Le rapport avec une femme dominatrice : Trouver le plaisir par la soumission


Trouvant sa place dans chaque contexte dans la vie, le rapport de soumission à autrui peut être délétère entre individus. Mais bien dosé et maîtrisé, il peut fournir la source d’une entente parfaite. Dans le domaine de la sexualité, il sous-tend un plaisir fort, que rarement ses adeptes osent avouer. Si la domination masculine a toujours été visible, notamment dans le porno, la forme d’autorité qui grimpe désormais place la femme sur le trône. Aujourd’hui, la femme dominatrice fait davantage fantasmer les hommes qu’il y a 20 ans. En témoigne la hausse des médias spécialisés sur la question de la domination féminine. Femdom, Lady ou encore Domina, leur petit nom de Maîtresse varie, mais toujours fait trembler de plaisir les hommes qu’elles soumettent.

Retour aux conseils pour mari cocu

Jouir de l’image d’une femme dominatrice aux commandes

Si les hommes depuis des millénaires incarnent l’autorité, les choses changent. D’ailleurs dans les grands groupes, les ambitions d’une mixité équilibrée dans les équipes de direction visent 2030 ou 2040. Ça ne se fait pas d’un claquement de doigts. Pour combler ces excès de figures masculines trop présentes à la tête des institutions, des compensations ont lieu. Souvent c’est dans l’intimité du couple qu’un homme se confie à sa femme, en lui faisant part de ses souhaits de se voir pris en main par sa douce. Une façon de passer le relais, de ne plus incarner celui qui tient les commandes.

Les hommes au physiques lourds, bien qu’on les en soupçonne moins, sont parfois très ouverts à une forme avancée d’allégeance à leur femme, aussi fine et menue soit-elle. Comme “L’habit ne fais pas le moine”, le gabarit ne fait pas le dominant.

Aimer se faire écraser en tant que mari impotent

Avant de sentir le besoin de le vivre, s’imaginer réduit au rang d’objet sexuel de sa propre femme ne vient pas à l’idée d’un homme. Donner son consentement à sa femme pour qu’elle vous punisse et abuse de vous se base avant tout sur la confiance. Ainsi, la plupart des couples dont la femme domine son conjoint sont mariés depuis plus de 10 ans. Venir à cela prend beaucoup de temps.

Pour qu’un tel niveau de confiance s’atteigne, les deux partenaires doivent passer par des épreuves. Seulement ces écueils surmontés, l’osmose offre aux membres du couple la permission de telles mises en situation. Plus le mari peut se retrouver en sa femme, plus il acceptera qu’elle tienne fermement les rênes. Imposer le port d’une cage de chasteté fait partie des sévices imposés par une Domina. Une fois ce genre de pratique atteint, on peut clairement parler d’une relation de Maîtresse et de son gentil compagnon asservi.

Soumis psychiquement et physiquement à la volonté d’une femme dominante

La fermeté exprimée par l’épouse peut prendre la forme d’une certaine violence verbale. Mots crus et insultes s’utilisent pour s’adresser à un mari soumis qui aurait osé se masturber alors que ça lui était interdit. Lorsqu’elle reçoit un amant, si son mari n’est pas à la hauteur dans son rôle de lopette de service, cela peut occasionner un déferlement de sévérité sur le cocu. Pour se faire pardonner, le conjoint proscrit n’aura d’autre moyen de s’en sortir que d’obéir au doigt et à l’oeil. Toute rébellion l’expose au martinet, ou à une période d’abstinence sexuelle forcée, pour de longues journées, voire semaines.

S’initier aux pratiques SM sous les directives d’une Maîtresse

En dehors de ces phases de domination exacerbée au quotidien ainsi qu’en période d’accalmie, un couple peut s’offrir une séance BDSM. Le rapport de domination étant établi à la maison, il n’y a aucune raison pour qu’il change une fois dans une cave BDSM. Au milieu des masques, des cordes et des harnais, l’homme agenouillé poursuivra sa quête initiatique de parfait soumis. Le BDSM se pratique dans la chambre maritale, mais certains accessoires se dissimulent trop difficilement. Par conséquent, fréquenter un lieu dédié au plaisir de la domination et de la soumission est un bon moyen de jouir de ces plaisirs interdits.

Domina qui punit son soumis par le bâton sous le regard d'une maîtresse complice
Domina qui punit son soumis par le bâton sous le regard d’une maîtresse complice

Malléable et en proie à une Domina outillée en accessoires BDSM

Si Madame la dominatrice préfère jouer la voyeuse face à son mari soumis, elle peut déléguer la soumission à une Maîtresse expérimentée. Grâce à son vécu, une Domina pratiquant le BDSM depuis des années sait maîtriser un homme à terre. Et comment jouer de son psychisme pour l’en faire jouir. En le manipulant avec assurance et caractère, l’âme du faible mari se retrouve entre des mains de garce dominante. Menotté, le minable époux subit alors le déchaînement autoritaire de la Mistress. Si sa femme le veut, elle a tout loisir de venir cracher au visage de son mari (parfois encagoulé dans du latex), ou de le pénétrer analement.

Partager sa femme avec un autre, quel étrange plaisir

Partager sa femme avec un autre, quel étrange plaisir
De nombreux maris fantasment de voir leur femme avec un autre homme, mais peu osent l’avouer. Évidemment le sujet s'avère tabou. Peu souvent abordé en réel, les forums et sites discutant de sexualité aident à libérer la parole. Le partage d'expérience entre pratiquants et fantasmeurs aident ces derniers à passer le cap. Pour donner un...

Fréquenter un glory hole, une pratique pour couple curieux

Fréquenter un glory hole, une pratique pour couple curieux
Le glory hole est une pratique libertine en vogue dans les clubs privés. Il s’agit pour un homme d’introduire son pénis dans le trou d'un mur spécialement conçu pour cela. Généralement une femme saisit alors son sexe depuis l’autre côté de la cloison pour une fellation baveuse. Souvent elle reçoit ensuite le sperme en bouche...

Utiliser un gode ceinture en couple pour varier les plaisirs et les rôles

Utiliser un gode ceinture en couple pour varier les plaisirs et les rôles
Les godes-ceintures ont longtemps été réservés aux jeux entre femmes. Ou tout du moins, c’est ce que beaucoup ont toujours pensé. Mais les moeurs évoluent, les langues se délient, et on se rend compte que nous avons tous nos désirs secrets. Comme souvent, les préjugés et les tabous ont privé de nombreuses personnes du plaisir...