1. Forum candauliste
  2. »
  3. Carnet coquin
  4. »
  5. Chroniques libertines
  6. »
  7. Mon besoin de parenthèses...

Mon besoin de parenthèses hors couple avec des minettes


Je m’appelle Luc, marié depuis 10 ans à la femme de ma vie, Christina. Entre nous, ça se passe vraiment très bien. Nous nous entendons à la perfection et au lit, c’est topissime. Notre vie de couple ? C’est tout simplement l’idéal. Ce que j’ai toujours recherché. Mais, il y a un “mais”. Je ne suis pas un homme fidèle. Et ma femme le sait bien. J’ai besoin de papillonner. Comme j’aime à l’expliquer à ma tendre moitié, c’est comme les spécialités culinaires. Je n’aime pas me contenter d’une seule cuisine. J’aime bien goûter un peu par-ci et par-là. En fait, ma femme, c’est mon Soleil. C’est celle qui me fait vibrer corps et âme. Mais, je discute constamment avec d’autres femmes. Mes satellites comme je les appelle. Sans elles, ma vie serait tout simplement incomplète. Retour aux chroniques libertines

Christina et moi, une histoire d’amour pas comme les autres

Christina, c’était mon amour d’enfance. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été amoureux d’elle. J’adore son physique élancé. Et son intelligence. C’est le genre de personnes avec qui on ne s’ennuie jamais. Et elle semble tout savoir sur tout. C’est très stimulant, à tous les niveaux !

Quand nous étions encore tous les deux ados, nous nous cherchions toujours du regard. Et dès que l’occasion se présentait, nous discutions à bâtons rompus, sur tout et n’importe quoi. Entre nous, le courant passait. Au bout de quelques minutes de discussion, nos mains se cherchaient automatiquement et on finissait dans un coin à nous embrasser et à nous peloter. Quoi qu’il en soit, les choses n’étaient jamais été allées plus loin que le flirt.

Après la classe de terminale, nous nous étions perdus de vue. Nous avions alors vécu chacun de notre côté avant de nous retrouver à nouveau à 25 ans. À cette époque, nous avions tous les deux fini nos études et avions un travail stable. C’était le bon moment pour nous fixer et nous engager dans une histoire sérieuse.

 
Inscription "Plans rencontre" en ce moment
Jusqu'au mercredi 22 septembre 2021 minuit, bénéficiez d'un accès privilégié aux plans rencontres.
Offre réservée aux profils "Hommes seuls".
>> Activer maintenant mon profil Rencontre
 

Il n’y avait pas eu besoin de longs jeux de séduction. Quand je l’avais rencontrée par hasard dans ce café parisien, je savais que le moment était venu pour nous deux de « conclure ». En plus, depuis l’adolescence, je lui avais déjà bien expliqué que je ne serai jamais fidèle. Donc, ça m’arrangeait. Les choses se sont accélérées. Après six mois, nous étions déjà mariés et avions signé pour notre premier appartement en Île-de-France. C’était encore une location.

La petite nouvelle aux RH est bien bandante

Question sexe, Chritina et moi étions toujours en mode lune de miel. C’est comme si on n’était jamais rassasiés l’un de l’autre. On le faisait systématiquement au réveil et on s’endormait pratiquement imbriqués l’un dans l’autre. C’est comme une routine pour nous. Non, c’est plutôt comme notre oxygène. C’est comparable au petit déjeuner. Impossible de démarrer notre journée sans un petit quickie.

J’étais un homme comblé sexuellement. Là-dessus, il n’y a rien à redire. Néanmoins, cela ne m’empêchait pas d’admirer tous les beaux culs qui tombaient sous mon regard. Dans la rue, dans le train, mais aussi au boulot. Et ces dernières semaines, mon désir et mon envie ne cessaient de monter pour Rachel. Une jolie et jeune stagiaire de la vingtaine au service RH. Depuis que je l’ai vue, je rêve d’entrer en elle et de la voir vibrer grâce à moi. Mon obsession était telle qu’il m’arrivait de l’imaginer lorsque je faisais l’amour avec ma femme.

D’ailleurs, je l’ai déjà dit à Christina. Je lui ai avoué que “Rachel aux RH” me faisait vraiment beaucoup d’effets et que je voulais absolument me la faire. Ma femme, elle adore ce genre de confessions. Ça la rendait encore plus chaude au lit. Nos conversations devenaient même très très animées (dans le bon sens du terme) dès que je lui parlais d’une autre femme !

Le genre de stagiaire qui ne débarque pas tous les mois dans l'entreprise - Je dois me la faire !

Le genre de stagiaire qui ne débarque pas tous les mois dans l’entreprise – Je dois me la faire !

Comment dire à ma femme que je me taperais bien la stagiaire ?

Extrait de nos échanges sous la couette…

  • “Chérie, Rachel me donne trop envie avec son petit air hautain. Et elle voit bien qu’elle me plaît !
  • Mon amour, tu voudrais lui faire quoi ?
  • Je voudrais me perdre en elle et la faire jouir encore et encore.
  • Pourquoi tu aimes faire l’amour à d’autres femmes, je ne te suffis plus ?
  • Si si ma belle, tu me suffis largement, mais j’ai envie de goûter la saveur de cette petite minette.
  • Je suis trop vieille pour toi ?
  • Mais non Christina, tu sais bien que tu es parfaite pour moi. J’ai juste envie de varier les plaisirs.
  • Mon amour ? C’est différent quand tu « baises » d’autres femmes ? C’est mieux qu’avec moi ?
  • Non avec toi, c’est la fusion physique et émotionnelle. Avec « elles », c’est seulement physique. C’est juste du plaisir à l’état brut. Pas d’émotions, pas de sentiments, c’est vraiment de la « baise ». Pure et dure.
  • Chéri ? Fais-moi l’amour.
  • Chéri ? Tu me raconteras exactement comment ça se passera quand tu baiseras Rachel ?
  • Bien sûr ma chérie, dans les moindres détails.
  • …”

Une fête où emmener mon plan cul

C’était un mois de décembre, une période où peu de gens se marient, sauf les personnes de mon entourage ! Cette fois-ci, c’était une collègue qui convolait en justes noces. J’étais invité et je pouvais emmener une cavalière. J’ai directement pensé à la jolie Rachel ! Je n’ai pas attendu longtemps pour en parler à Christina, lui expliquant que ce serait l’occasion rêvée pour conclure avec la stagiaire. Elle n’y avait vu aucun inconvénient. Elle m’avait juste demandé de bien m’occuper d’elle d’ici là. Bien évidemment, je m’occupais aussi toujours très bien de ma femme, de ma bien-aimée. Et plus la date fatidique du mariage approchait, plus nos ébats devenaient enflammés ! Christina devenait de plus en plus déchaînée, c’est comme si elle voulait m’imprégner totalement de son essence pour éviter que je ne donne plus que ma simple force physique à Rachel.

  • “Chéri ? Tu as hâte de te faire Rachel ?
  • Oui ma chérie, j’ai vraiment hâte. Je vais vraiment la défoncer toute la nuit.
  • Tu vas lui faire quoi ?
  • Je vais essayer de nombreuses positions et de nombreuses pratiques hard… Oui, je vais profiter totalement de cette nuit. Et je pourrais même tester quelques nouveautés.
  • Tu me diras tout hein ?
  • Oui ma chérie. Je te dirai absolument tout dans les moindres détails. Mais laisse-moi te rappeler ce à quoi va goûter cette salope de Rachel !
  • …”

Cette proposition extraconjugale qui ne choque guère mes collègues

Le mariage avait lieu un samedi en milieu de journée. La cérémonie allait se dérouler à la mairie puis il y aurait une fête dans l’après-midi. J’avais réservé une chambre dans un hôtel pas loin de là où j’emmènerais la jolie Rachel. Cette dernière n’avait pas hésité une seule seconde lorsque je l’avais invitée à m’accompagner.

Elle savait que j’étais marié. Tout le monde sait que je suis marié, mais que je suis vraiment un libertin de nature. Et tout le monde savait aussi que ma femme était conciliante. D’ailleurs, bon nombre de mes collègues m’enviaient. Et bon nombre d’entre eux n’avaient pas le droit de me fréquenter, sous peine de s’attirer les foudres de leurs dulcinées respectives. Quelque part, je comprenais cette proscription dont ma compagnie faisait l’objet.

Me retrouver entourer de femmes habillées sexy, j’adore

La journée de fête s’était passée très vite. En vérité, j’étais subjuguée par la petite robe rouge moulante, super sexy, que Rachel portait pour l’occasion. Et vous savez quoi, j’avais aussi remarqué une autre jeune femme dans l’assistance. Elle accompagnait l’un de mes collègues. Elle était super bandante avec sa petite robe noire avec une longue fente sur le devant et un décolleté où je pourrais bien me perdre.

Si bien que ma cavalière du jour avait montré quelques signes de jalousie. Selon elle, je ne lui portais pas assez d’attention. Mais je la rassurais incessamment : Qu’elle était au centre de mes pensées depuis de nombreuses semaines et qu’aujourd’hui, elle allait vraiment être le centre de mon monde.

Pour je ne sais quelle raison, elle était radieuse et semblait avoir hâte d’être à ce soir. Presque autant que moi. D’ailleurs, je ne manquais pas de lui caresser un peu les endroits stratégiques, tantôt la cuisse, tantôt ses petits seins. Elle frémissait à chaque fois. C’est qu’elle était vraiment sensible la Rachel ! Je sentais que les choses allaient vraiment être sensationnelles cette nuit. Je mettrais tout en œuvre pour que ça soit inoubliable pour cette jeune demoiselle. Celle-ci était d’ailleurs excitée comme une puce rien qu’à voir mon envie.

Faire monter le plaisir avant un moment plus puissant

Les festivités étaient enfin terminées. Rachel m’entraîna littéralement de force jusqu’à ma voiture, pressée de se retrouver enfin toute seule avec moi. Moi aussi j’avais hâte ! À peine étions-nous entrés dans la chambre que nous avions réservée, qu’elle m’a sauté dessus, m’embrassant à pleine bouche. J’étais un peu désorienté, mais je me laissais faire.

Pendant qu’elle m’embrassait, sa main se promenait à l’intérieur de mon pantalon et saisissait mon membre déjà bien dur. Lorsque nos bouches se séparèrent, je la fis tomber sur le lit. J’allais lui offrir un cunnilingus mémorable. Hors de question de se presser. Même si elle avait clairement déjà envie que je la pénètre, elle allait devoir patienter. Car, les choses iraient étape par étape.

D’ailleurs, en faisant jouer ma langue sur le cœur de sa féminité, Rachel semblait oublier le reste du monde. En tout cas, sa sensibilité se confirmait et je sentais que son plaisir s’intensifiait à vue d’œil. J’allais sans aucun doute lui faire vivre un bel orgasme avant de passer à la suite des réjouissances ! Quelques secondes à peine suffirent pour qu’elle se mette à se crisper et à crier, agrippant méchamment mes cheveux.

Une nuit de défonce sexuelle : Le cul de Rachel a pris cher

À peine remise de sa jouissance, la coquine s’assit et s’affaira à retirer mon pantalon, pour en faire ressortir mon membre presque douloureux ! Elle l’avala sans prévenir et c’était vraiment énorme ! Quel plaisir ! Le petit parfum d’interdit de cette soirée intensifiait mon plaisir. D’autant plus que je ne pensais pas vivre un autre épisode avec Rachel. Je me suis fixé comme règle de baiser les « autres » seulement une fois puis de passer à la prochaine.

Je ne lui laissai pas l’occasion de me sucer jusqu’à l’orgasme. Après quelques minutes, je la dégageai en douceur avant de l’embrasser et de la placer à quatre pattes. On allait commencer très fort. Car je sais, par expérience, que la levrette est une position super intense. Aussi bien pour elle que pour moi. Mais il fallait que ça soit inoubliable.

Je ramone le cul de Rachel plus énergiquement et lui montre comment je baise comme un dieu

Je ramone le cul de Rachel plus énergiquement et lui montre comment je baise comme un dieu

À peine je l’installai face à moi que je la pénétrai sans ménagement, lui faisant échapper des cris sourds. Je la pilonnais sans relâche et sans pitié tout en caressant de temps à autre ses petits seins et en tiraillant ses cheveux. Pendant ce temps, Rachel ne pouvait s’empêcher de crier. À un moment, elle dit carrément qu’elle allait jouir et me dit d’aller plus vite. Cette accélération fit également monter la température en moi et je jouis en même temps qu’elle se contractait tout autour de ma queue.

Ce fut la première session d’une longue nuit pleine de passion. La petite Rachel se révéla à la fois créative et impatiente. La nuit fut vraiment délicieuse. Dommage que je ne pourrai pas réitérer l’expérience, par principe… Mais j’en garderai de très bons souvenirs. Jusqu’à ce que ma Christina mette tout en œuvre pour tout me faire oublier Rachel ! À suivre…

Comment relancer la sexualité de mon couple ?

Comment relancer la sexualité de mon couple ?
Après la passion du début vient l’excitation des premiers projets d’avenir. Le problème, c’est quand la routine s’installe. Tous les couples passent par là, je suppose. Certains s’y sentent bien, heureux ensemble, d’autres ont plus de mal. Le nôtre fait partie de la seconde catégorie. Il n’y a pas eu d’évènement marquant, nous ne sommes...

Comment ma femme me fait cocu après une rencontre à la piscine

Comment ma femme me fait cocu après une rencontre à la piscine
Sandy et moi nous sommes mariés rapidement. Nos familles et nos amis nous ont dit de ne pas nous précipiter, que nous étions jeunes, qu’il fallait nous laisser le temps de bien penser les choses et toutes ces inepties qui n’avaient aucune logique. Nous nous aimons, cela a été clair depuis le premier regard, et...

Une beauté Latina qui sait masquer ses atouts

Une beauté Latina qui sait masquer ses atouts
Ce jour-là cette jeune femme qui faisait ses courses m'a tapé dans l'oeil. Elle avait du mal à se faire comprendre par le vendeur, un gentleman comme moi se devait de voler à son secours. J’avais remarqué son bel accent. J’avais passé tous les étés de mon enfance chez ma grand-mère en Algarve, et je...