Gérer mon addiction au sexe en devant épouse candauliste


Je m’appelle Margaux. Larry et moi sommes mariés depuis un an et nous avons une vie sexuelle sortant de l’ordinaire. D’abord, j’adore le sexe. Plus que la moyenne. Ensuite, j’exige à chaque fois d’être filmée durant le sexe et mon mari est d’accord. Enfin, je trompe mon mari avec son consentement. Mais avant d’en arriver là, ma vie sexuelle a été tumultueuse…

Retour aux chroniques libertines

Un besoin attisé par la sexualité de ma propre soeur

Mon penchant pour le sexe a commencé quand j’étais adolescente. Bien avant de perdre ma virginité. J’étais quand même une fille introvertie, mais j’étais curieuse. Une partie de moi voulait absolument goûter à ce qu’était le sexe. D’ailleurs, je ne manquais jamais une occasion de me caresser les parties intimes. C’était très plaisant. Il m’arrivait également de me frotter l’entrejambe par-ci et par-là… Je parvenais même à jouir !

Et il y avait ma grande sœur qui faisait entrer son copain en cachette lorsque nos parents s’absentaient. Tous les deux se terraient dans une chambre. Je savais bien évidemment qu’ils faisaient l’amour. J’étais en âge de comprendre cela. Je m’invitais en cachette pour les observer à cette époque. Et je ne manquais pas de me toucher en même temps. À cette époque, je me masturbais vraiment beaucoup. Plus tard, j’allais comprendre que j’aime vraiment le sexe.

 
Inscription "Plans rencontre" en ce moment
Jusqu'au vendredi 17 septembre 2021 minuit, bénéficiez d'un accès privilégié aux plans rencontres.
Offre réservée aux profils "Hommes seuls".
>> Activer maintenant mon profil Rencontre
 

Besoin de sexe pour me dévergonder

J’avais vu à quel point un homme et une femme pouvaient passer des moments intenses, en regardant ma sœur et son copain. Je les observais discrètement et incognito. Personne ne se doutait de ces moments que j’attendais chaque fois avec impatience. Pendant ce temps, j’étais toujours un peu timide et même pudique, mais super excitée. Ma petite chatte de pucelle qui devenait chaque fois tout humide en était la preuve.

Ma sœur était assez chaude à l’époque. En dehors de son copain officiel (elle en changeait assez souvent), il lui arrivait de rentrer tour à tour avec des garçons de l’équipe de basket. Ils étaient aussi grands les uns que les autres. De mon côté, depuis mon observatoire secret, je m’étais rendue compte que les pénis n’avaient pas tous la même taille. Et j’avais remarqué que la longueur du membre masculin avait une répercussion à chaque fois sur les hurlements de ma sœur. Une fois, le membre du mec était si surdimensionné que ma sœur se mit à crier jusqu’à l’entendre dans le jardin. Ce jour-là, elle était si épanouie après le sexe, qu’elle souriait bêtement jusqu’au lendemain.

Ma chaudasse de soeur se tape des mecs super bien foutus dans sa chambre

Ma chaudasse de soeur se tape des mecs super bien foutus dans sa chambre

Je comprenais petit à petit et sûrement que le sexe était quelque chose de bon. Il fallait que j’y goûte, mais avec qui ? C’était le problème. Je n’intéressais quasiment personne excepté un ou deux geeks, contrairement à ma sœur. Elle avait la cote. Elle était sexy et audacieuse. Il fallait donc que je me bouge un peu pour attirer les regards. J’avais donc changé de look. Je portais désormais des vêtements un peu plus osés.

Kévin à tout prix

La métamorphose n’avait pas été aussi efficace que je l’avais prévu. Les choses n’avaient pas beaucoup changé, sauf que j’attirais quelques geeks de plus. Je n’intéressais pas (encore) les beaux mecs malgré mon nouveau look. Pourtant, mon envie devenait de plus en plus pressante surtout après avoir espionné une énième fois ma sœur et ses conquêtes. Un jour, elle fit des coquineries avec Kévin, le BG du lycée, son copain du moment. Celui-ci lui avait fait un cunnilingus tellement abouti que ma sœur se mit à prononcer des injures. J’en jugeais que cela devait être vraiment bon.

Cette scène était restée scotchée dans mon esprit. Je m’imaginais à sa place. Je voyais Kévin devant moi en train de m’embrasser, avant de descendre plus bas pour me caresser les fesses tout en léchouillant ma petite chatte. Il baladerait ensuite sa langue sur mon clitoris. Il effectuerait des va-et-vient à l’entrée de mon vagin avec sa langue. Je m’assiérais ensuite sur lui pour me faire pénétrer. Cependant, tout cela resterait dans le domaine du fantasme sauf si j’arrivais à le convaincre.

« Pourquoi pas Kévin ? » me demandais-je tout le temps. Cette idée me trottait la tête pendant des jours et des jours. Je voulais qu’il me dépucelle, mais comment y parvenir ? Il ignorait mon existence. Je fis alors en sorte d’attirer son attention et de le saluer lorsqu’il venait chez nous. J’essayais par tous les moyens de sympathiser avec lui en faisant en sorte que ma sœur ne remarque rien.

Proposition cochonne sur Instagram

Cela faisait plusieurs jours déjà que je n’avais plus d’yeux que pour Kevin et son corps d’athlète. Un jour, je pris mon courage à deux mains pour l’ajouter sur Insta. Il m’avait envoyé un message de salutation dans la foulée, sympathique comme il l’était. Je sentais mon cœur battre. J’avais peur, mais il fallait vraiment que réussisse à l’attirer dans mes filets. D’ailleurs, il me trouvait apparemment très mimi !

Trois jours passèrent et on discutait de tout et de rien, lui et moi. Je ne manquais pas de le complimenter en disant qu’il était attirant. Je lui parlais également de ses matchs de basket même si cela ne m’intéressait pas vraiment, au fond. Il fallait mettre toutes les cartes de mon côté. Je le draguais indirectement. Jour 4, je lui proposais un marché.

  • « Kévin, j’ai une petite faveur à te demander. » disais-je.
  • Tout ce que tu veux ma mignonne répondit-il.
  • Emmène-moi au Nirvana, au septième ciel, au paradis. Je veux que tu me dépucelles. Ce sera juste entre toi et moi, une seule fois. Ma sœur n’a pas à le savoir. Je sais très bien garder un secret. » répliquai-je.

Kévin n’hésita même pas. Ce qui me convenait parfaitement !

Dépucelage en règle par un bogoss

Kevin et moi nous sommes donné rendez-vous chez lui un samedi après-midi. Je m’étais faite toute belle et je m’étais épilée intégralement. Nous nous sommes salués à l’entrée de la porte avant qu’il m’emmène dans sa chambre. Cette dernière était bien arrangée, peut-être parce qu’il attendait ma visite. Cela m’importait peu. J’avais un de ces tracs ! Je la jouais décontractée pour éviter de créer une sensation de gêne entre nous.

Il me prit la main et m’entraînait sur le bord du lit. Il souleva doucement mon haut avant d’embrasser mon ventre en tenant mes fesses par ses mains. Droit au but ! J’adore ça. Nous ne perdions pas de temps en conversations inutiles. Il ouvrit ma braguette avant de retirer mon pantalon et mon string. Puis il joua avec ma chatte avec ses doigts avant de la lécher langoureusement. Il fit la chose que j’étais impatiente de découvrir : le cunnilingus. C’était vraiment top, il s’y prenait tellement bien.

Perdre sa virginité avec un mec TBM

Il continua en douceur jusqu’à ce que j’explose de l’intérieur ! Je décidai alors de reprendre vite mes esprits pour m’occuper de lui comme j’avais vu faire ma sœur de nombreuses fois. Je le poussais pour s’allonger sur le lit. C’était à moi d’enlever son short et son caleçon. Son sexe était en érection. Ses dimensions promettaient des prouesses. J’entourai son gros gland de la main avant de le mettre dans la bouche. Je le suçais tantôt doucement tantôt rapidement. Certes, il gémissait, mais ses muscles se tendaient lorsque je l’enfonçais profondément dans ma gorge. Il aimait donc cela.

Puis je me levais et me plaçait juste au-dessus de son visage. Je voulais une fois de plus qu’il me lèche. Il le fit volontiers. J’aurais pu rester dans cette position une éternité. Kévin se redressa pour me limer ma petite chatte. Il m’invita à m’allonger sur le ventre pour me pénétrer. J’ai attrapé l’oreiller le plus proche pour le serrer dans le cas où ça me ferait mal. Alors que j’étais perdue dans mes réflexions, il inséra son membre dans ma chatte et j’ai failli hurler de douleur. Mais, c’était un peu de mal pour un bien fou quelques minutes après. C’était de cette manière que je dis adieu, en beauté, à ma virginité.

Une vie de frivolités sans relation stable

Kévin et moi n’avions pas pu nous en tenir à notre « seule et unique fois » tellement j’étais assoiffée de sexe. Nous nous sommes livrés à quelques autres ébats sexuels avant que je ne séduise ses amis. La nouvelle Margaux était née. Je charmais désormais les autres garçons sans problème. En fait, Kévin n’avait pas manqué d’ébruiter mes capacités sexuelles ! J’avais eu plusieurs amants avant de me marier. Je cassais avec mes copains pour diverses raisons. Soit je me lassais facilement d’eux alors je coupais les ponts du jour au lendemain. Soit je me faisais larguer, car je les trompais avec d’autres gars.

En effet, être avec un seul homme ne me satisfaisait jamais. Je voulais être avec au moins deux hommes pour avoir une roue de secours en cas de dispute avec l’autre. De plus, je pouvais faire l’amour avec l’un en journée et avec l’autre en soirée. Du sexe et encore du sexe. J’étais infatigable.

Toutefois, cette situation m’était inconfortable, surtout du point de vue sentimental. Aucune de mes relations ne durait à cause de mon comportement et de cette nature instable et libertine. Je m’étais même résignée à mener une vie de célibataire jusqu’à la fin de mon existence. Il était effectivement impossible pour moi de m’en tenir à un seul homme pendant des années. Mais c’était avant de faire la rencontre de Larry qui était un homme bien différent.

Désormais dans un couple 100% candauliste

Larry est un gentil gars. On était sortis ensemble et à peine un mois plus tard, il a découvert que j’allais voir ailleurs. Le plus étonnant, c’est qu’il s’intéressa à mon histoire au lieu de se mettre en colère. Il me demanda même des détails de mes aventures sexuelles. J’en étais plus que surprise. Il m’avait expliqué que l’idée que je le trompe ne le dérangeait pas. Il m’avoua même qu’il entretenait également une relation secrète avec une autre femme en dehors de la nôtre. Cela m’avait choqué au premier abord, mais j’étais contente que mon partenaire me comprenne.

Depuis notre mariage, nous nous livrions à des jeux hors du commun. Il me parlait dans les moindres détails de ses relations extraconjugales et vice-versa. On en riait et on en était aussi excités. Il me faisait l’amour après ses rencards. Je restais sa priorité. De plus, il avait la force de coucher avec moi, même après avoir été avec une autre. Cela l’excitait d’enchaîner plusieurs femmes en une journée. En tout cas, c’était loin de me déranger.

Des rencontres hard filmées avec mes amants

Larry était quelqu’un de vraiment ouvert d’esprit sur tous les plans. Il me proposait souvent diverses pratiques sexuelles hors du commun. Nous étions pareils : tous les deux avides de sexe. Mais lui, il avait des pensées tordues qui m’excitaient beaucoup. La sodomie, le plan à trois / quatre ou encore le bondage faisaient partie de nos activités. Récemment, il m’avait proposé de faire une sextape avec mes conquêtes.

Larry adore mater des vidéos de moi en train de me faire baiser par un amant

Larry adore mater des vidéos de moi en train de me faire baiser par un amant

« Cela te dirait de faire une sextape ? Pas avec moi, mais avec d’autres hommes. » J’étais un peu perplexe au début, mais j’acceptais ensuite le défi. Depuis, j’emmène des hommes dans un hôtel du coin. Le propriétaire est un bon ami qui avait accepté ma proposition d’installer une caméra cachée dans une chambre. Je les emmenais donc un à un systématiquement à la même adresse pour que la scène soit filmée. Mon petit cul en a vu de toutes les couleurs…

Chaque fois, Larry m’attendait impatiemment à la maison pour visionner les enregistrements. Nous les visionnions toujours ensemble, il adore cela. Je savais aussi qu’il les regardait souvent lorsqu’il était seul. C’était peut-être, entre autres, une façon à lui de s’épanouir et de se donner du plaisir. Voir son épouse se faire défoncer par d’autres mec, il aimait cela. En tout cas, notre façon de vivre nous plaît énormément. Et je suis la première à vouloir poursuivre notre relation candauliste !

Beurette à Paris – Découverte du gangbang avec mon patron

Beurette à Paris – Découverte du gangbang avec mon patron
J’ai connu le délicieux Alain lors de mon entretien d’embauche. J’avais 26 ans à l’époque, et je venais de m’installer sur Paris. Comme la plupart des provinciales, j’étais venue avec des rêves plein la tête, l'envie de me taper plein de mecs, et j’étais certaine de me trouver un boulot bien payé rapidement. Avec mes...

Initiée au glory hole par mon chéri

Initiée au glory hole par mon chéri
J’ai commencé sur le tard – j’avais 19 ans lorsque j’ai perdu ma virginité avec le cousin de mon copain de l’époque – mais le sexe et moi, ça a été le grand amour dès le début. Je ne savais pas à quoi m’attendre, j’avais lu et entendu tellement d’opinions différentes… Mais ce jour-là, un...

Essayer un sauna libertin un dimanche pluvieux

Essayer un sauna libertin un dimanche pluvieux
C’est un dimanche de novembre comme les autres : gris, froid, pluvieux. Alain dort sur le canapé, vaincu par la fatigue accumulée pendant la semaine, par la digestion des lasagnes de midi, par la médiocrité des programmes à la télévision. J’aimerais bien pouvoir faire la sieste aussi, mais je n’y arrive pas : je peux sans aucune...