s’avère complexe. En substance, on peut parler de “forme de plaisir au travers duquel un mari jouit de savoir sa conjointe avoir des rapports sexuels avec d’autres hommes”. Des précisions peuvent évidemment être appliquées : Il n’y a pas forcément mariage entre les deux conjoints. De même le rapport sexuel de la femme avec un autre homme est une finalité : Dès la phase de séduction par de potentiels amants, le conjoint cuckold éprouvera du plaisir.

Une pratique moderne ?


Vous êtes dans "Le Carnet", l'espace dédié aux articles de Candaule.fr mais fermé aux interactions entre les inscrits du site.

Nous vous invitons à découvrir "Le Forum", là où nos membres échangent sur leurs expériences candaulistes réelles.

Aller sur le Forum


Pour celles et ceux recherchant des rencontres orientées "plan cul", contactez directement les dernières inscrites.



Cette pratique sexuelle déviant de la norme ne date pas d’aujourd’hui. La sociologue Maryse Jaspard l’évoque dans son livre, ces comportements existent depuis la nuit des temps. Les littératures les plus anciennes font référence à des hommes observant un couple en train de forniquer.

Une forme de rejet du patriarcat

Doit-on voir dans l’intolérance du candaulisme une inhibition de la sexualité des femmes ? Clairement, oui. La toute puissance de l’époux qui comble toutes les attentes de sa moitié n’est plus au goût du jour. L’aveu de faiblesse à ne pas pouvoir assouvir les envies sexuelles de sa compagne s’organise. De ce fait, l’appel à un amant se fait naturellement. L’homme, sous sa forme patriarcale forte, s’adoucit et fait preuve de tolérance au profit du plaisir de sa femme;

Rencontre de Femmes Chaudes & Mari cocus

>> Profiter des Rencontres Candaulistes <<

Différence entre cuckolding et candaulisme

Quelle est l’origine de ces mots ?

Inspirés de l’anglais ou de termes anciens, ils méritent explication.

Origine de cuckold

Selon une majorité de sources, le mot cuckold viendrait du mot coucou en anglais, qui se dit cuckoo (qiui vient sans doute comme en français du chant de l’oiseau !). Chez cet oiseau, la femme a la particularité de pondre ses oeufs dans le nid d’autres espèces d’oiseaux. Par analogie, on imagine alors un mari qui laisserait son épouse aller dans le lit d’autres hommes que le leur. C’est un peu tiré par les cheveux, mais cette explication a le mérite d’exister. N’allez donc pas utiliser le mot français “coucou” pour parler d’un mari qui se fait cocufier ; Cela ne serait absolument pas adapté.

Par extension, le cuckolding est le mot anglais désignant les moeurs d’un mari cuckold, que l’on pourrait traduire par “cocufiage consenti”, ou encore tout simplement par candaulisme. Dans la langue française, un couple cuckold a généralement des pratiques plus hard qu’un couple qui se définit simplement comme candauliste. L’emploi du terme “cuckoldisme” existe également, il s’agit simplement d’une traduction littérale de cuckolding.
Enfin notons aussi l’existence du simple mot cuck, qui est simplement une abréviation. Exemple : Un couple cuck.

Origine de candaulisme

Quant à candaulisme, c’est un terme issu du nom du roi Candaule, qui partageait sa femme à d’autres hommes, déjà au VIIIᵉ siècle av. J.-C. L’adjectif candauliste découle de ce mot, et qualifie le plus souvent des maris et des couples pratiquant le candaulisme. Le candaulisme désigne l’univers cérébral dans lequel évoluent les couples où le cocufiage est toléré, et est avant tout une source de plaisir partagé.

Dans la pratique, qu’est ce qui diffère ?

Proches sur le plan lexical, les deux notions méritent d’être nuancées.

Nuances subtiles entre les deux notions

Les actes cuckold sont souvent présentés comme un candaulisme poussé à l’extrême. Certains le rapprochent même d’une certaine forme de sadomasochisme. En effet, la soumission de l’homme à sa femme qui existe dans cette pratique est absente du candaulisme. Pourtant, si la femme peut s’offrir des amants devant son mari et si elle peut se permettre de l’humilier durant l’acte, c’est également et uniquement parce qu’il le lui permet.

Il existe donc, non pas une soumission dans un sens unique, mais bien un échange. En ce sens, on ne serait plus très loin du candaulisme. D’ailleurs, cette pratique naît souvent d’un amour immodéré de l’homme pour sa bien-aimée. Cela peut sembler étrange à certains, mais c’est toujours par amour et pas seulement pour assouvir un fantasme, que l’homme permet à sa femme de coucher avec son ou ses amants.

Dans un couple qui pratique le cuckolding, les règles sont souvent bien définies et le mari doit, en principe, s’imposer des privations ; la chasteté en est une. C’est là une autre différence avec le candaulisme. Ces dernières années, les recherches sur Internent faisant apparaître que le mot « cuckold » intéressait de plus en plus.

Le couple cuckold ose aller plus loin

Un couple dit candauliste trouvera du plaisir sexuel à ce que l’un des deux conjoints ait une relation sexuelle avec une tierce personne, pendant que l’autre le tolère, en restant généralement spectateur. Notons qu’une femme peut très bien éprouver du plaisir en voyant son conjoint avec une autre femme (ou pourquoi par un autre homme). De la même façon, un mari peut apprécier de voir sa femme jouir de plaisirs saphiques.

Un époux cuckold est partageur et ressent la jouissance de sa femme et en tire un plaisir intense
Un époux cuckold est partageur et ressent la jouissance de sa femme et en tire un plaisir intense

Un couple cuckold ira quant à lui plus loin dans ses pratiques candaulistes. Dans la quasi-totalité des cas, il s’agit, comme pour le roi Candaule, d’un mari qui laisse sa femme vaquer à ses plaisirs sexuels libertins, et non l’inverse. Le mari sera fortement conditionné psychologiquement, et se place dans un schéma où la jouissance de sa femme prime de loin sur la sienne. La chasteté fait partie des privations que s’inflige le mari dans ce contexte. Divers accessoires et tenues peuvent mettre en scène la position de l’époux, vis à vis de sa femme, qui détient les clés de son plaisir. Très souvent, les situations perverses occupent les fantasmes des couples cuckold, et confinent à l’immoralité.

Qui sont les cuckolds ?

Selon plusieurs études, il s’agit majoritairement d’hommes âgés entre 30 et 50 ans, mariés ou en couple et qui appartiennent à des classes élevées ou voire aisées. Tout comme dans le BDSM, on retrouve une majorité de cadres supérieurs, de professions libérales ou du moins de personnes dans le secteur de la direction. Ce sont eux qui sont généralement en demande de ce type de pratique, et moins souvent leur compagne. Du reste, elle en tire elle aussi les fruits !

C’est là tout le paradoxe de cette pratique. En effet, si d’une certaine manière, c’est madame qui reçoit les honneurs et qui prend son pied à coucher avec son ou ses amants en toute liberté, c’est en réalité son mari qui en profite le plus intérieurement. D’un point de vue extérieur, on peut parler d’humiliation, mais il n’en est rien et son plaisir est tout aussi intense.

Il ressort qu’en réalité, l’homme prend son pied, non pas dans l’humiliation dont il est victime, mais dans le plaisir que retire son épouse devant ses yeux. Ce qui le fait jouir mentalement et souvent physiquement (lorsque son épouse le lui permet), c’est l’excitation née du cocufiage. Le fait que sa femme baise littéralement avec un ou plusieurs hommes sous ses yeux et le fait qu’elle prenne un plaisir fou à cela est un élément important.

Jusqu’où un mari cuck laisse sa femme diriger leur relation ?

La femme du couple est maîtresse dans cette relation particulière, elle dicte le déroulement des jeux, et possède une emprise forte sur la sexualité de son petit chéri.

Avant tout un fantasme masculin

Il ne faut pas oublier que le cuckolding est un goût du partage. Un homme en couple avec une belle femme jouit de voir leur entourage se laisser séduire par les charmes de sa conjointe. Des mâles audacieux oseront peut-être même faire des avances à sa femme : Cela excitera terriblement le cocu. Il pourra alors fantasmer sur les rendez-vous galants qu’aurait sa femme ses amants, pour des rapports uniques, ou réguliers.

Ce goût du partage peut s’exprimer dans la réalité, avec des échanges verbaux et des rencontres réelles. Mais grâce aux sites et forums de rencontre en ligne, cela peut rester virtuel. Du moins pour commencer. Ainsi, sur Candaule.fr les inscrits au forum se présentent, ainsi que leurs fantasmes, et affichent quelques photos d’eux s’ils le souhaitent. Les femmes en couples revêtent une nuisette sexy et leur mari en immortalise quelques clichés, volontiers partagés aux mâles du forum se proposant comme amant. Ceux-ci n’hésitent pas non plus à présenter leurs attributs masculins, ce qui reste un critère de choix pour l’épouse en recherche d’un étalon.

Le maintien d’une relation de couple solide

Ces jeux ne sont évidemment possibles qu’au sein d’un couple bien dans sa peau, qui ne prend aucun risque en faisant évoluer sa sexualité avec des plans cuckold.

Cuckoldisme et bisexualité, des plaisirs proches ?

Les pratiques sexuelles d’un couple cuck poussent le mari (qui le fait aussi par plaisir) à utiliser des tenues et des accessoires BDSM. Ils ont pour objectif de féminiser le mari, du moins d’amoindrir fortement sa virilité. Par exemple, le mari adepte du cuckoldisme porte les sous-vêtements de sa femme, pendant que celle-ci lui dicte des choses à faire.

L’épouse, ainsi dans un rôle de dominatrice, ordonne à son mari de la lécher, là où elle le souhaite. Ou encore de rester à genoux, voyeur d’une scène où un amant la pénètre.
Il n’est pas non plus exclus que la conjointe, à l’aide d’un gode-ceinture, pénètre son époux si celui-ci l’accepte.

L’envie de l’homme d’être humilié fait partie du trip cuckold, et se rapproche beaucoup d’une relation de maîtresse à soumis dans le couple. Plus couramment, un mari bisexuel appréciera le candaulisme alors qu’un mari candauliste ne tendra pas nécessairement vers la bisexualité.

Aimer se soumettre à une maîtresse volage et directive

Être en couple avec une femme femdom (pour femme dominatrice), également appelée simplement domina, imposer donc au cocu un grand niveau de tolérance. Mais peut-on parler d’effort, dans la mesure où il tire un plaisir énorme de cette situation ? Cérébralement, l’extase totale emplit les idées, nuit et jour, du cocu. L’évocation de sa femme habillée sexy pour aller travailler, en jupe courte pour aller faire les courses rend le mari cuck fou de bonheur. Ces situations d’adultère simulé forment plus un bonheur qu’autre chose dans un tel couple.

Enfin, le côté directif d’une femme domina est tempéré par d’autres instants lors desquels elle se montre évidemment plus douce. La soumission permanente ne serait pas vivable au sein d’un couple qui s’aime. La modération de ces jeux de domination – soumission reste à doser pour que chacun puisse raisonnablement en jouir.

Le mari cocu aime visionner la sextape de son épouse

Le délire de voir des vidéos de sa femme baisée par d’autres hommes est fréquent au sein d’un couple cuckold. Le partage de sa femme est très important. C’est pourquoi une femme dans une telle relation aime se faire filmer pour faire vivre à son cocu son propre plaisir lorsqu’il n’est pas là. Ces vidéos peuvent s’enregistrer pendant les ébats mêmes avec l’amant, ou bien en live par webcam, ou encore depuis le smartphone, avec Whatsapp ou Skype par exemple.

Un mari cocu ne loupe aucun détail quand un amant baise sa femme
Un mari cocu ne loupe aucun détail quand un amant baise sa femme

Un plan classique et rapide est celui d’une épouse salope demandant à l’amant de tenir son smartphone pour qu’il la filme. Pendant ce temps elle le suce jusqu’à le faire éjaculer sur elle. Plus tard le cocu pourra alors se délecter de cette belle fellation.

Un film avec sa propre épouse en action

Dans le cuckold il est désormais courant que les maris cocus filment toute la scène de très près. Ils enregistrent alors la partie de baise du début à la fin et beaucoup utilisent les vidéos ainsi réalisées pour se masturber par la suite. Certains n’ont quasiment pas de relation sexuelle avec leur femme. Madame se fait baiser par les amis de monsieur et monsieur se branle en regardant les films qu’il a lui-même tournés.

Il existe même une catégorie de personnes où la femme n’accepte de faire l’amour qu’avec des hommes racisés. Souvent, durant l’acte, la femme se plaît à comparer la taille du sexe de ses amants avec celui de son mari. Le mari est alors très heureux de voir sa femme se faire enfourcher par des membres bien supérieurs au sien !

Mais d’une manière générale, le cocu va finir par baiser sa femme une fois que son amant aura éjaculé dans son vagin. C’est la revanche du soumis. Le cocu a aussi le droit de profiter de sa femme, mais après, lorsqu’elle a eu ce qu’elle voulait. C’est un peu le lot de consolation.

Le fantasme interracial

Dans certaines vidéos ou en club libertin, il n’est pas rare de voir certaines femme porter un tatouage particulier : Celui d’une Dame de Pique. En anglais la figure “Queen of Spades”, évoque lorsqu’elle est tatouée les penchants sexuels délibérément avoués d’une femme coquine. Une Queen of Spades aime se faire baiser par des blacks. Les hommes noirs ont sa préférence, pour divers critères (douceur, taille, etc…). En général, une telle femme n’a aucun, ou alors très peu de rapports sexuels avec des hommes blancs (ou d’autres origines), y compris avec son mari. Cela impose une chasteté forte au conjoint qui s’y soumet pour son plus grand plaisir.

Les préjugés sur le mari cuckold et dans la culture populaire

Quelques précisions sont nécessaires pour mieux faire comprendre des idées pré-conçues liées au cocufiage.

Pourquoi dit-on que le mari cuckold a “des cornes” ?

On dit qu’un cocu a des cornes car il est le dernier au courant à les porter. En effet, tout son entourage les voit sur sa tête, sauf lui. Le “bon con” qu’il est n’est donc même pas au courant de quelque chose qui est au plus près de lui. Pareillement, sa conjointe qui l’accompagne au quotidien le trompe avec d’autres gentlemen, et lui ne le voit même pas.

Un mari cocu est-il forcément un mari trompé ?

La question se pose, et aussi pour la situation inversée : Un mari qui couche ailleurs fait-il forcément de sa chérie une épouse trompée ? Dans le cas d’une relation basée sur le cuckolding, clairement : Non.

Le cocu aime voir de près le plaisir de sa femme baisée par un autre
Le cocu aime voir de près le plaisir de sa femme baisée par un autre

Il s’agit d’une entente informelle entre les deux parties du couple, chacun y trouve son compte. La tromperie au sens propre n’entre pas dans une telle relation. La confiance prime avant tout, bien que les outrages de couples les plus poussés se réalisent. Ceux-ci restent avant tout basés sur le plaisir de chacun.

Quelles pratiques perverses et extrêmes accepte un époux cockold ?

L’acceptation de son statut de cocu soumis entraîne le mari vers des jeux humiliants auquel il se prête sans rechigner. Si son épouse, sa maîtresse lui ordonne quelque chose, alors il s’exécute. L’amant en présence peut aussi très bien se montrer directif et donner quelques injonctions au mari cocufié.

La tolérance s’exprimera d’autant plus fortement que l’amant est un régulier. L’idéal est qu’il soit viril et doté d’un sexe respectable. L’épouse s’offre alors aveuglément à lui. Et dans ce cas l’emprise sur le cocu n’est sera que plus forte. Ainsi, ce dernier acceptera encore plus facilement sa soumission.

Un certain masochisme dans le cuckoldisme

La situation qu’induit le cuckoldisme produit immédiatement des sentiments contradictoires. Si la jalousie est le premier, il en existe de nombreux autres. Citons pêle-mêle la culpabilité, la honte, la joie, mais aussi le remord, le regret, l’envie, etc. Ce flot d’émotions qui se contredisent souvent, mais qui se bousculent, créent un sentiment particulier, car elles explorent des univers psychiques inconnus.

Ce n’est pas un hasard si de très nombreuses personnalités de pouvoir, les grands directeurs, bref, tous ceux qui sont soumis à des périodes de stress intense, pratiquent le sadomasochisme ou/et le cuckoldisme. En effet, il s’agit là d’une période d’abandon très forte, dans lequel le corps et l’esprit se lâchent totalement. On ne maîtrise plus rien, on n’a plus rien à prouver et pour la première fois, on demande à quelqu’un d’autre d’être plus performant que soi et surtout de prendre les commandes.

La régression qu’implique cette pratique permet de libérer tout le stress emmagasiné lors des journées et des semaines de travail. C’est un moyen d’inverser la vapeur en quelque sorte et de passer de leader à soumis, de dirigeant à dirigé, de héros à individu méprisé. Il s’agit là, en fait, d’une manière de couper le courant continu et de quitter enfin son costume trop exigeant.

Quelques pratiques obscènes de couples cuckold

Osées, voire inavouables, ces situations dégradantes pour l’homme du couple forment un aboutissement comportemental d’un fantasme jusqu’alors contenu.

  • Agenouillé, un cocu porte souvent une cage de chasteté, donc sa femme garde la clé. Pendant une partie de sexe, le pauvre cuck ne peut pas se masturber. Ni même contenir la folle excitation qui l’envahit !

  • Il observe avec plaisir et de très près la chatte ou le cul de sa femme, pénétrée par l’énorme queue de l’amant. Parfois , il vient en contact avec le sexe de l’amant, avec sa main ou sa langue.

  • La femme aime mettre en comparaison ce gros sexe qui l’envahit avec celui de son petit mari. Le constat est généralement sans appel, et le sexe de l’amant l’emporte haut la main. Cela, tant par ses dimensions que par sa dureté. Là aussi, le mari trouve dans cette humiliation énormément de plaisir.

  • Un cocu doit prendre soin de sa femme, et lorsque l’amant a joui sur elle, celle-ci ordonne à son soumis d’être nettoyée. La langue de l’homme asservi fait office d’une simple lingette. Elle sert alors à ôter le sperme reluisant sur le visage ou le corps de la femme.

  • La pénétration sans préservatif constitue un fantasme fort des couples cuckold. Il reste toutefois déconseillé, car le risque de transmission de MST existe. Seuls des partenaires de confiance totale, parfaitement testés, doivent prendre part à ces jeux. Le plaisir du couple réside dans la creampie. Ce terme désigne l’éjaculation dans le vagin de la femme. L’apothéose a lieu quand plusieurs hommes jouissent tour à tour. Le cocu se délecte de tout le sperme qui remplit sa femme. Il étale aussi ce liquide plus largement sur le corps de sa muse.

Bienfaits psychologiques et apaisement

Le défouloir de pulsions inhibées

Il existe un autre élément tout aussi important chez les personnes qui pratiquent le cuckoldisme en particulier et le candaulisme en général. Il s’agit du besoin d’entretenir la flamme au sein du couple et de briser régulièrement la monotonie, la routine qui s’installe au coin du feu et devant la télé.

L’homme est un chasseur. Une fois qu’il tient sa proie, il perd ses réflexes et a tendance à s’endormir sur son bien. Celui qui a dépensé beaucoup d’énergie à conquérir sa bien-aimée, n’en dépense plus pour la garder. Le fait qu’il accepte le défi du cocufiage le remet face à ses réalités et lui prouve qu’il peut tout perdre du jour au lendemain. Le conquérant qui sommeille en lui est ainsi réactivé à chaque fois que sa femme le trompe sous ses yeux.

Ainsi, ce désir qui s’était petit à petit estompé est lui-même réactivé. L’homme va à nouveau se sentir attiré par celle qui est désirée et prise par un autre homme. Il y a là des instincts biologiques profonds et millénaires qui se remettent en marche.

Endorphines et autres hormones, la biologie joue son rôle

Au-delà du sexe et de l’intelect, il faut comprendre tout le processus hormonal d’un tel acte et ses effets sur la libido. Il s’agit là d’actes qui permettent au corps de produire énormément de dopamines, cette hormone que l’on dit du plaisir. L’excitation produit de la testostérone qui va elle-même en libérer une autre, la lulibérine et enfin l’endorphine. Ces molécules agissent comme de véritables drogues.

Elles permettent de nous sentir mieux euphoriques et joyeux. Mais la nature humaine est complexe. En même temps que ces hormones se diffusent dans le corps une autre molécule apparaît. Il s’agit de l’ocytocine également appelée l’hormone de l’attachement, de l’amour ou du bonheur.

Ces hormones fortement sollicitées provoquent des manques quand elles ne le sont plus. Un peu à l’image du coureur qui a besoin de son effort quotidien. Mais tout cela reste un jeu ; un jeu qui permet souvent de renforcer le bien-être au sein du couple et d’apporter ainsi une certaine sérénité au foyer. Cocu oui, mais consentant et heureux !

L’occasion de mettre à plat des rancunes

Lorsque le « taureau », l’amant, laboure madame, cette dernière s’en prend verbalement à son mari. Très souvent, elle lui reproche la taille de son sexe qu’elle compare à celle de son amant. Mais ce n’est pas tout. Ce moment est un défouloir extrême. Il offre la possibilité de tout déballer sous couvert du jeu.

Le cocu va tout écouter sans rien dire. Il joue le rôle du soumis. Mais, encore une fois il s’agit d’un jeu. Cela ne veut pas dire qu’il est soumis dans sa vie de tous les jours ni même dans son foyer. Il endosse la tenue du cocu, il joue un rôle, mais ce n’est que momentané.

Chez certains couples, ce rôle sera plus tard inversé. Et c’est alors le mari qui, tout en baisant sa maîtresse devant sa femme, lui fera tout une série de reproches. Il s’agit donc de jeux de rôles et de personnages qui peuvent être joués différemment.

Autres conseils et pratiques de mari cocu

Utiliser un gode ceinture en couple pour varier les plaisirs et les rôles

Utiliser un gode ceinture en couple pour varier les plaisirs et les rôles
Les godes-ceintures ont longtemps été réservés aux jeux entre femmes. Ou tout du moins, c’est ce que beaucoup ont toujours pensé. Mais les moeurs évoluent, les langues se délient, et on se rend compte que nous avons tous nos désirs secrets. Comme souvent, les préjugés et les tabous ont privé de nombreuses personnes du plaisir...

Rencontre entre couples hétéro et personnes LGBT – Des plaisirs nouveaux

Rencontre entre couples hétéro et personnes LGBT – Des plaisirs nouveaux
Les couples attirés par les profils LGBT se font de plus en plus nombreux. Curiosité ou désir de découvrir le monde des lesbiennes, des gays ou des bisexuels ? Les hétérosexuels ont gagné en ouverture d’esprit ces dernières années. Nous nous penchons ici sur ce sujet en nous intéressant aux personnes LGBT et à leurs...

Couple adepte du Pegging ou Chevillage : Pénétration du chéri par Madame

Couple adepte du Pegging ou Chevillage : Pénétration du chéri par Madame
Avez-vous déjà entendu parler du pegging ? Cette pratique de couple permet à une femme de pénétrer son mari par l'anus. La sodomie stimule la prostate du conjoint et la femme se sent dominatrice dans un plaisir partagé. Si vous êtes un couple aventureux, ayant peu de tabous en matière de sexe, cette pratique sexuelle vous...