1. Forum candauliste
  2. »
  3. Carnet coquin
  4. »
  5. Histoires candaulistes de femmes...
  6. »
  7. Tentations lubriques d’une trentenaire...

Tentations lubriques d’une trentenaire avec un (pseudo) gigolo


Je m’appelle Juliette. Bientôt 30 ans, mariée à Adrien, mère de deux enfants, Émilie et Benjamin. Je suis ce que l’on peut qualifier de mère de famille modèle. J’aime éperdument mon mari, mes enfants et mon travail. Pour tout dire, j’ai toujours été passionnée par l’art de la peinture depuis ma tendre enfance. D’ailleurs, j’en ai fait mon métier. Je suis une artiste peintre plus ou moins connue dans la région, mais en manque d’inspiration ces derniers temps. Je vous avoue que la crise n’a été facile pour personne et cela a même failli conduire à une mini dépression chez moi. Cela a créé un blocage dans ma créativité et mon envie de peindre. J’ai même décidé de faire un petit break qui dure presque cinq mois.

Et puis… J’aime éperdument mon mari et mes enfants. Même si nous ne roulons pas dans l’or, nous ne manquons de rien et nous essayons de vivre normalement. Maintenant que la vie commence à reprendre son cours, nous relevons la tête et allons de l’avant.

Retour aux histoires candaulistes de femmes coquines

Ma rencontre avec Denis

Lisa et Magalie sont deux amies de longue date qui ont partagé quasiment toute leur adolescence avec moi. Depuis l’âge de 13 ans, nous sommes inséparables et sommes devenues de véritables sœurs. Magalie a récemment rompu avec son fiancé avec qui elle vivait depuis presque quatre ans. Lisa, quant à elle, n’a jamais ressenti le besoin de se caser et de fonder une famille. Le fait que je me sois mariée à Adrien et que j’aie eu des enfants ne change en rien notre relation. Disons que je suis devenue la plus mature et la grande sœur du groupe.

 
Inscription "Plans rencontre" en ce moment
Jusqu'au vendredi 17 septembre 2021 minuit, bénéficiez d'un accès privilégié aux plans rencontres.
Offre réservée aux profils "Hommes seuls".
>> Activer maintenant mon profil Rencontre
 

Mes deux copines me rendent souvent visite, papotant pendant des heures et nous rappelant nos périodes de jeunes filles. Cependant, ces derniers temps, Magalie et Lisa s’inquiétèrent de plus en plus à mon sujet. La période de difficulté financière qu’a traversé notre famille a changé mon attitude envers elles. En effet, je n’ai plus été celle qui se défoule avec elles, mais plutôt une inconnue renfermée sur elle-même, avec l’esprit ailleurs.

Les deux décidèrent alors de me faire une blague en m’organisant un rendez-vous avec un genre de gigolo, bref, un homme censé offrir des moments romantiques, puis charnels à ses clientes. Elles savaient que j’allais immédiatement refuser leur proposition si elles me disaient la vérité. Elles ont, donc décidé de masquer la surprise en me faisant croire que j’avais rendez-vous avec un passionné de peinture, qui souhaiterait découvrir mes œuvres.

Découverte forcée de ce potentiel “plan cul”

Arrivée au lieu de rendez-vous, j’aperçus ce bel étranger, avec un air latino, bronzé comme il faut, plutôt jeune pour quelqu’un qui est passionné par les tableaux. Il était très élégant, costume entièrement noir, physique élancé, mais pas très grand.

En me voyant, il se leva, comme s’il m’avait immédiatement reconnu. Vraiment un très bel homme ! « Señora Juliette ? », me demanda-t-il avec son bel accent espagnol. J’acquiesçais seulement de la tête sans trouver mes mots, comme hypnotisée par sa belle voix virile et pleine d’assurance. « Je m’appelle Denis », dit-il tout en prenant ma main et en l’embrassant. Mon Dieu, quelle attraction il exerçait sur moi ! Si je n’étais pas mariée, j’aurais sûrement eu le coup de foudre pour ce bel inconnu.

Rendez-vous pris avec cet homme canon

Nous nous présentâmes pendant un long moment tout en prenant un savoureux repas. Il jouait au jeu du véritable passionné de peinture, et il l’était en réalité. Cela a beaucoup facilité notre prise de contact en discutant et en rigolant sur les peintres, les œuvres d’art et les anecdotes autour de cette discipline.

Avec ses qualités de séducteur professionnel, il lâchait souvent quelques compliments sur mon physique, parfois un peu trop osés, et qui me faisaient rougir, moi qui n’avais pas l’habitude d’être courtisée par un aussi bel homme, sans vouloir offenser mon cher et tendre Adrien.

C’était, donc, convenu qu’on allait se retrouver dans trois jours dans mon atelier pour une visite de mes œuvres d’art. je ne savais pas pourquoi, mais j’avais hâte de le revoir.

Le jour de ce fameux rendez-vous à l’atelier, j’ai décidé de me faire plus belle, plus coquine et plus sexy. J’ai déboutonné un peu plus ma chemise, porté mon jean qui mettait le mieux en valeur mes courbes et j’ai même décidé de me maquiller plus densément que d’habitude. J’ai même porté un parfum censé attirer les hommes que Lisa m’avait offert après son séjour en Inde. Car je sais à quel point en matière de sexe, l’odeur importe.

Rapprochements physiques… avant de succomber

On se donna rendez-vous juste sur la ruelle derrière mon atelier. À ma grande surprise, il arriva dans une belle voiture décapotable. Il était encore plus beau que dans mes souvenirs de la dernière fois dans ses lunettes de soleil. Puis il sourit en s’approchant de moi, alors que je ne pouvais qu’esquisser un sourire bête, tellement j’étais impressionnée de sa démarche, par sa carrure et son charisme.

Il ne tarda pas à remarquer mon décolleté et à laisser des yeux curieux se balader de temps à autre sur ma chemise entrouverte. Il m’avait également trouvé belle et sexy et me fit part de ce constat que j’écoutais tout en rougissant légèrement. Une chose était sûre : il savait vraiment bien parler aux femmes.

Arrivés dans mon atelier, nous commencions la visite de mes œuvres déjà achevée et de celles qui étaient encore en cours de réalisation. Au fil de la visite, Denis se rapprocha de plus en plus de moi lorsque nous discutions devant un tableau. Il me murmurait quasiment aux oreilles et derrière ma nuque, ce qui avait le chic de m’exciter. Il me tenait même la taille par moment.

De mon côté, je fermais les yeux à chaque fois qu’il parlait près de mes oreilles. Je hochais même légèrement la tête, lui offrant davantage ma nuque et mon cou afin qu’il continue. « Vous êtes vraiment trop belle », lâcha-t-il subtilement dans un murmure. Je me suis retournée soudainement, comme envoutée, puis je l’ai embrassé sauvagement.

En tant qu'épouse, je ne pensais pas craquer aussi facilement pour un inconnu

En tant qu’épouse, je ne pensais pas craquer aussi facilement pour un inconnu

Un coït inévitable avec ce mec qui me rend folle

Denis m’embrassa les lèvres, puis mon cou, déboutonna ma chemise et commença à m’embrasser les seins. J’aimais cela, et je souhaitais qu’il aille plus loin. Il m’a alors posée sur la table de travail après s’être débarrassé du bazar dessus en deux temps trois mouvements. Avec délicatesse, il retira mon jean et mon tanga, puis commença à jouer dans mon entrejambe avec ses doigts et sa langue.

En quelques secondes, à peine, il m’a fait atteindre l’orgasme, tellement il s’y prenait bien. Mes spasmes de plaisir à peine passés, il remettait cela. J’allais complètement m’évanouir, mais je le suppliais de continuer.

Il se déshabilla également, me laissant voir son beau sexe en érection. Il dirigea délicatement ma tête vers son membre et m’invita à le mettre dans ma bouche. Comment refuser une telle offre après la partie de gâterie incomparable qu’il venait de m’offrir ?

Il m’a ensuite prise dans tous les sens sur cette table, sur le sol, contre le mur. On avait mis mon atelier sens dessus dessous, sans nous en rendre compte. Après notre partie de jambes en l’air improvisée, nous nous sommes rhabillés et il m’a raccompagnée chez moi. Désormais, nous nous voyions au moins une fois par semaine pour discuter, puis pour faire l’amour. Denis était l’amant parfait. Il n’était pas du coin et nos rendez-vous en cachette ne se déroulaient jamais à moins de dix kilomètres de ma maison, ce qui n’éveillerait en aucun cas les soupçons d’Adrien.

Une relation adultérine bénéfique pour mon moral

Mon aventure avec Denis a apporté d’innombrables changements dans ma vie. En effet, j’ai retrouvé mon inspiration pour la peinture. Je suis également devenue plus gaie et plus épanouie qu’auparavant. D’ailleurs, Magalie et Lisa ne tardèrent pas à me le faire remarquer. Côté accoutrements, je suis devenue plus coquette que d’habitude. J’ai arrêté de vivre dans la dépression et j’ai commencé à revivre comme une jeune trentenaire.

Adrien remarqua également ce changement plus ou moins radical dans ma vie, mais il en était ravi. Au moins, nous commencions à revivre et j’étais une mère de famille comblée, vivant dans l’adultère, mais comblée.

Mon cher époux constata également du changement dans notre façon de faire l’amour. J’étais désormais plus ouverte et plus joueuse. Cela ne pouvait que lui plaire, mais il m’interrogeait souvent sur les raisons de cet épanouissement personnel, professionnel et sexuel de ma part. Je lui disais juste que je me suis rendu compte que je devais profiter de la vie et lui également.

Sauver mon couple en une sage décision

Quand Adrien et moi faisions l’amour, je ne pouvais pas m’empêcher de penser à Denis. Adrien n’était pas mal au lit, mais Denis était un dieu. Il savait exactement où me toucher et quoi me faire au bon moment.

Un soir, alors que j’étais au lit avec Adrien et que nous nous donnions à une partie de jambes en l’air, j’étais tellement enivrée de plaisir que j’avais fini par prononcer le prénom de mon amant par inconscience. Adrien s’arrêta brusquement et me harcela de questions sur ce fameux Denis.

En réalité, il soupçonnait un peu mon infidélité. Mais après que mes paroles m’eurent trahie, je ne trouvais plus d’alternative à part lui révéler la vérité. Nous en avions discuté toute la nuit, et j’avais décidé de mettre un terme à mon aventure avec Denis pour ne pas briser mon mariage et ma famille.

Bien décidée, je donnai rendez-vous à mon amant une dernière fois dans le restaurant où nous nous sommes vus pour la première fois, pendant que mon mari était au travail. J’avais tout expliqué à Denis qui me fit également des confessions sur sa véritable profession. Toutefois, il m’avoua que Magalie et Lisa l’avaient uniquement payé pour le premier rendez-vous. Pour le reste, il était allé de son plein gré.

Adieu à un vrai gentleman

Sur le coup, j’étais choquée par ses aveux. Toutefois, nos sentiments prirent le dessus et nous nous sommes embrassés langoureusement. Nous nous sommes rendus dans un hôtel non loin de là. Arrivés dans la chambre, il me déshabilla comme il savait si bien le faire, puis en fit de même. Il m’allongea sur le canapé et nous avons commencé à faire l’amour, tendrement cette fois-ci.

C’était comme un cadeau d’adieu que l’un offrait à l’autre. Je le sentais en moi et je profitais de chaque allée et venue qu’il faisait. Après nos ébats à la fois torrides et romantiques, nous nous sommes chacun endormis dans les bras de l’autre.

Je ne me suis réveillée que deux heures plus tard. Je ne retrouvais plus Denis à mes côtés. En fait, il n’y avait plus aucune trace de lui dans cette chambre. Il avait laissé un petit message sur la table de chevet. « À ma Señorita, moments inoubliables avec toi. À un de ces jours, je te le promets. Un taxi t’attend dehors ».

« Gentleman jusqu’au bout… », me dis-je tout en souriant. Je ne l’ai jamais revu et ma vie de famille a continué son bout de chemin.

 
Inscription "Plans rencontre" en ce moment
Jusqu'au vendredi 17 septembre 2021 minuit, bénéficiez d'un accès privilégié aux plans rencontres.
Offre réservée aux profils "Hommes seuls".
>> Activer maintenant mon profil Rencontre
 

Samantha, ma voisine mariée qui sait comment me chauffer

Samantha, ma voisine mariée qui sait comment me chauffer
Je m’appelle Éric, j’ai 23 ans. Je viens de la banlieue parisienne où j’ai vécu depuis ma tendre enfance. Tout récemment, j’ai quitté le foyer natal pour aller vivre seul à Nice. Là, j’ai décroché mon premier emploi après la fac. J’aurais franchement aimé mieux comme taf, mais de quoi me plaindre ? Je profite...

Le frère de mon mari, un sacré coup !

Le frère de mon mari, un sacré coup !
baise-avec-frere-de-mon-mari Je m’appelle Sandra, mariée depuis six mois à Paul. Nous n’avons pas encore d’enfants. Pour l'instant, nous aimons beaucoup voyager pour profiter de nos moments de jeunes mariés. C'est important avant de connaître enfin la joie de fonder une véritable famille. Je connais Paul depuis l'époque de la fac, il y a trois ans...

Échappée belle en moto

Échappée belle en moto
Je suis une femme mariée, mère de deux enfants, qui jongle tant bien que mal entre vie professionnelle, vie personnelle, et vie de famille. Je travaille beaucoup, mais je n’ai jamais fait ce fameux effort en plus qui m’aurait permis de grimper dans la hiérarchie de l’entreprise. Cela a été mon choix, et je l’assume....